Rapport de la BNB: les limites à l’octroi de crédits hypothécaires «commencent à porter leurs fruits»

Pierre Wunsch, gouverneur de la BNB.
Pierre Wunsch, gouverneur de la BNB. - Belgz

Le tour de vis de la Banque nationale de Belgique (BNB) envers les banques et entreprises d’assurances, invitées à se montrer plus prudentes dans l’octroi de certains crédits hypothécaires, commence à porter ses fruits.

Depuis le 1er janvier 2020, de nouvelles « attentes prudentielles », qualifiées de « préventives », sont entrées en vigueur à l’initiative de la BNB. Le principe qui les sous-tend est que les banques et entreprises d’assurances sont invitées à se comporter de manière plus prudente dans l’octroi de prêts présentant un ratio « loan to value » (montant du prêt hypothécaire par rapport à la valeur du bien immobilier) très élevé, en particulier pour les prêts hypothécaires conclus par des particuliers pour une maison ou un appartement qu’ils n’occuperont pas eux-mêmes (buy-to-let). Ainsi, la BNB a fixé des seuils que les établissements financiers sont invités à respecter, sous peine de devoir fournir une explication motivée. Désormais, par exemple, un maximum de 35 % des prêts au bilan d’une banque peuvent dépasser un « loan to value » de 90 %.

Concurrence féroce

La Banque nationale s’est également inquiétée de la concurrence féroce qui règne entre les banques sur le segment des crédits hypothécaires, conduisant à une forte contraction de leurs marges sur ces produits-phares.

« Concernant les marges des banques, on a vu une correction assez forte à la hausse (dans la foulée des mesures de la BNB, NDLR) », a souligné le gouverneur Pierre Wunsch, en marge de la présentation du rapport annuel de la Banque nationale. « Pour ce qui concerne les quotités trop élevées (par exemple des montants empruntés qui dépassent 90 % de la valeur du bien, NDLR), les indications que nous avons montrent que les normes internes des banques ont été renforcées. Mais il faudra plusieurs trimestres pour pouvoir tirer des constats plus robustes ».

Par ailleurs, la BNB constate une augmentation sensible du nombre de logements disponibles en Belgique. Cette amélioration du ratio entre nombre de ménages et nombre de logements est « plutôt une bonne nouvelle », s’est réjoui Pierre Wunsch. « Cela réduit les risques de surchauffe (des prix immobiliers, NDLR) et permet de ne pas aggraver la problématique d’accès au logement pour les jeunes générations. »

► La BNB juge urgent de réduire le déficit, même en affaires courantes, l’analyse complète du rapport sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite