Premier League: les cadors anglais s’échauffent pour l’Europe

Photonews
Photonews

Après avoir envoyé sa classe biberon éliminer Shrewsbury (D3) en match à rejouer du 4e tour de la Coupe d’Angleterre pour préserver ses 15 jours de repos, Liverpool reprend en douceur avec un déplacement chez la lanterne rouge, Norwich.

Malgré les 55 points d’écart entre les deux équipes, Jürgen Klopp ne prendra certainement pas à la légère ce match avant un déplacement chez l’Atletico Madrid dès mardi qui sera d’une toute autre dimension.

Tottenham, qui recevra mercredi Leipzig, dauphin du Bayern actuellement et sans doute l’équipe la plus sous-cotée encore en lice en Ligue des Champions, se déplacera dimanche chez un autre mal classé, Aston Villa, 17e avec un point d’avance sur la zone rouge.

Autre équipe anglaise en C1, Chelsea, qui recevra le Bayern le 25 février, aura plus fort à faire en recevant lundi Manchester United.

Ce sera une belle occasion pour les Red Devils de revenir à 3 points du top 4, trois jours avant son 16e de finale aller d’Europa League à Bruges, ou pour les Blues de les reléguer à 11 longueurs.

Quant à Manchester City, le report de son match contre West Ham le week-end dernier, en raison de la tempête Ciara, encombre un peu son calendrier.

Les hommes de Pep Guardiola recevront finalement les Hammers mercredi, avant un déplacement capital à Leicester samedi et encore plus périlleux à Bernabeu pour le huitième de finale aller de Ligue des champions contre le Real, le 26 février.

Le second acte de la 26e journée s’ouvrira dès vendredi avec un Wolverhampton-Leicester plutôt alléchant, les Wolves (7e avec 35 points), voulant rester dans la course à l’Europe avant leur déplacement six jours plus tard à Barcelone pour affronter l’Espanyol.

Les Foxes, eux, 3e avec 49 points, luttent toujours avec City, qui les précède de 2 unités, pour le titre honorifique de dauphin de Liverpool.

Arsenal, dont le gros des espoirs de briller cette saison s’est reporté sur son 16e de finale de C3 contre l’Olympiakos jeudi, reçoit Newcastle dimanche.

Le programme de la 26e journée de Premier League :

Vendredi :

(21h00) Wolverhampton – Leicester

Samedi :

(13h30) Southampton – Burnley

(18h30) Norwich – Liverpool

Dimanche :

(15h00) Aston Villa – Tottenham

(17h30) Arsenal – Newcastle

Lundi :

(21h00) Chelsea – Manchester United

(20h30) Manchester City – West Ham

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite