Bouchez rejette le constat de retour aux urnes de Magnette: «Le pays a besoin de stabilité»

Georges-Louis Bouchez.
Georges-Louis Bouchez. - belga

Rien n’y fait : le PS et la N-VA ne sont pas près de convoler au sein d’un gouvernement fédéral. « On commence à en avoir vraiment assez de cette situation », assure le président du PS Paul Magnette, dans son interview au Soir.

Une cinquantaine de réunions ont eu lieu déjà, notamment directement entre lui et Bart De Wever. Voici ce que Paul Magnette en dit : « A titre personnel, négocier avec des nationalistes avec lesquels nous n’avons rien à voir, cela devient un vrai supplice. » Alors combien de temps le PS entend-il participer à ces négociations avec la N-VA ? « Figurez-vous que je commence à me poser la question », répond Paul Magnette. Le bureau de parti du PS qui se déroule lundi pourrait-il annoncer la fin de la participation du PS à ces discussions avec la N-VA ? « Cela se pourrait. Effectivement. C’est un choix à faire entre, d’une part, la politesse et le respect des règles constitutionnelles et, d’autre part, la clarté politique. »

« Le pays a besoin de stabilité »

Une interview à laquelle le président du MR n’a pas tardé à réagir. Dans un tweet, il explique ne pas vouloir aller aux élections. « Les Belges ont voté, la population veut légitimement un #begov, le Pays a besoin de stabilité. Alors, pourquoi remettre sa tête sur une affiche si on est pas capable de prendre ses responsabilités et de conclure des accords ? Le @MR_officiel travaille pour la #noelections » a-t-il lancé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous