Élections validées à Neufchâteau: Dimitri Fourny devra céder son écharpe mayorale

Dimitri Fourny.
Dimitri Fourny. - Belga

Le gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz, a annoncé, vendredi, lors d’une audience publique au palais provincial à Arlon, la validation des secondes élections communales de Neufchâteau qui avaient été organisées le 16 juin dernier. Cette décision était attendue après que la Cour constitutionnelle eut rendu un arrêt concluant à la régularité du scrutin. Le gouverneur, à qui incombe la validité des scrutins communaux, avait lui-même saisi la Cour pour des questions préjudicielles relatives au droit de vote des étrangers.

Réclamation de Fourny

Le bourgmestre sortant de la commune, Dimitri Fourny (cdH) et sa liste « Agir Ensemble » – dont les résultats des deuxièmes élections et l’alliance qui a suivi entre ses adversaires signifiaient un renvoi dans l’opposition – avaient introduit une réclamation auprès du gouverneur invoquant le fait que 199 électeurs étrangers potentiels avaient été privés du droit de se rendre aux urnes. Or, avec 126 voix en plus, la liste Agir Ensemble aurait conservé sa majorité absolue.

Dans un arrêt rendu jeudi dernier, la Cour constitutionnelle a finalement estimé que le scrutin est valide. Le gouverneur est dès lors tenu de se conformer à cette position.

Nouvelle majorité

La validation du scrutin de juin 2019 permettra la mise en œuvre du pacte de majorité entre la liste « Pour Vous » d’Yves Evrard (MR) et la troisième liste à s’être présentée à Neufchâteau, « La 3ème Piste ».

Dimitri Fourny, qui avait décroché le mayorat en 2012, devra donc céder sa place et retourner dans l’opposition. Yves Evrard pourrait quant à lui retrouver le poste de bourgmestre mais il devra faire un choix entre cette fonction et son mandat de député wallon.

Les élections communales de juin 2019 à Neufchâteau avaient été organisées après l’annulation par le gouverneur de celles d’octobre 2018, dans un contexte de suspicion de fraude aux procurations électorales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite