Une panne informatique généralisée a pris la Justice en otage

Une panne informatique généralisée a pris la Justice en otage
Bruno D’Alimonte

Une panne généralisée du service informatique réservé aux tribunaux a affecté ce matin le fonctionnement des différentes juridictions du pays. « Nous nous tournons les pouces sans savoir quand les connexions seront rétablies », se désole un juge d’instruction. Le site sécurisé JIOR (Juges d’Instruction Onderzoek Rechters) subit la panne la plus critique. « Une collègue va devoir rédiger à la main un mandat d’arrêt pour permettre l’incarcération dans les tempos d’une personne inculpée », dit ce juge.

« Une situation catastrophique »

Un magistrat d’une Cour d’appel relève que cette situation est « catastrophique » et traduit une fois de plus l’indigence de l’informatique judiciaire, vieillotte et bien souvent incompatible entre différentes juridictions. Il souligne, lui aussi, que les documents nécessaires à la prise d’ordonnance de maintien en détention (tous informatisés) sont inaccessibles pour les chambres d’instruction (chambre du conseil ou chambre des mises en accusation) : « Il y a des décisions qui doivent être prises ce matin, sous peine de voir surgir des problèmes procéduraux et d’être contraints à constater que les délais de renouvellement d’un maintien en détention n’ont pas été respectés ».

L’informatisation de la Justice est un problème qui énerve l’efficacité de la Justice, comme le soulignait encore la lettre ouverte adressée aux parlementaires et au Roi par les parents de Julie Van Espen, cette jeune femme assassinée à Anvers en mai dernier par un délinquant sexuel récidiviste. Ils notaient, eux aussi, l’incompatibilité de services informatiques de la Justice entre eux, empêchant la transmission fluide des informations aux différents intervenants d’un dossier pénal.

Dans un monde ultra-informatisé et sans doute trop confiant dans le web, le stylo et le papier demeurent d’utiles et agréables bouées de secours.

La panne résultait d’une déficience momentanée du serveur. Le SPF Justice indique que la panne a été résolue à 11h30, ce qui est confirmé par les magistrats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite