Mairie de Paris: ce que l’on sait de la vidéo qui a provoqué la chute de Benjamin Griveaux

Mairie de Paris: ce que l’on sait de la vidéo qui a provoqué la chute de Benjamin Griveaux
AFP

Benjamin Griveaux, candidat LREM aux municipales à Paris, a décidé de retirer sa candidature après la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel.

Que contient cette vidéo ?

Cette vidéo est intégrée à un site mis en ligne le 1er février, explique La Voix du Nord. On y voit des messages explicites destinés à une femme et attribués à Benjamin Griveaux, dans lesquels il montrerait ses parties intimes. L’auteur de ce long texte est l’artiste russe Piotr Pavlenski, selon nos confrères de Libération. Il assure tenir cette vidéo d’une « source » qui avait une « relation consentie avec Benjamin Griveaux ».

Comment se justifie l’auteur de la fuite ?

Piotr Pavlenski, réfugié en France, assure vouloir « dénoncer l’hypocrisie » du candidat à la mairie de Paris, ex-porte-parole du gouvernement. Il s’est confié à Libé jeudi : « C’est quelqu’un qui s’appuie en permanence sur les valeurs familiales, qui dit qu’il veut être le maire des familles et cite toujours en exemple sa femme et ses enfants. Mais il fait tout le contraire. »

Comment LREM a réagi aux fuites ?

La diffusion de ces vidéos a été accélérée jeudi par le partage sur Twitter du lien vers l’article de Piotr Pavlenski par Joachim Son-Forget, député, et ancien membre de la République en Marche. Dès jeudi soir, Benjamin Griveaux avait annulé son passage sur RTL et Europe 1 ainsi qu’un débat avec les autres candidats à la mairie de Paris, prévus ce vendredi matin. À la place de ce débat, Benjamin Griveaux s’est rendu au siège de l’AFP à Paris pour enregistrer une déclaration :

Dans un message envoyé à son équipe de campagne dans la soirée de jeudi, le candidat avait demandé à son entourage de ne pas répondre aux médias. Une réunion de crise était prévue ce vendredi matin à son QG de campagne. En marge de sa déclaration, Benjamin Griveaux a indiqué s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien « quelle que soit sa décision », en l’invitant à protéger les siens.

Alors que la rumeur se diffusait, l’équipe de campagne tentait d’éteindre le feu, et convoquait les élus et candidats vendredi à 09h au siège de LREM, « autour de Benjamin Griveaux » pour évoquer « la stratégie à tenir » et « le plan à mettre en place sur base d’une proposition ». Benjamin Griveaux s’est rendu à cette réunion aussitôt après l’enregistrement de sa déclaration vendredi.

Quelle sera la suite ?

« Je ne souhaite pas nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis », a expliqué Benjamin Griveaux. Selon BFMTV, l’avocat de Benjamin Griveaux devrait annoncer des poursuites judiciaires. En l’état actuel de ces révélations, il semble que rien ne soit illégal.

L’autre question est plus politique : qui succédera à Benjamin Griveaux à la tête de la candidature LREM à Paris ? Le dépôt final de liste est légalement prévu pour le 27 février. Selon plusieurs sources au sein de LREM, les noms de la maire sortante du IXe arrondissement (ex-LR), proche d’Édouard Philippe, Delphine Bürkli, et de la secrétaire d’État en charge de l’Égalité femmes-hommes, et candidate en deuxième position dans le XIVe arrondissement, Marlène Schiappa, sont cités parmi les successeurs possibles de Benjamin Griveaux en tête de liste. « Le choix reviendra aux mains du parti », plaide-t-on du côté de LREM. La ministre de la Santé Agnès Buzyn, également pressentie, a redit vendredi sur France Inter qu’elle ne « pourrait pas être candidate aux municipales » en raison de son agenda ministériel « très chargé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous