Négociations fédérales: le Roi accepte la démission de Koen Geens

Négociations fédérales: le Roi accepte la démission de Koen Geens
Photo News

Le Vice-Premier ministre Koen Geens (CD&V), reçu vendredi soir à 18h au Palais royal, a demandé au Roi d’être démis de sa mission. Le Roi a accepté et consultera dès lundi les présidents de partis.

Une mission de courte durée

Lundi dernier, le Palais avait annoncé prolonger d’une semaine la mission confiée au vice-Premier ministre Koen Geens (CD&V). Son prochain rapport était donc attendu le 17 février, lundi prochain.

Le 31 janvier, le Roi avait confié à Koens Geens la mission de « prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement de plein exercice ».

>Coalition fédérale : « Le PS veut provoquer des élections pour affaiblir la N-VA et se renforcer », selon De Wever

Durant une conférence de presse tenue ce vendredi soir, Koens Geens a remercié le Roi pour la confiance dont il a pu bénéficier tout au long de sa mission. Il a estimé avoir réussi à obtenir le maximum des résultats possible après ses deux semaines de mission. Il a déclaré avoir établi une note mettant la sécurité, la justice, le climat et la mobilité au centre.

« LE PS ne veut pas aller avec la N-VA »

Koen Geens a ensuite déclaré : « Je croyais avoir la confiance des deux grands partis pour former une coalition avec l’axe MR – CD&V. Quand j’ai vu que cette confiance n’y était plus, ce n’était plus possible. Les déclarations (du PS) ont rendu impossible la poursuite des discussions. »

Pourtant pour Koens Geens : « La meilleure chose aurait été qu’on aille dans une formule rassemblant le PS et la N-VA », mais « Le PS ne veut pas de la N-VA ».

Le président du parti socialiste Paul Magnette a rappelé vendredi au Soir son désamour pour une coalition rassemblant PS et N-VA au fédéral. « On commence à en avoir vraiment assez de cette situation. Les réunions avec la N-VA ne conduisent à rien. J’en ai marre », a-t-il affirmé. En réponse, le président des nationalistes flamands Bart De Wever a dénoncé un « diktat » des socialistes.

Koen Geens, chargé le 31 janvier dernier de la mission de « prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement de plein exercice », a succédé dans cet exercice au duo d’informateurs Joachim Coens (CD&amp ; V) – Georges-Louis Bouchez (MR). Il devait normalement faire rapport au Roi lundi prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous