Démission de Koen Geens: selon l’Open VLD, le CD&V a participé à l’échec de la mission

Démission de Koen Geens: selon l’Open VLD, le CD&V a participé à l’échec de la mission
Belga

Koen Geens a jeté l’éponge ce vendredi soir après avoir constaté l’impossibilité de rassembler PS et N-VA autour de la formation d’un gouvernement fédéral qui aurait une majorité au Nord comme au Sud.

Le chargé de mission royale Koen Geens (CD&V) a remis au Roi son rapport final vendredi soir. Il a demandé à être déchargé de sa mission. Le souverain a accepté et entamera lundi des consultations pour déterminer la suite des événements, a communiqué le Palais peu avant 19 heures.

Des déclarations tranchées

Egbert Lachaert, candidat à la présidence de l’Open VLD, pense que le PS n’est pas seul responsable de l’échec de la mission confiée à Koen Geens en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Si les déclarations très tranchées des socialistes francophones ont bien accéléré l’issue de la mission royale du vice-Premier, le CD&V est aussi fautif dans le sens où il a dès son arrivée limité le champ d’action de Koen Geens à l’exploration de la piste associant le PS et la N-VA, rejetant les autres options, a estimé Lachaert vendredi soir dans De Afspraak (VRT).

«Une note de centre est bien plus acceptable qu’une note Magnette», résume-t-il. Le PS devra quand même prouver qu’il veut avancer en direction de l’Open VLD et du CD&V, s’il veut une coalition, nuance-t-il.

Quant à la possibilité de nouvelles élections, elles n’apporteront rien, pense le député fédéral. «Elles n’ont de sens que s’il y a différentes pistes sur la table sur ce que l’on veut pour le pays.»

Cependant, d’autres options existent encore et sont à examiner, ont rapidement réagi vendredi soir les co-présidents d’Ecolo Jean-Marc Nollet et Rajae Maouane et la présidente de Groen Meyrem Almaci, ainsi que le président de Défi François De Smet. Ecolo, qui n’a jamais fait mystère de son rejet d’être allié à la N-VA, et Défi, rappellent ainsi sans détours leur volonté que l’on envisage sérieusement une alliance comme la Vivaldi ou ce que François De Smet a appelé la «coalition 77» (ou «arc-en-ciel élargi» avec socialistes, libéraux, écologistes et Défi ou le CDH).

>Koen Geens: «Le PS ne veut pas aller avec la N-VA»

Tout en remerciant le vice-Premier CD&V pour son travail, Rajae Maouane rappelle sur Twitter, peu après la déclaration à la presse de celui-ci, que «des options existent» et que «nous devons les explorer, avec sérieux». «Notre porte reste ouverte pour ouvrir le #PlanBcommeBelgique», ajoute-t-elle, reprenant le nom que les Verts ont donné aux options de coalition qui n’intègreraient pas la N-VA, dont ils rappellent volontiers ses visées confédéralistes.

>Coalition sans la N-VA : le PS prend acte du « diktat » posé par De Crem

«La situation politique est délicate mais des options restent envisageables et à travailler», constate quant à lui sobrement Jean-Marc Nollet. Meyrem Almaci, côté néerlandophone, parle également de «plusieurs solutions légitimes» qui restent possibles. Il est «temps d’arrêter la surenchère et de donner également aux autres une vraie chance», indique-t-elle sur Twitter.

Côté Défi, François De Smet appelle à «rester sereins». Son message est le même: «il reste plusieurs possibilités de coalition non encore sérieusement explorées». Son parti «restera constructif pour l’avenir du pays», assure-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite