Thierry Neuville: «Le rallye est trop court pour reprendre du temps»

Thierry Neuville
Thierry Neuville - Photo News

Neuville a été le premier à prendre la route. Pendant l’étape d’ouverture, complètement enneigée, d’un peu moins de 22 km, il a plus ou moins suivi le rythme des autres favoris. Dans les spéciales suivantes, avec peu de glace et beaucoup de gravier, le Belge a ouvert la route et a perdu beaucoup de temps.

«C’était très traître d’être le premier sur la route. Finalement, nous n’avons pas eu de problèmes et n’avons pas commis d’erreurs», a expliqué Neuville. «Je suis satisfait du travail que nous avons fait et de la vitesse. Je suis moins satisfait de ma place au classement général. Mais c’est tout ce que nous pouvions faire. La première étape a été assez conséquente. Pour les deux suivantes, je savais que ce serait beaucoup plus difficile. À certains endroits, la glace était tellement fine que le gravier passait au travers. Cela donnait l’avantage aux voitures démarrant plus tard. Cette course est si courte qu’il sera presque impossible de reprendre beaucoup de temps. Néanmoins, nous tenterons de le faire.»

Le Rallye de Suède, seul rendez-vous à se disputer dans des conditions 100% hivernale, a été raccourci en raison du manque de neige et de glace. En l’état, le parcours de l’édition 2020 ne comporte plus que dix spéciales au lieu de 19, soit 169,74 km chronométrés au lieu de 300, autour de Torsby (centre-ouest de la Suède).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite