Construire son projet d’entreprise en coopérant !

Construire son projet d’entreprise en coopérant !

Ils sont quatre, ont des profils complémentaires en technique, finance et vente et partagent une envie commune : entreprendre autrement, ne pas chercher le profit à tout prix et lui préférer les résultats écologiques et l’épanouissement des employés. En 2013, après quelques mois de préparation, Nicolas Storms et ses 3 compères décident de lancer leur coentreprise, Optiwatt.

Ils optent pour une société coopérative avec la ferme volonté d’impliquer les employés coopérateurs dans toutes les décisions de l’entreprise : « c’est vraiment la forme juridique qui correspondait le plus à l’état d’esprit des fondateurs. Construire notre projet en coopérant ! ». Et Nicolas d’ajouter : « On aurait pu opter pour une sprl mais l’étiquette « coopérative » que l’on a choisie, il faut l’assumer. Cela nous force à sans cesse nous remettre en question et nous rappeler pourquoi nous avons choisi la coopérative plutôt que la sprl. Je suis convaincu qu’on se serait « endormi » si nous étions passé en sprl. De plus, nous avons établis nos statuts conformément à ceux des coopératives à finalité sociale. » La coopérative est créée sans fonds externes, les 4 fondateurs apportant le capital nécessaire au lancement.

Mais, malgré la complémentarité des associés de départ, les administrateurs actifs sur le terrain ont du mal à s’aligner. « Les différences se sont marquées sur la vision moyen terme. Le processus de réorganisation a été inévitable. Il y a quelques mois, on a convenu de la reprise des parts des administrateurs sortant et on est reparti sur de nouvelles bases en intégrant Mohamed, un de nos employés, dans les coopérateurs. »

Un management ouvert et participatif sur tous les aspects de la gestion

Aujourd’hui, Optiwatt compte 3 associés / coopérateurs et à court terme, un 4e en la personne d’Alexis, engagé il y a quelques mois. « C’est le but que chaque employé devienne coopérateur pour qu’il s’implique dans la vie de l’entreprise et adhère pleinement à notre vision d’une entreprise humaine. Comme on ne pense pas qu’il soit possible de dépasser une vingtaine d’employés à terme, c’est un modèle que l’on pourra aisément conserver et qui sera le garant et le gardien de notre vision. »

Au quotidien, cela se traduit par un management complètement ouvert et participatif sur tous les aspects de la gestion, de l’achat de la nouvelle machine à café au choix de l’emplacement des bureaux à équidistance des collaborateurs. En plus des indicateurs financiers et commerciaux, Optiwatt s’est aussi fixé des indicateurs et des objectifs liés à ses valeurs, axées sur le respect de l’environnement et le bien-être humain. « Comme on aspire à « sauver la planète » en économisant l’énergie, on se fixe des objectifs entre nous. Par exemple, on est très attentif à notre mobilité et on se fixe l’objectif d’y rester attentif chaque jour. »

« Nous sommes convaincus que tout le monde souhaite travailler de manière engagée, en conscience et avec sens. Proposer ce modèle coopératif moderne aux candidats est un vrai atout dans un secteur où les talents sont convoités. Chez Optiwatt, ils ne seront pas un numéro, ils œuvrent pour une bonne cause et participent vraiment à l’ensemble des décisions. » Coopérer aussi avec son client pour atteindre ensemble des objectifs Le positionnement d’Optiwatt sur le marché des entreprises fait mouche : « on propose un contrat Win-Win, à savoir qu’on se rémunère sur l’économie engendrée chez le client, ce qui le rassure. On commence souvent par des gestes simples et quelques changements d’habitude mais on les quantifie. Ensuite, on passe à des mesures plus importantes. » Optiwatt compte aujourd’hui dans ses clients quelques jolies références (Arcelor, Ethias, Sonaca, AG, UCB, ville d’Ottignies…). Les relations perdurent inévitablement car le contrat Win-Win proposé est un contrat sur plusieurs années. Mais avant tout ; « nous pouvons dire que les clients sont satisfaits des résultats car nous obtenons systématiquement plus de 20% d’économie sans aucun investissement, et une fois ces économies concrétisées, ils nous confient alors de nouveaux bâtiments à « traiter » ».

« Le Win-Win est aussi symbolique de notre fonctionnement et de nos valeurs. On veut aussi coopérer avec notre client, on veut atteindre des objectifs ensemble. Quand on leur parle de notre modèle coopératif, ça leur plaît. Une coopérative qui prétend coopérer, c’est crédible ! La vision est positive et humaine, et dans notre secteur, c’est un avantage. »

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. epaselect USA WHITE HOUSE TRUMP BARRETT

    Pourquoi Donald Trump a choisi Amy Coney Barrett à la Cour Suprême

  2. d-20190910-3W05W2 2019-09-06 09:30:40

    La vente en viager: un concept prêt à être dépoussiéré?

  3. En aout dernier, découvrant le projet à l’abandon, le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’a pas pu cacher sa surprise.

    RDC: retour sur le projet Bukanga Lonzo, l’«éléphant blanc» du Bandundu

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite