L’intraprenariat a tout pour nous séduire

L’intraprenariat a tout pour nous séduire

On le répète sans cesse, les entreprises n’ont pas d’autres choix que de se montrer ingénieuses pour attirer et surtout retenir les moins de 40 ans. Constamment en quête de nouveaux projets, ces derniers veulent entreprendre et faire la différence. Certaines multinationales commencent tout doucement à le comprendre. Elles permettent à leurs salariés d’innover en toute autonomie, au sein même de leur organisation. C’est ce qu’on appelle l’intraprenariat. “C’est comme un chef de projet dont le projet est particulièrement innovant, pour lequel l’employé a un mandat très large mais très défini dans lequel il va prendre un rôle en termes de compétences, en termes de responsabilités, qui est très semblable à celui d’un entrepreneur”, explique Michel Duchateau, spécialiste en innovation chez Convidencia. Avant d’ajouter : “Sa mission consiste à créer un nouveau business model, un projet dans lequel il doit non seulement découvrir son marché mais aussi construire une nouvelle offre.”


Née il y a 40 ans dans les pays anglo-saxons, la pratique est encore toute jeune en Belgique. Seules quelques grandes entreprises y ont recours dans le secteur de la finance, voire de la construction. C’est le cas par exemple de Besix avec son programme “Unleash”, mis en place il y a trois ans. Le géant de la construction offre la possibilité à ses collaborateurs de proposer leurs idées, de les développer en petites équipes et, qui sait, de finalement les mettre en œuvre. Des sortes de petites start-up au sein même de l’organisation. “Chaque année, deux ou trois idées sortent vraiment du lot. Des budgets, et surtout du temps, sont alloués pour pouvoir se consacrer â 100% à ces idées pour 6 mois par exemple”, précise Florence Bribosia, responsable communication chez Besix.

Avantages selon elle, l’innovation s’enrichit et les salariés s’engagent : “on est passé de la quantité à la qualité. Peut-être moins d’idées mais mieux pensées dès le départ. On constate plus d’engouement aussi et quand les équipes se constituent, il y a souvent une belle complémentarité des profils...”. De là à penser que l’intraprenariat permettrait de mieux retenir les Millennials en entreprise, il n’y a qu’un pas que Michel Duchateau n’hésite pas à franchir : “ lors du recrutement et lors des possibilités d’évolution, on leur dit vous allez prendre telle responsabilité, vous aurez votre propre projet. Il y a cette idée de donner du contrôle et du choix aux Millennials pour pouvoir développer leur engagement dans le projet d’entreprise.” Cerise sur le gâteau pour les principaux intéressés : l'intrapreneuriat permet toutes les idées, y compris les plus folles. Et le risque, c'est l'entreprise qui le prend !

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10862363-058

    Coronavirus: le pic de mars est dépassé

  2. BELGIUM HOSPITALS PANDEMIC CORONAVIRUS COVID19

    Centre de crise: l’épidémie s’accélère en Flandre, les hospitalisations doublent tous les 6 jours

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    Coronavirus: dans la tempête, les unités covid tentent de garder la tête hors de l’eau

La chronique
  • La lettre d’Ivan De Vadder: «La télé, parfaite compagne pendant une crise sanitaire»

    La première vague du virus corona ne ressemble pas à la seconde. La première nous avait tous pris de vitesse au printemps, et avait déclenché un confinement qui avait retenu de nombreux Belges chez eux pendant de longues semaines. Pour beaucoup d’entre eux, la télévision devint, à cette époque, l’un des rares liens qu’ils avaient encore avec l’extérieur, et fut donc plus importante encore que par le passé.

    Lorsque les écoles furent également fermées, la télévision publique flamande VRT redoubla d’efforts pour devenir une aide éducative pour les étudiants de toutes les tranches d’âge. Très tôt dans la matinée, la chaîne des jeunes, Ketnet, lança des programmes éducatifs pour les enfants du primaire, suivis par des programmes pour des jeunes plus âgés. La plateforme de streaming VRT Nu (comparable à la plateforme Auvio de la RTBF) proposa également une offre pédagogique supplémentaire. Et la VRT n’oublia pas les personnes âgées : la première chaîne, Eén, diffusa dans l’après-midi des séries télévisées emblématiques et nostalgiques, notamment à la demande des personnes du troisième âge...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une leçon d’humilité en cinq points pour le monde politique

    En quelques jours, c’est une sacrée leçon d’humilité que le monde politique belge a reçue, à tous niveaux de pouvoir. La Flandre et son ministre-président ont été ce mardi les derniers à « atterrir », forcés d’adopter des mesures qu’ils avaient refusées vendredi dernier, prises en panique le week-end par les autres Régions. Plus jamais ça : il serait insensé que les erreurs commises se répètent dans les jours à venir. La leçon d’humilité comporte 5 volets :

    1) Une épidémie ne...

    Lire la suite