Pecha Kucha ou l’art de convaincre en 6 minutes 40

Pecha Kucha ou l’art de convaincre en 6 minutes 40

Vous rappelez-vous de cette ennuyeuse conférence pendant laquelle l’orateur lisait platement des slides remplis de texte ? Impossible, vous vous êtes endormi ! Grâce au Pecha Kucha, un format de présentation extrêmement cadré, cela ne risque plus d’arriver. L’idée ? Vous disposez de 6 minutes 40 pour transmettre oralement votre message, avec pour support le défilement de 20 diapositives de 20 secondes chacune, idéalement sans effets de transition. Une « contrainte » rhétorique imaginée par le Cabinet d’architecture Klein Dytham à Tokyo en 2003. 

Des origines nippones au succès mondial 

Le Pecha Kucha, qui signifie « bavardage » en japonais, s’est popularisé dans les milieux créatifs tokyoïtes des années 2000, sous la forme de soirées d'échanges et de rencontres interdisciplinaires. A cheval entre speed dating, jam session et séance d'impro, ce format concis permet de partager des projets, des idées ou des réalisations, tout en gardant le public en haleine.  

« Grâce au bouche-à-oreille, d’autres initiatives ont fleuri », explique Alok Nandi, Creative director et véritable précurseur, puisqu’il est à l’origine de la première Pecha Kucha night bruxelloise en 2007. « Une expérience unique pour rassembler des créatifs passionnés et comprendre ce qui se passe sur le terrain de la création. » Depuis, le phénomène a « contaminé » un millier de villes à travers le monde, notamment à Bruxelles, où une soixantaine d’éditions a déjà été organisée. 

Pas de blabla, mais de la tchatche 

La capacité de concentration du public est limitée. Pour capter son attention, il est crucial d’aller to the point, de raconter une histoire et de susciter un impact visuel. « Ce sont les atouts majeurs de Pecha Kucha. Si les gens s’ennuient malgré tout, cela ne dure que 400 secondes et on passe au suivant », précise Alok Nandi. Concision, créativité et dynamisme, des vertus qui ont séduit des professionnels de tous les horizons.  

« Nous l’utilisons régulièrement auprès de nos clients », raconte Sacha Waedemon, CEO de Digital Advice Group, spécialiste de la transformation digitale. « Nous arrivons à faire passer un message complexe d’une façon simple et inspirante. Il faut aller à l’essentiel, alors cela nous force à structurer nos idées et bien choisir nos mots et nos illustrations. Des éléments qui renforcent l’impact de la communication. »  

Une histoire, des images et du rythme 

« La simplicité est la sophistication suprême », a écrit Léonard De Vinci. Le Pecha Kucha n’y échappe pas. « Un Pecha Kucha efficace demande 8 à 10 heures de travail en amont », affirme Alok Nandi. La première étape ? Préparer sa communication orale : identifier les idées clés, développer un point de vue, construire un fil narratif, etc. Le choix des images — originales, percutantes et éclairantes — est également fondamental.  

« La voix doit accompagner l’auditoire dans un voyage à travers les visuels. Si le public tend l’oreille et arrive à se projeter, le pari est gagné ! », explique Sacha Waedemon. Le son, l’image, mais aussi le tempo, puisque les slides défilent automatiquement au rythme des 20 secondes. L’orateur doit donc se sentir à l’aise pour adopter le ton et le débit adéquat. Trêve de paroles, place à la pratique. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite