Une app pour éviter le gaspillage alimentaire

Une app pour éviter le gaspillage alimentaire

Combien de fois n’avons-nous pas ragé en voyant une quantité incroyable de nourriture jetée à la poubelle ? L’application Too Good to Go part du constat d’un groupe d’amis danois qui ont vu une énorme quantité de nourriture jetée après un buffet. « Il n’y avait aucun moyen de mettre en relation les partenaires et les utilisateurs », explique Marine Couturier, Food Waste Warrior chez Too Good to Go. « Avec l’application, l’utilisateur peut bénéficier de nourriture fraiche à petit prix alors que les commerçants et restaurateurs peuvent revaloriser les invendus et en tirer un petit revenu ».

Pas en concurrence avec les associations

On en imagine certains déjà monter au créneau. Revaloriser ces invendus, c’est littéralement enlever le pain de la bouche de certaines associations ? « Il n’y a aucune concurrence et on ne prend pas leur place, jamais. Logistiquement et humainement, les associations ne peuvent même pas faire le tour des commerces de quartier ». Le gaspillage alimentaire est tellement énorme qu’il serait impossible de tout sauver quotidiennement.

Rien qu’en Belgique, 124,5 kilos de nourriture sont jetés… chaque seconde ! « Notre but est de lutter contre le gaspillage et on fait payer ce service pour engager les personnes. Si tout était gratuit, on réserverait et on n’irait pas les chercher car on n’a plus le temps ou parce qu’il fait moins beau. C’est un moyen de les responsabiliser ».

Plutôt les grandes enseignes que les petits commerçants

En parcourant l’application dans Bruxelles, ce sont surtout des enseignes et grands noms que l’on trouve, des Carrefour Express en passant par des Proxi Delhaize ou encore Ellis Burger ou Noordzee dans le centre-ville. Pas encore de boulangerie ou d’épicerie de quartier. « Il y en a peu car il faut aller les convaincre un par un et cela prend plus de temps. Certains acceptent vite, d’autres sont frileux. Le changement fait parfois peur ».

Dans les chiffres communiqués, l’application trouve en tout cas son public avec 55.000 utilisateurs actifs (qui ont utilisé l’application depuis moins d’une semaine) et ce sont 250 tonnes de nourriture qui ont été sauvées en Belgique depuis le lancement de Too Good to Go en mars 2018.

Et en pratique ?

La promesse de l’application est réelle. En quelques clics à peine, on peut commander un panier pour le tiers du prix normal. De notre côté (nord-ouest de Bruxelles), les Tartes de Françoise étant rapidement prises d’assaut (et de toute façon en travaux lors de notre test), nous avons jeté notre dévolu sur le Carrefour Express Woeste pour un panier à 3,99 euros seulement. Alors que l’on s’attendait à recevoir des fruits et légumes, nous avons reçu un sandwich à l’américain, un gâteau au chocolat, des ailes de poulet pour apéro et un yahourt bio.

« Impossible de définir ce qu’il y aura évidemment », explique le gérant. « Nous faisons un petit inventaire le matin des denrées dont c’est la date limite et nous définissons ainsi le nombre de paniers, de trois à cinq ». Une initiative saluée par le gérant. « On est contre le gaspillage et on préfère le redistribuer pour que ça serve encore plutôt que de le jeter ». Et pour votre info, tout était très bon !

Le gaspillage alimentaire en Belgique

  • 3.5 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année en Belgique
  • 345 kg de nourriture gaspillée en moyenne par habitant en Belgique
  • 15 kg par personne sur ces 345 kg sont gaspillés à la maison
  • Tout ce gaspillage alimentaire représente une perte de 670 millions d'euros par an

 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200519-GG8AAK 2020-07-21 18:57:50

    En Wallonie et à Bruxelles, la deuxième vague va surpasser la première dans les hôpitaux

  2. Qu’est-ce qui a rendu possible le scénario catastrophe que la Belgique a connu au cours de la première vague de la pandémie de covid
?

    Maisons de repos: le plan pandémie dont personne ne se souvenait

  3. Les stations de sport d’hiver ont préparé des protocoles anti-Covid. Seront-ils respectés
?

    Coronavirus: le secteur du tourisme devra se contenter du «last minute»

La chronique
  • Le magazine Wilfried se lance en Flandre: «Belgophile, et alors?»

    Comprendre et ne pas juger, c’est la philosophie du magazine Wilfried. Mais la nouvelle originalité désormais de ce projet rédactionnel, c’est qu’il n’y a pas un mais deux Wilfried, l’un en français, l’autre en néerlandais pour un produit « half en half » comme le dit François Brabant, le rédacteur en chef de l’ » aile » francophone. Après «  Wilfried raconte la Belgique », voici donc «  Wilfried, de raconteur van België » avec 50 % environ de textes communs.

    Ce magazine a vu le jour en juin 2017, à l’initiative du journaliste François Brabant, connu notamment pour un livre qui a fait date sur le PS liégeois et ses talents de conteur de coulisses. Son idée : faire du format long, en interview et en reportage, par écrit et en photos, à raison de quatre éditions par an. Outre la grande qualité du contenu et du contenant, le magazine – qui doit son nom à Wilfried...

    Lire la suite

  • Notre santé jouée au poker: confiner ou pas, attendre ou pas?

    Qui sommes-nous pour pousser ou pas à un reconfinement ? La période inouïe que nous traversons incite à la modestie et à la prudence. Les responsables politiques n’ont par contre, eux, pas le choix : les chiffres actuels laissent penser que la première semaine de novembre, les images de malades empilés dans les couloirs des hôpitaux ou transférés en catastrophe vers d’autres pays proviendront de Belgique et en particulier de Wallonie et de Bruxelles. De chez nous !

    ...

    Lire la suite