Le FabLab, la boîte à outils high tech pour tous

Le FabLab, la boîte à outils high tech pour tous

Les Américains adorent inventer dans leur garage ou, en tout cas, s'en vanter. Pas étonnant, dès lors, qu'ils soient à l'origine du concept de FabLab. Le « Fabrication Laboratory » est en effet né au sein du MIT, Massachusetts Institute of Technology, l'une des prestigieuses universités de la côte Est. 

En résumé ? Prenez un hall. Placez-y des machines-outils parmi les plus perfectionnées : imprimantes 3D (à fil, à résine liquide, à addition de matières), découpeuse laser, découpeuse vinyle, fraiseuse numérique, scanner 3D... Reliez-les à des PC équipés de logiciels de modélisation. Et, c'est le plus important, ouvrez-le tout au grand public pour un prix raisonnable.  

Made in USA 

Pour le père du FabLab, le professeur Neil Gershenfeld, le but est de mettre la fabrication numérique à la portée de tous. De susciter les inventions de toutes sortes. De contribuer à ce qu'on appelle la « révolution DIY » (pour « Do It Yourself »). Voire, à plus long terme, de changer notre rapport aux objets et à la consommation.  

Le premier atelier de ce type a donc vu le jour à Boston en 2002. Le succès fut immédiat. Bientôt, d'autres locaux ont essaimé aux quatre coins du globe. On en compte un millier aujourd'hui. Pour la plupart, ces espaces se sont organisés en réseau et se sont dotés d'une charte à respecter. Outre l'ouverture au plus grand nombre, celle-ci met en avant la mise à disposition d'un minimum de machines, l'assistance par des animateurs, l'entraide parmi les utilisateurs, ou encore l'échange d'expériences. 

Et chez nous ? 

En Belgique, les FabLabs membres du réseau MIT sont au nombre de 25 : 11 en Flandre, 8 à Bruxelles et 6 en Wallonie. D'autres adresses, non affiliées, existent aussi. Au sud du pays, le premier à voir le jour fut celui de Liège en 2013 : le Relab. Avec une trentaine de machines, il possède le parc technologique le plus riche du genre. Les débuts ont été lents, peu de personnes connaissant encore les technologies numériques.  

« Mais aujourd'hui, cela décolle, affirme le manager, Bryan Stepien. De plus en plus de particuliers nous rendent visite. Ils disposent déjà chez eux d'une petite imprimante 3 mais souhaitent réaliser des objets plus précis. Alors, ils arrivent chez nous. »  

Le profil des utilisateurs est en fait très varié. « Cela va du passionné à l'entrepreneur, en passant par le curieux, l'étudiant, l'artiste, l'architecte, l'ingénieur... Ici, au Relab, nous sommes aussi ouverts aux entreprises, à qui nous réservons un jour sur la semaine. Tout doit toujours tourner autour de l'expérimentation ou du prototypage. La fabrication en série n'est pas possible. Ce n'est pas notre rôle. Il vaut alors mieux se tourner vers les ateliers professionnels. » 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite