Les Escape Rooms appréciées par les entreprises

Edition numérique des abonnés

Nées au Japon il y a une dizaine d'années, les Escape Rooms continuent d'essaimer à travers le monde. Le virus a atteint Bruxelles en 2015. Au sud du pays, c'était jusqu'ici le désert. Jusqu'ici. Car, depuis un an, c'est le branle-bas. Ces pièces où les participants sont enfermés et doivent résoudre des énigmes pour pouvoir s'échapper se sont en effet multipliées. Des noms ? EnigmaLock à Namur. Get Out, Evasion Room et Keywi à Liège. L'Echappatoire à Tournai. In the Room à Mons. Le cabinet de maître Hembise et Escape Room à Charleroi. Treasure House à Durbuy. The Abbey à l'abbaye de Stavelot. Alleluias à Grez-Doiceau... A chaque fois, des énigmes originales sont proposées, portant souvent sur l'histoire locale.

Un jeu d'équipe

Ces Escape Rooms sont utilisées par les entreprises comme activité de team building. «Elles constituent entre 25% et 30% de ma clientèle, témoigne Jonathan Waime, créateur de jeux et gérant d'In the Room à Mons. Le reste des participants sont des familles, des amis et des jeunes qui enterrent des vies de jeune fille ou de garçon.» Les sociétés apprécient surtout le travail en commun que suppose l'exercice. «Entrer dans une Escape Room implique que tous les membres du groupe partagent le même objectif, qui est de sortir. C'est différent des activités classiques de team building, comme le karting ou le paintball. Là, les employés agissent les uns contre les autres. Ici, non. Ils doivent dialoguer et échanger leurs informations. Sinon, ils risquent d'échouer. Les Escape Rooms sont très efficaces de ce point de vue.» Les résultats sont parfois étonnants. «J'ai accueilli un jour une équipe qui venait pour régler des problèmes de communication. Les salariés étaient accompagnés par leur chef d'équipe et par un coach en psychologie. A l'issue du jeu, le chef a avoué qu'il s'était rendu compte d'une chose : il s'appuyait trop sur les anciens employés et n'écoutait pas assez les nouveaux venus. Cela m'a touché. Quelque part, mon jeu a servi de révélateur...»

Aussi utile pour recruter

Les Escape Rooms peuvent aussi servir dans le cadre de recrutements. «C'est assez fréquent en France, poursuit le jeune entrepreneur. Un peu moins chez nous, mais je commence à avoir des demandes. Lors de ces jeux, les personnalités de chacun ressortent vite : leaders, suiveurs, imaginatifs, etc. Parfois, on voit aussi des individus qui se révèlent. Par exemple, un timide qui, pris par l'ambiance, apporte une contribution étonnante». Les chambres d'énigmes ont quand même une limite. En effet, un jeu est en général mené par 7-8 joueurs. Cela rend donc compliqué l'accueil de grands groupes. La parade est alors de multiplier le nombre de salles, afin que tout le monde puisse jouer en même temps et surtout se retrouver pour le débriefing. Et le pot final.

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Reuters

    Wout van Aert est vice-champion du monde du contre-la-montre, Remco Evenepoel en bronze, Filippo Ganna en or

  2. d-20130115-W54PWG

    Le chanteur et poète belge Julos Beaucarne a rejoint la galaxie

  3. « A quoi nous mènent les réformes de l’Etat successives ? Un fédéralisme de concurrence et de compétition, avec de gros déséquilibres, d’énormes problèmes en termes de coordination, on a vu cela par exemple dans la crise covid ».

    «We are one»: la campagne unitariste lancée par le PTB

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 556: le grec

    Ces neuf derniers mois, il s’est passé un truc incroyable. Plus de 4.000 variants du SARS-CoV-2 ont été identifiés à travers le monde. Tout sauf une surprise. C’est un processus naturel, le virus mute pour assurer sa survie. Voix off de l’infectiologue : « Il mute ou il varie, attention c’est pas pareil/blabla/Les variants sont des souches virales sur lesquelles il y a plusieurs mutations/blabla/Comme le virus mute en permanence, une souche peut alors porter une quinzaine de mutations/blabla/L’expression “double mutant”  ne veut donc rien dire du tout, c’est “une invention des journalistes…”  »

    Nous, ce qu’on retient, c’est que, partout où il passe, il fait des bébés, ce gros dégueulasse : en Angleterre, en Afrique du Sud, au Brésil, en Inde, en Colombie, en Bretagne… Une vraie poule rousse, la recordwoman des poules pondeuses, 280 œufs par an. Ses œufs à lui sont hérissés de piques, moches, avides et cruels. Bien pire...

    Lire la suite

  • La Belgique du covid éclatée façon puzzle

    Le test du puzzle : c’est l’option, certains diront le risque, finalement prise par les instances politiques belges ce vendredi.

    Risque de la non-lisibilité pour le citoyen qui va se trouver confronté à des réglementations différentes entre Régions, mais aussi – c’est désormais possible – entre communes, voire entre lieux. Risque d’une complexité lourde à gérer par ceux qui vont devoir faire respecter cet éventail évolutif. Risque de perdre la maîtrise d’ensemble de la situation épidémiologique...

    Lire la suite