«Et maintenant?»: ce que disent les journaux après l’échec de Koen Geens

Ce vendredi soir, Koen Geens (CD&V) a remis son rapport final au Roi. Il a également demandé à être déchargé de sa mission. Le souverain a accepté et entamera des consultations ce lundi afin de déterminer la suite des événements.

Durant une conférence de presse tenue ce vendredi soir, Koens Geens a remercié le Roi pour la confiance dont il a pu bénéficier tout au long de sa mission. Il a estimé avoir réussi à obtenir le maximum des résultats possible après ses deux semaines de mission. Il a déclaré avoir établi une note mettant la sécurité, la justice, le climat et la mobilité au centre.

Il a ensuite déclaré : « Je croyais avoir la confiance des deux grands partis pour former une coalition avec l’axe MR – CD&V. Quand j’ai vu que cette confiance n’y était plus, ce n’était plus possible. Les déclarations (du PS) ont rendu impossible la poursuite des discussions. »

Dans les journaux, ce samedi matin, on s’interroge. En effet, tous les éditoriaux se concentrent sur la situation politique du pays. L’Echo partage le ras-le-bol, en titrant « Echec de la mission de Koens Geens. Et maintenant ? ». Dans son éditorial, le quotidien s’impatiente : « La pathologie politique belge nous mène à ce constat : il nous faudra un jour repenser fondamentalement notre système électoral pour empêcher qu’une poignée de politiciens puissent ainsi bloquer le pays. »

Nos confrères de La Libre mettent, dans leur Une, le caractère « inévitable » du retour aux urnes. Ils partagent, comme le Tijd, le sentiment que la Belgique s’enfonce de plus en plus dans l’impasse.

Le Soir, quant à lui met en avant le fait que personne n’est surpris de la situation. « Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS », écrit Béatrice Delvaux dans son édito.

Au nord du pays, De Morgen met en avant la « grave erreur de calcul » que Paul Magnette a fait, torpillant ainsi la mission de Koen Geens juste avant la deadline. Et ce, pour « mettre la pression sur le CD&V. » Ils titrent : « Le roi doit choisir, le CD&V a la clé ».

Het Nieuwsblad écrit quant à lui que « la Bourguignonne est morte et enterrée ». « Si aucune solution créative n’est trouvée dans les prochaines semaines, les élections sont immanquables. »

Lire aussi monde

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous