Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Les business angels et les fonds d’investissement (VCs) ont peu de temps à vous accorder pour que vous défendiez votre projet. Et pour cause, vous n’êtes pas le seul à les solliciter. Il faut donc les convaincre, et vite.  

Mais pour ça, il faut d’abord les intéresser et parvenir à garder leur attention tout au long de la présentation... Pas toujours évident avec des diagrammes et des feuillets Excel ! Surtout qu’au lancement d’une start-up, il n’y a généralement ni produit ni recettes. C’est là que le storytelling entre en jeu. « Je conseille à tout le monde de l’avoir. Ça permet d’attirer l’attention, surtout quand on a 10 minutes et que 100 personnes vont pitcher », insiste Fabrice Renard, le directeur général de Cide-Socran.  

Le storytelling, c’est quoi ? 

Le storytelling, c’est l’art de raconter l’histoire du produit ou du service que vous souhaitez mettre sur le marché (ou que vous venez de mettre sur le marché) à des personnes extérieures au projet. Leur expliquer ce qu’est ce produit ou ce service, à quel besoin il répond et pourquoi il est le mieux placer pour y répondre.  

En clair :  transmettre votre vision et vos objectifs, sans paraître naïf. Votre histoire doit aussi raconter la manière dont vous comptez faire face aux défis et aux difficultés qui se présenteront.  Soyez vous-même. Si vous y croyez, il y a de grandes chances que vos potentiels investisseurs y croient aussi. A condition évidemment que votre pitch ne se résume pas à une belle histoire. 

Un phénomène de mode ? 

« C’est un bon exercice de synthèse mais ça reste un outil. Parfois, l’histoire est belle mais, quand on y regarde de plus près, il n’y a pas de réel besoin pour un tel produit ou alors la concurrence vous a devancé », regrette Fabrice Renard.  

Et Ben Piquard, le CEO du fonds d’investissement LeanSquare, de confirmer : « tous les investisseurs ont des critères de plus en plus structurés pour faire leur choix. C’est presque scientifique. » Comprenez, le storytelling ne remplacera jamais le contenu. Même si notre interlocuteur le reconnaît : « l’investisseur est séduit par une belle énergie ou la capacité à enthousiasmer. » 

S’adapter pour mieux convaincre 

N’hésitez pas d’ailleurs à adapter votre discours à vos interlocuteurs, même si les grandes lignes restent les mêmes. Un business angel aura peut-être à cœur d’en savoir plus sur l’équipe qui porte le projet, alors qu’une banque voudra surtout en connaître davantage sur ses aspects financiers.  

Internet est une mine d’informations. Renseignez-vous aussi sur les centres d’intérêt de votre audience. Vous pourrez alors insérer ça et là un exemple ou une analogie qui leur « parlera » directement. Il n’empêche, c’est bien possible que votre histoire ne fonctionne pas du premier coup. Peu importe. Repérez ce qui a fait mouche, demandez du feedback et peaufinez votre pitch. Votre récit est comme votre produit, il va s’améliorer avec le temps. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite