Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Les business angels et les fonds d’investissement (VCs) ont peu de temps à vous accorder pour que vous défendiez votre projet. Et pour cause, vous n’êtes pas le seul à les solliciter. Il faut donc les convaincre, et vite.  

Mais pour ça, il faut d’abord les intéresser et parvenir à garder leur attention tout au long de la présentation... Pas toujours évident avec des diagrammes et des feuillets Excel ! Surtout qu’au lancement d’une start-up, il n’y a généralement ni produit ni recettes. C’est là que le storytelling entre en jeu. « Je conseille à tout le monde de l’avoir. Ça permet d’attirer l’attention, surtout quand on a 10 minutes et que 100 personnes vont pitcher », insiste Fabrice Renard, le directeur général de Cide-Socran.  

Le storytelling, c’est quoi ? 

Le storytelling, c’est l’art de raconter l’histoire du produit ou du service que vous souhaitez mettre sur le marché (ou que vous venez de mettre sur le marché) à des personnes extérieures au projet. Leur expliquer ce qu’est ce produit ou ce service, à quel besoin il répond et pourquoi il est le mieux placer pour y répondre.  

En clair :  transmettre votre vision et vos objectifs, sans paraître naïf. Votre histoire doit aussi raconter la manière dont vous comptez faire face aux défis et aux difficultés qui se présenteront.  Soyez vous-même. Si vous y croyez, il y a de grandes chances que vos potentiels investisseurs y croient aussi. A condition évidemment que votre pitch ne se résume pas à une belle histoire. 

Un phénomène de mode ? 

« C’est un bon exercice de synthèse mais ça reste un outil. Parfois, l’histoire est belle mais, quand on y regarde de plus près, il n’y a pas de réel besoin pour un tel produit ou alors la concurrence vous a devancé », regrette Fabrice Renard.  

Et Ben Piquard, le CEO du fonds d’investissement LeanSquare, de confirmer : « tous les investisseurs ont des critères de plus en plus structurés pour faire leur choix. C’est presque scientifique. » Comprenez, le storytelling ne remplacera jamais le contenu. Même si notre interlocuteur le reconnaît : « l’investisseur est séduit par une belle énergie ou la capacité à enthousiasmer. » 

S’adapter pour mieux convaincre 

N’hésitez pas d’ailleurs à adapter votre discours à vos interlocuteurs, même si les grandes lignes restent les mêmes. Un business angel aura peut-être à cœur d’en savoir plus sur l’équipe qui porte le projet, alors qu’une banque voudra surtout en connaître davantage sur ses aspects financiers.  

Internet est une mine d’informations. Renseignez-vous aussi sur les centres d’intérêt de votre audience. Vous pourrez alors insérer ça et là un exemple ou une analogie qui leur « parlera » directement. Il n’empêche, c’est bien possible que votre histoire ne fonctionne pas du premier coup. Peu importe. Repérez ce qui a fait mouche, demandez du feedback et peaufinez votre pitch. Votre récit est comme votre produit, il va s’améliorer avec le temps. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 2020-09-21

    La Vivaldi sous pression: cette crise politique est insupportable

  2. On s’attendait à des négociations au finish dimanche. On a eu droit à un énorme clash entre présidents de partis, qui pointent Georges-Louis Bouchez du doigt.

    La Vivaldi tourne à la cacophonie, haro sur le soliste Bouchez

  3. C’est la Banque nationale de Belgique (BNB), en tant que superviseur du secteur qui évalue, avec l’aide de 11 fonctionnaires spécialisés, l’efficacité des procédés anti-blanchiment des 231 banques sous sa responsabilité.

    FinCEN Files: comment la Belgique lutte contre le blanchiment d'argent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 59»: le bébé

    Dans une dizaine de jours, il va se passer un truc incroyable.

    Une petite fille va arriver. Parachutée comme Diana Prince (aka Wonder Woman) dans un monde un rien chaotique. Mais sans lasso magique, sans bracelets à l’épreuve des balles ni entraînement d’amazone. Juste comme ça, comme un bébé. Comme la première goutte de pluie sur une piscine tranquille, fraîche et dodue, avec les ondes circulaires et tous les remous autour.

    Autour, c’est Adia et Nicolas, et deux autres petites filles, Nina, bientôt 11 ans, et Marguerite, six ans. C’est chaud, d’être enceinte en temps de Covid, même si, explique Adia, « ce n’est pas un bébé corona, il a été conçu avant. Début janvier, après les fêtes, et ce n’était pas du tout prévu. C’était une surprise et une grande interrogation, parce que je ne suis plus une gamine, je vais avoir 42 ans. On n’est des parents jeunes ni l’un, ni l’autre et c’est vraiment la force de la vie qui nous a poussés à accepter. Impossible d’envisager une interruption de grossesse. »...

    Lire la suite

  • Les Leaks, pas une mode mais le devoir du quatrième pouvoir

    Le retour des Leaks. Depuis 2013, ces enquêtes basées sur des fuites de documents vers la presse se sont succédé : Luxleaks, Offshore Leaks, Panama Papers etc., soit des enquêtes spectaculaires assorties de révélations publiées dans un grand nombre de pays simultanément. Cette fois avec les « FinCEN Files », ce sont les grandes banques internationales – mais aussi quelques belges – qui sont au centre des nouveaux mécanismes auscultés et mis à nu. Le monde du crime organisé, du blanchiment d’argent et de la fraude fiscale...

    Lire la suite