Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Une belle histoire ne suffit pas pour convaincre les investisseurs

Les business angels et les fonds d’investissement (VCs) ont peu de temps à vous accorder pour que vous défendiez votre projet. Et pour cause, vous n’êtes pas le seul à les solliciter. Il faut donc les convaincre, et vite.  

Mais pour ça, il faut d’abord les intéresser et parvenir à garder leur attention tout au long de la présentation... Pas toujours évident avec des diagrammes et des feuillets Excel ! Surtout qu’au lancement d’une start-up, il n’y a généralement ni produit ni recettes. C’est là que le storytelling entre en jeu. « Je conseille à tout le monde de l’avoir. Ça permet d’attirer l’attention, surtout quand on a 10 minutes et que 100 personnes vont pitcher », insiste Fabrice Renard, le directeur général de Cide-Socran.  

Le storytelling, c’est quoi ? 

Le storytelling, c’est l’art de raconter l’histoire du produit ou du service que vous souhaitez mettre sur le marché (ou que vous venez de mettre sur le marché) à des personnes extérieures au projet. Leur expliquer ce qu’est ce produit ou ce service, à quel besoin il répond et pourquoi il est le mieux placer pour y répondre.  

En clair :  transmettre votre vision et vos objectifs, sans paraître naïf. Votre histoire doit aussi raconter la manière dont vous comptez faire face aux défis et aux difficultés qui se présenteront.  Soyez vous-même. Si vous y croyez, il y a de grandes chances que vos potentiels investisseurs y croient aussi. A condition évidemment que votre pitch ne se résume pas à une belle histoire. 

Un phénomène de mode ? 

« C’est un bon exercice de synthèse mais ça reste un outil. Parfois, l’histoire est belle mais, quand on y regarde de plus près, il n’y a pas de réel besoin pour un tel produit ou alors la concurrence vous a devancé », regrette Fabrice Renard.  

Et Ben Piquard, le CEO du fonds d’investissement LeanSquare, de confirmer : « tous les investisseurs ont des critères de plus en plus structurés pour faire leur choix. C’est presque scientifique. » Comprenez, le storytelling ne remplacera jamais le contenu. Même si notre interlocuteur le reconnaît : « l’investisseur est séduit par une belle énergie ou la capacité à enthousiasmer. » 

S’adapter pour mieux convaincre 

N’hésitez pas d’ailleurs à adapter votre discours à vos interlocuteurs, même si les grandes lignes restent les mêmes. Un business angel aura peut-être à cœur d’en savoir plus sur l’équipe qui porte le projet, alors qu’une banque voudra surtout en connaître davantage sur ses aspects financiers.  

Internet est une mine d’informations. Renseignez-vous aussi sur les centres d’intérêt de votre audience. Vous pourrez alors insérer ça et là un exemple ou une analogie qui leur « parlera » directement. Il n’empêche, c’est bien possible que votre histoire ne fonctionne pas du premier coup. Peu importe. Repérez ce qui a fait mouche, demandez du feedback et peaufinez votre pitch. Votre récit est comme votre produit, il va s’améliorer avec le temps. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronavirus Saint Luc Dépistage (3)

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: la situation reste stable

  2. RTX6RRVS

    Jane Goodall: «Cette pandémie, nous l’avons causée nous-mêmes»

  3. d-20191103-3X0PC6 2020-05-30 13:46:50

    Le Prince Joachim, positif au Covid-19, en quarantaine à Cordoue, en Espagne

La chronique
  • Handicaps et mesures sanitaires: comment couvrir des besoins invisibles

    C’est une habitude culturelle et politique tenace que d’assimiler les citoyens porteurs d’un handicap à d’autres publics dont ils se distinguent pourtant nettement. On tend à associer les personnes handicapées aux personnes âgées, aux mineurs, aux malades, aux groupes précarisés… en méconnaissant la spécificité du handicap et des besoins qu’il génère.

    La couverture médiatique de la pandémie Covid-19 n’a pas échappé à ces amalgames, non plus que la gestion fédérale de la crise : dans le corps des arrêtés ministériels de confinement, toutes les personnes « socialement vulnérables » faisaient pêle-mêle l’objet d’une dérogation commune (il était permis de se déplacer pour leur porter assistance et soins) ; au moment de planifier le déconfinement, une membre unique de la task force était censée représenter tous les enjeux sociaux, handicaps compris....

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite