5 raisons de passer au leasing de vélo quand on travaille en ville

5 raisons de passer au leasing de vélo quand on travaille en ville

Les deux-roues ont la cote dans les villes belges et le phénomène risque bien de s’amplifier avec la mise en place de flottes de vélos en leasing dans les entreprises. Pour quelques minutes ou à long terme, selon les besoins. Pourquoi s’y mettre ?

Vous gaspillez assez de temps dans la voiture, pédalez ! 

Vous perdez chaque année rien moins que 195 heures dans les bouchons de la capitale ou d’Anvers et le phénomène gagne lentement le reste du pays (Namur, Liège). Il y a désormais autant de bouchon à Londre qu’à Bruxelles, qui vient d'ailleurs de se classer devant Paris dans le dernier rapport du néerlandais TomTom, paru début juin. Pour rappel, la vitesse moyenne dans la capitale aux heures de pointe en voiture dépasse rarement 15 km/h. Les vélos électriques ont la capacité de rouler à 25 km/h et de se faufiler... ce que même les bus ont bien du mal à faire.

Vous pouvez profiter du second pilier du budget mobilité

Le budget mobilité est entré en vigueur le 1er mars. Son objectif est d'allouer à un salarié une somme d'argent qu'il peut ensuite consacrer au moyen de transport de son choix. Le 1er pilier fait la part belle aux véhicules “green” (hybrides, électriques). Le second est consacré aux modes de transport alternatifs et durables, ce que l'on appelle notamment la mobilité douce. Les vélos en font naturellement partie, y compris en complément des transports en commun.

Ce n'est pas un cours de spinning (vous arrivez frais et dispo au bureau)

La location de vélos ne se borne pas aux deux-roues "analogiques" et classiques. Il existe un grand nombre de modèles électriques, dont l'autonomie dépasse largement les 50 kilomètres, sans oublier les speed pedelec, un modèle qui peut atteindre la vitesse impressionnante de 45 km/h. Dans le domaine, la Belgique compte des valeurs sûres, notamment la marque Cowboy.

Bike fleet : les géants du leasing s'y mettent

C'est peut-être le moment de réveiller votre fleet manager ! En Belgique, Europcar vient de lancer Europcar Bikes, une solution pensée pour les sociétés. Via ce nouveau service, les employeurs peuvent offrir un “plan vélo” à leurs collaborateurs. Le nouveau dispositif est dans les mains du responsable de flotte, qui peut habilement jongler entre les voitures classiques, les scooters et le vélo (sous toutes ses formes), en fonction du type de déplacement. La location se fait depuis les murs de l'entreprise ou via des «Ctec Points», présents partout en Belgique (pas uniquement en ville). 

Il ne faut pas être salarié d'une grande boîte pour en profiter

Vous êtes indépendant ou dirigeant de société ? Le régime des salariés s'applique à vous également. Vous pouvez ainsi amortir un vélo électrique sur 3 ans à 120 % et vous verser (ou déduire) un indemnité vélo de 0,22 €/km. Quant aux particuliers et aux indépendants qui n'ont pas envie de posséder un vélo électrique, il leur est possible de louer des vélos grâce à des services comme Jump (Uber) pour des courts trajets. Ces vélos, déjà présents à Bruxelles, sont équipés d'une puce GPS et s'activent via une application mobile, comme les trottinettes (déblocage à 1€, puis 0,15€ par minute).

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite