Le coaching en innovation : comment ça marche?

Le coaching en innovation : comment ça marche?

En entrepreneuriat, tenir une bonne idée, c'est une chose. La concrétiser, c'en est une autre. En général, c'est à ce stade que les tuiles commencent à tomber. Pour ne pas crouler sous les problèmes, une solution existe : faire appel à un coach en innovation. Ceux-ci se sont multipliés, ces dernières années. En Wallonie, un organisme fait référence : InnovaTech, financé à 50% par des fonds européens et à 50% par la Région. Son siège se trouve à l'Aéropôle, le zoning high tech qui jouxte l'aéroport de Charleroi. Son tableau de chasse est impressionnant : chaque année, il accompagne 220 PME, TPE et startups. En dix ans, il a contribué à faire émerger 1.800 projets...

À la barre, on trouve dix coachs. Chacun a sa spécialité : industrie, pharma, agro-alimentaire, informatique... S'ajoutent à eux, un juriste responsable pour tout ce qui a trait à la protection des inventions, ainsi qu'un spécialiste en communication. Tous ces conseillers ont aussi développé des compétences transversales : gestion de projet, analyse de rentabilité, recherche de partenariat... «Cette couverture des domaines nous permet de répondre à un grand nombre de demandes, explique la chargée de communication, Sarah Thielens. Quand ce n'est pas le cas, nous renvoyons vers d'autres opérateurs. C'est le cas quand des PME cherchent du financement, qui est un domaine à part entière.»

«Comme un coach sportif», la gratuité en plus

Les interventions se font quel que soit le stade auquel se trouve le projet d'innovation. Les coachs peuvent ainsi aider: à démarrer une stratégie globale en matière de R&D, à développer un produit spécifique, à valider une nouvelle technique de production, etc. «Notre travail peut s'apparenter à celui d'un coach sportif, poursuit Sarah Thielens. En effet, nous partons du besoin de l'entrepreneur et nous adaptons notre encadrement en fonction. De la même manière, un entraîneur sportif module ses entraînements selon les athlètes dont il s'occupe : débutants ou marathoniens. Ceci dit, dans un cas comme de l'autre, la réussite du coaching dépend fort des relations humaines entre les deux parties. Le feeling peut passer... ou non.»

Chez InnovaTech, tous ces services sont... gratuits ! Seules les formations sont payantes (il existe une formation en 6 jours pour mieux innover et une formation proposée sur-mesure). Cette gratuité s'explique par la mission qui a été confiée par les autorités wallonnes à l'organisme : encourager les PME wallonnes à innover le plus possible. Ainsi, InnovaTech ne fait pas que répondre à des demandes. Il démarche aussi des entreprises pour leur proposer un encadrement. C'est que l'innovation est plus que jamais un facteur de compétitivité dans un monde où robotique, impression 3D et objets connectés se généralisent.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10935846-289.JPG

    Qui pour couper le son aux pleureurs compulsifs du mois d’août?

  2. François Fuks, directeur du laboratoire d’épigénétique du cancer et de l’ULB Cancer Research Center.

    Des chercheurs belges ouvrent la voie à une nouvelle thérapie contre les métastases

  3. OLYMPICS-2020_CORONAVIRUS

    Des JO toujours dangereusement entre deux eaux

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Les maisons de repos n’ont pas fini de panser leurs plaies

    Funeste et cynique épidémie. Jusque-là invisibles pour ne pas dire inexistantes dans le débat médiatique et politique, les maisons de repos y ont fait irruption brutalement. A leur insu. A coup de morts, de solitude et de détresse. A bout de souffle et de tout. Sur les 25.000 morts du covid recensés en Belgique, plus de la moitié sont des résidents de maisons de repos. Décédés à l’hôpital mais la plupart du temps, dans leur propre lit, au sein de ce que beaucoup appellent « leur dernière maison »....

    Lire la suite