Le coaching en innovation : comment ça marche?

Le coaching en innovation : comment ça marche?

En entrepreneuriat, tenir une bonne idée, c'est une chose. La concrétiser, c'en est une autre. En général, c'est à ce stade que les tuiles commencent à tomber. Pour ne pas crouler sous les problèmes, une solution existe : faire appel à un coach en innovation. Ceux-ci se sont multipliés, ces dernières années. En Wallonie, un organisme fait référence : InnovaTech, financé à 50% par des fonds européens et à 50% par la Région. Son siège se trouve à l'Aéropôle, le zoning high tech qui jouxte l'aéroport de Charleroi. Son tableau de chasse est impressionnant : chaque année, il accompagne 220 PME, TPE et startups. En dix ans, il a contribué à faire émerger 1.800 projets...

À la barre, on trouve dix coachs. Chacun a sa spécialité : industrie, pharma, agro-alimentaire, informatique... S'ajoutent à eux, un juriste responsable pour tout ce qui a trait à la protection des inventions, ainsi qu'un spécialiste en communication. Tous ces conseillers ont aussi développé des compétences transversales : gestion de projet, analyse de rentabilité, recherche de partenariat... «Cette couverture des domaines nous permet de répondre à un grand nombre de demandes, explique la chargée de communication, Sarah Thielens. Quand ce n'est pas le cas, nous renvoyons vers d'autres opérateurs. C'est le cas quand des PME cherchent du financement, qui est un domaine à part entière.»

«Comme un coach sportif», la gratuité en plus

Les interventions se font quel que soit le stade auquel se trouve le projet d'innovation. Les coachs peuvent ainsi aider: à démarrer une stratégie globale en matière de R&D, à développer un produit spécifique, à valider une nouvelle technique de production, etc. «Notre travail peut s'apparenter à celui d'un coach sportif, poursuit Sarah Thielens. En effet, nous partons du besoin de l'entrepreneur et nous adaptons notre encadrement en fonction. De la même manière, un entraîneur sportif module ses entraînements selon les athlètes dont il s'occupe : débutants ou marathoniens. Ceci dit, dans un cas comme de l'autre, la réussite du coaching dépend fort des relations humaines entre les deux parties. Le feeling peut passer... ou non.»

Chez InnovaTech, tous ces services sont... gratuits ! Seules les formations sont payantes (il existe une formation en 6 jours pour mieux innover et une formation proposée sur-mesure). Cette gratuité s'explique par la mission qui a été confiée par les autorités wallonnes à l'organisme : encourager les PME wallonnes à innover le plus possible. Ainsi, InnovaTech ne fait pas que répondre à des demandes. Il démarche aussi des entreprises pour leur proposer un encadrement. C'est que l'innovation est plus que jamais un facteur de compétitivité dans un monde où robotique, impression 3D et objets connectés se généralisent.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec ce livre, Meghan et Harry ont bafoué le célèbre mode opératoire des Windsor.

    Quand Harry et Meghan règlent leurs comptes avec les Windsor par personnes interposées

  2. Daniel et Gisèle vivent dans la même rue, mais le Covid les a séparés durant trois mois, quand la maison de repos où réside Daniel a fermé ses portes.

    «Le virus de l’amour»: Gisèle et Daniel font de la résistance

  3. Les préformateurs Bart De Wever et Paul Magnette.

    Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite