Le coaching en innovation : comment ça marche?

Edition numérique des abonnés

En entrepreneuriat, tenir une bonne idée, c'est une chose. La concrétiser, c'en est une autre. En général, c'est à ce stade que les tuiles commencent à tomber. Pour ne pas crouler sous les problèmes, une solution existe : faire appel à un coach en innovation. Ceux-ci se sont multipliés, ces dernières années. En Wallonie, un organisme fait référence : InnovaTech, financé à 50% par des fonds européens et à 50% par la Région. Son siège se trouve à l'Aéropôle, le zoning high tech qui jouxte l'aéroport de Charleroi. Son tableau de chasse est impressionnant : chaque année, il accompagne 220 PME, TPE et startups. En dix ans, il a contribué à faire émerger 1.800 projets...

À la barre, on trouve dix coachs. Chacun a sa spécialité : industrie, pharma, agro-alimentaire, informatique... S'ajoutent à eux, un juriste responsable pour tout ce qui a trait à la protection des inventions, ainsi qu'un spécialiste en communication. Tous ces conseillers ont aussi développé des compétences transversales : gestion de projet, analyse de rentabilité, recherche de partenariat... «Cette couverture des domaines nous permet de répondre à un grand nombre de demandes, explique la chargée de communication, Sarah Thielens. Quand ce n'est pas le cas, nous renvoyons vers d'autres opérateurs. C'est le cas quand des PME cherchent du financement, qui est un domaine à part entière.»

«Comme un coach sportif», la gratuité en plus

Les interventions se font quel que soit le stade auquel se trouve le projet d'innovation. Les coachs peuvent ainsi aider: à démarrer une stratégie globale en matière de R&D, à développer un produit spécifique, à valider une nouvelle technique de production, etc. «Notre travail peut s'apparenter à celui d'un coach sportif, poursuit Sarah Thielens. En effet, nous partons du besoin de l'entrepreneur et nous adaptons notre encadrement en fonction. De la même manière, un entraîneur sportif module ses entraînements selon les athlètes dont il s'occupe : débutants ou marathoniens. Ceci dit, dans un cas comme de l'autre, la réussite du coaching dépend fort des relations humaines entre les deux parties. Le feeling peut passer... ou non.»

Chez InnovaTech, tous ces services sont... gratuits ! Seules les formations sont payantes (il existe une formation en 6 jours pour mieux innover et une formation proposée sur-mesure). Cette gratuité s'explique par la mission qui a été confiée par les autorités wallonnes à l'organisme : encourager les PME wallonnes à innover le plus possible. Ainsi, InnovaTech ne fait pas que répondre à des demandes. Il démarche aussi des entreprises pour leur proposer un encadrement. C'est que l'innovation est plus que jamais un facteur de compétitivité dans un monde où robotique, impression 3D et objets connectés se généralisent.

Sur le même sujet
Croissance
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Trop tôt pour faire la fête? «Tout comme le Premier ministre et le ministre de la Santé , je vois que, depuis cinq semaines, la situation épidémiologique est stable.»

    Le commissaire corona: «Avec les boîtes de nuit, je veux une dynamique positive, pas un Etat intransigeant»

  2. Daniel Cohn-Bendit.

    Daniel Cohn-Bendit: «L’Allemagne veut être gouvernée au centre»

  3. Xavier Van Dam ne s’est montré plus ou moins collaborant que quand il s’est agi de parler de sa vie.

    Assises de Namur: Xavier Van Dam refuse d’évoquer la mort de Wivinne Marion

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: quand l’extrémisme devient la normalité

    Imaginez cela : en prélude aux élections législatives belges, une chaîne de télévision en Belgique organise deux heures et demie de débat entre un néo-bolchevique et un néofasciste, à l’exclusion de toutes les tendances plus modérées du spectre politique. Le scandale serait considérable et les protestations tonitruantes.

    Or nous venons, en France, de vivre un tel événement sans, qu’apparemment, cela ne choque qui que ce soit. Eric Zemmour y affrontait Jean-Luc Mélenchon. L’un qui est structurellement candidat à la présidence de la République, l’autre qui l’est potentiellement. L’un qui se réclame de Charles Maurras, l’autre de Léon Trotski. La modernité en marche. L’un, Mélenchon, qui s’insurge contre le système dont il est devenu un pilier, l’autre qui stigmatise une pensée unique dont il est en train de devenir l’un des omniprésents représentants.

    Car le cas Zemmour est proprement inouï : le polémiste est partout, sur toutes les radios, sur toutes les télévisions, dans tous les journaux, on ne voit, on n’entend que lui, on ne...

    Lire la suite

  • Aujourd’hui peut-être, ou alors demain…

    Procession d’Echternach ou chemin de croix ? La gestion de la pandémie aura en tout cas tout eu depuis le début, du parcours du combattant et d’une très longue épreuve de patience. La nouvelle est tombée ce lundi, mais on le pressentait déjà depuis quelques jours : il n’y aura pas de CST – Covid Safe Ticket – étendu dès ce premier octobre à Bruxelles. De quoi s’arracher les cheveux pour des théâtres et salles de spectacle qui avaient déjà prévenu leurs spectateurs par mail de l’application de nouvelles réglementations...

    Lire la suite