Quand vivre en kot s’accompagne d’un projet

Quand vivre en kot s’accompagne d’un projet

Il y a kot et kot. Des kots où l’on vit chacun de son côté, certains où l’ambiance est bonne… et encore d’autres où l’on se fédère autour d’une idée commune. « C’est ce qu’on appelle les kots à projets. Un kot où vit une dizaine d’étudiants axés sur un projet spécifique », décrit Robin, étudiant en 2e année de Master en Ingénieur civil en informatique. « Ça, c’est pour le côté formel. En pratique, c’est une communauté qui vit ensemble et qui contribue à la vie estudiantine. On s’implique, on organise des réunions et surtout des événements ».  

Plus de 800 étudiants, rien qu’à Louvain-la-Neuve

 Ces kots à projets comptent plus de 800 étudiants, rien qu’à Louvain-la-Neuve. Cela fait déjà quatre années que Robin fait partie d’un kot à projet. Deux ans au Dépakot, deux ans au Kot-à-jeux. « Le Dépakot est un projet à portée sociale, en partenariat avec l’ASBL les Compagnons Dépanneurs. On allait aider des gens en situation précaire et qui devaient faire face à des travaux chez eux, un déménagement, ou encore détapisser » explique le jeune de 22 ans qui est passé ensuite à un autre projet. « Généralement, on ne reste pas plus de deux ou trois ans dans le même kot à projets. Il n’y a pas de problèmes mais on souhaite connaitre autre chose et c’est toujours chouette de changer ».  

Des événements destinés aux étudiants mais aussi aux habitants   

Aujourd’hui, Robin fait donc partie du Kot-à-jeux. « Nous organisons des soirées de jeux de société, ouvertes à tous, même si ce sont surtout des étudiants de l’UCL qui y participent. Nous avons aussi une grosse soirée casino, avec 200 personnes par soir, avec tout le monde en tenue de soirée. On loue également les jeux de société dans notre kot pour une somme modique. On organise aussi un jeu grandeur nature avec 200 personnes dans Louvain-la-Neuve, le Killer, où tout le monde se traque ». Une ambiance dans le kot, une ambiance dans les événements… mais il y a aussi l’envers du décor.  

Un chef d’équipe qui prend ses responsabilités

 Être dans un kot à projets, cela apporte aussi beaucoup de choses. « Cela m’a appris à gérer une équipe et à avoir des responsabilités. Lors des soirées casino, il y a une équipe de 10 personnes à gérer, 30 bénévoles aussi, des réunions, le budget. Une soirée comme celle-là, c’est 10.000 euros de chiffre d’affaires ». Une telle charge de travail, est-ce toujours conciliable avec les études ? « Je suis en kot à projets depuis 4 ans, et la seule année que j’ai bissée, c’est celle où je n’étais pas dans un kot ». Et tous les étudiants de son kot ont érigé une règle d’or : les études avant tout. « Personne n’en voudra à quelqu’un de ne pas faire une tâche car il doit étudier ou travailler. Après, ça prend beaucoup de temps, c’est clair », rigole-t-il.  

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Septembre 2020, remake du «
pas avec le MR
», avec Georges-Louis Bouchez dans le rôle du «
mouton noir
».

    Négociations fédérales: le jeu des familles (du divorce, plutôt)

  2. d-20200913-GHVXNL 2020-09-13 17:19:21

    Santé en Lutte: itinéraire d’un déploiement policier qui fait mal

  3. Pour Johan Ickx, des milliers de Juifs auraient été sauvés grâce à Pie XII.

    Johan Ickx au «Soir»: «Je me demande pourquoi Yad Vashem ne loue pas Pie XII»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 62: le dégoût

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En ville, y avait des gens qui grouillaient dans tous les coins, dans la rue et les transports en commun, sur les terrasses, à vélo, debout, assis, partout.

    On se faufilait au milieu en louvoyant, ondulant, frôlant, évitant, avec cette impression poisseuse d’avoir enfilé des gants de crasse et de sentir grimper le long du corps des colonnes d’acaryotes, en file indienne comme des fourmis, pour tenter de se glisser sous le masque par l’entrebâillement sous le menton.

    Sans prévenir, a jailli alors comme un trop-plein de tout, un sentiment de gros beurk, une envie de se doucher au Dettol, de se terrer dans une belle cage de verre aseptisée, sur un lit avec des draps blancs et un wifi hyper puissant.

    Déjà, la veille, on avait dû désinfecter le petit qui se frottait à tout ce qu’il trouvait. Ne touche pas la rampe en montant. « Trop taaard...

    Lire la suite

  • Blanchimentà la belge? Montrez-nous que tout va mieux

    Bien évidemment, comment voulez-vous blanchir sans banques ? », s’exclame le juge Claise qui a fait de la lutte contre la délinquance financière son obsession et sa mission. Il pointe les banques à mauvaise réputation ou dans des paradis fiscaux mais qui ne peuvent être passées maîtres en pratiques douteuses sans la couverture, consciente ou naïve, de banques ayant pignon sur rue dans des pays comme… la Belgique. Notre pays est même plutôt « bien » classé. Dans son rapport 2020, le Basel Institute on Governance cite la...

    Lire la suite