Quand vivre en kot s’accompagne d’un projet

Quand vivre en kot s’accompagne d’un projet

Il y a kot et kot. Des kots où l’on vit chacun de son côté, certains où l’ambiance est bonne… et encore d’autres où l’on se fédère autour d’une idée commune. « C’est ce qu’on appelle les kots à projets. Un kot où vit une dizaine d’étudiants axés sur un projet spécifique », décrit Robin, étudiant en 2e année de Master en Ingénieur civil en informatique. « Ça, c’est pour le côté formel. En pratique, c’est une communauté qui vit ensemble et qui contribue à la vie estudiantine. On s’implique, on organise des réunions et surtout des événements ».  

Plus de 800 étudiants, rien qu’à Louvain-la-Neuve

 Ces kots à projets comptent plus de 800 étudiants, rien qu’à Louvain-la-Neuve. Cela fait déjà quatre années que Robin fait partie d’un kot à projet. Deux ans au Dépakot, deux ans au Kot-à-jeux. « Le Dépakot est un projet à portée sociale, en partenariat avec l’ASBL les Compagnons Dépanneurs. On allait aider des gens en situation précaire et qui devaient faire face à des travaux chez eux, un déménagement, ou encore détapisser » explique le jeune de 22 ans qui est passé ensuite à un autre projet. « Généralement, on ne reste pas plus de deux ou trois ans dans le même kot à projets. Il n’y a pas de problèmes mais on souhaite connaitre autre chose et c’est toujours chouette de changer ».  

Des événements destinés aux étudiants mais aussi aux habitants   

Aujourd’hui, Robin fait donc partie du Kot-à-jeux. « Nous organisons des soirées de jeux de société, ouvertes à tous, même si ce sont surtout des étudiants de l’UCL qui y participent. Nous avons aussi une grosse soirée casino, avec 200 personnes par soir, avec tout le monde en tenue de soirée. On loue également les jeux de société dans notre kot pour une somme modique. On organise aussi un jeu grandeur nature avec 200 personnes dans Louvain-la-Neuve, le Killer, où tout le monde se traque ». Une ambiance dans le kot, une ambiance dans les événements… mais il y a aussi l’envers du décor.  

Un chef d’équipe qui prend ses responsabilités

 Être dans un kot à projets, cela apporte aussi beaucoup de choses. « Cela m’a appris à gérer une équipe et à avoir des responsabilités. Lors des soirées casino, il y a une équipe de 10 personnes à gérer, 30 bénévoles aussi, des réunions, le budget. Une soirée comme celle-là, c’est 10.000 euros de chiffre d’affaires ». Une telle charge de travail, est-ce toujours conciliable avec les études ? « Je suis en kot à projets depuis 4 ans, et la seule année que j’ai bissée, c’est celle où je n’étais pas dans un kot ». Et tous les étudiants de son kot ont érigé une règle d’or : les études avant tout. « Personne n’en voudra à quelqu’un de ne pas faire une tâche car il doit étudier ou travailler. Après, ça prend beaucoup de temps, c’est clair », rigole-t-il.  

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite