Ces Belges qui coupent le câble... télé

Ces Belges qui coupent le câble... télé

Jamais autant d'Américains n'ont résilié leur abonnement à la télévision payante pour privilégier des services vidéo à la demande. Selon une étude eMarketer, ils étaient 33 millions fin 2018, soit 33% de plus que l'année précédente. Prévisions pour 2022 ? 55 millions de personnes.

De la mire à la grille d'applications

Les causes sont connues et multiples : des prix jugés élevés et des modifications fondamentales dans la consommation de télévision, au travers d'applications directement accessibles depuis le téléviseur ou une box (Apple TV, Smart TV, Chromecast). Parmi ces applications, Netflix règne en maître absolu, avec 130 millions d'abonnés dans le monde (dont environ 1 million chez nous, aux dernières estimations), juste devant Amazon Prime.

Pour endiguer le phénomène, les Américains ont réagi dès 2014 en créant des offres accessibles depuis internet (smartphone, tablette, smart TV) : DirectTV Now, PlayStation Vue, Sling TV et Hulu comptent désormais plusieurs millions d'abonnés. Même phénomène en France, où Molotov (racheté par Altice) se rêve en Spotify de la télévision numérique et où Canal+ remplace son décodeur maison par une Apple TV.

Belgique : réactions en ordre dispersé

Le modèle américain a servi de leçon. En Belgique aussi, une forme de résistance s'organise et de nouveaux acteurs voient le jour. Ainsi, Medialaan a lancé Stievie, une application permettant de regarder les principales chaînes flamandes depuis n'importe quel écran... gratuitement. En payant moins de 10 euros, on accède à 18 chaînes au lieu de 7 et on dispose d'un accès à la demande.

Pour l'heure, le Sud du pays reste à la traîne et ne dispose d’aucune offre fédératrice. Chacun y va de sa tentative pour occuper le terrain : Auvio à la RTBF, RTLPlay, VooMotion et même BeTV Go sont désormais accessibles en Chromecast ou via l'Apple TV. Une solution permettant aussi d'endiguer le phénomène de l'IPTV, ces boîtiers donnant accès à des milliers de chaînes, séries et films... dans l'illégalité la plus totale. Pour Simon De Coster, à la tête du service juridique de la RTBF, ce phénomène toucherait déjà "deux ou trois pourcents de l’ensemble des ménages wallons et bruxellois".

Les opérateurs revoient les offres

Eux aussi tentent de suivre le mouvement. Ainsi, en février, Telenet a lancé un abonnement sans décodeur TV. L'offre Yugo se contente d'une connexion internet fixe ou mobile : les contenus (en direct ou à la demande) se consomment par le biais d'une application mobile. Proximus avance dans la même direction : un abonnement Epic devrait voir le jour en avril avec une connexion à internet fixe. Proximus prépare également un décodeur basé sur Android. Traduction : Proximus TV devient progressivement... une application comme une autre. Chez Orange se prépare une offre "internet only" depuis le printemps 2018. Pour son CEO, Michaël Trabbia, c'est carrément devenu “une évidence” sur le marché belge.

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sous la pression de ses dettes et pour éviter la faillite, Caroline Case a décidé de se séparer d’ores et déjà d’un de ses deux bars bruxellois.

    Le baromètre de la relance: ces pros de l’horeca qui ont déjà rendu leur tablier

  2. le futur «village-prison».

    Coup d’accélérateur à la prison de Haren: dépassera-t-on le milliard d’euros?

  3. L’interview du couple par Oprah Winfrey sera diffusée dimanche soir.

    Règlements de comptes sanglants entre le couple Harry-Meghan et Buckingham Palace

La chronique
  • Chronique: coronavirus, l’enjeu des brevets à l’OMC

    Loin de représenter un bien public mondial, les vaccins contre le Covid-19 sont répartis de manière inégale selon la loi du plus offrant. En février, sept pays concentraient 80 % des doses administrées dans le monde, tandis que près de 130 pays n’en avaient encore administré aucune. Alors que les pays à revenu intermédiaire (hors Chine) concentrent 50 % des contaminations dans le monde, ils n’ont administré que 17 % des doses (1). Avant cela, près de 8 milliards de doses ont été précommandées, dont la majorité par les pays les plus riches qui n’ont laissé que des miettes pour les pays pauvres. L’initiative Covax, censée permettre de vacciner 20 % de la population de 145 pays en 2021, n’est en mesure de vacciner que 3,3 % de cette population au cours du premier semestre 2021 (2).

    Cette répartition inégale des vaccins n’est pas seulement une faute morale qui risque d’augmenter considérablement le nombre de morts dans les pays en développement. Elle risque également de favoriser la diffusion de variants du coronavirus plus résistants aux vaccins. En prolongeant la...

    Lire la suite

  • Dehors aussi, la gestion foireuse des vaccinations

    Un petit bol d’air frais, pas plus grand qu’une tasse à expresso. Des funérailles à 50, seulement, pour ceux qui nous quittent. Une petite journée par semaine dans les auditoires pour les plus jeunes et quelques courtes escapades sur les chemins buissonniers pour les petits. A première vue, ces seuls acquis assurés de la réunion du Comité de concertation de ce vendredi ont encore tout du régime au pain sec et à l’eau.

    Mais après les coiffeurs et les métiers dits « de contact », la Belgique...

    Lire la suite