Voici à quoi devrait ressembler la télévision du futur

Voici à quoi devrait ressembler la télévision du futur

S’il y a un média qui subit les conséquences de notre hyper-connectivité, c’est bien la télévision. Aux États-Unis, la plupart des foyers ont déjà coupé le câble, emportés par la vague de la vidéo à la demande. Mais le téléviseur n’a pas dit son dernier mot.   

Le téléviseur a connu 4 générations de salons 

Récemment, Sony a étudié les évolutions esthétiques de l'objet et du salon autour. Apparu chez nous dans les années 60, c'est dans les années 70 que le poste de télévision est devenu un élément indispensable et emblématique du design, avec la chaîne hi-fi. Dans les années 80, la tendance était aux meubles en bois massifs rembourrés.  

Au fil des années, les téléviseurs ont pris une place centrale dans le quotidien, avec l'essor des VHS et des consoles de jeu. Les années 90 ont été dominées par le minimalisme et par le blanc, puis par les motifs durant la transition vers les années 2000. Les écrans plats sont alors devenus la norme, épaulés par des ensembles “home cinema”. Objectif : recréer l'atmosphère d'une salle de cinéma. Phénomène suivant ? On le connaît, l'écran de poche. 

L'évolution de la télévision 1920 - 2020

2019 : encore une TV dans chaque foyer 

Mais surtout plusieurs écrans de télévision. On pourrait croire que le grand écran a disparu de nos salons. Ce n'est pas encore le cas : 93,4% des foyers disposent encore d'un téléviseur, mais il n'est plus le seul écran de la maison. Nous en possédons en moyenne 5 (dont l'ordinateur, la tablette et le smartphone) et passons chaque jour environ 3h15 devant la télévision (peu importe le terminal), confirme le CIM. 

Ce qui change déjà : la linéarité de la consommation 

Le téléviseur est devenu un hub qui rassemble, de par sa taille. Il est désormais gagné par les applications et les boîtiers intelligents (Apple, Google, Smart TV). La décision de Proximus de rebaptiser Proximus TV en Pickx cet automne participe de cette nouvelle définition du téléviseur comme centre de divertissements.  

Quelques mois auparavant, Telenet prenait la même direction avec Yugo, une offre de télévision à destination des jeunes adultes. Il y a urgence, face aux géants : 25 % des Belges ont accès à des offres de vidéo à la demande comme Netflix ou Amazon Prime. 

Quel téléviseur dans 5 ans dans nos salons ? 

La télévision sera partout, y compris dans les enceintes connectées avec écran. Destiné à la consommation en famille ou entre amis, le téléviseur de salon restera un élément central du foyer, mais il obéira à de nouvelles règles de design.  

Elles se mettent en place dès aujourd'hui : la finesse, la transparence (grâce à des écrans translucides) et la souplesse. On pourra littéralement placer un téléviseur au mur comme une affiche ou une photographie.  

Que va-t-on regarder à la télévision en 2025 ? 

Tentative de réponse dans l’étude « The future of the video and TV landscape by 2030 » menée par Deloitte fin 2018. L'écran de télévision conservera une place centrale pour le direct (événements sportifs notamment), mais sera sinon dédié à la vidéo à la demande, avec une personnalisation des contenus et des publicités.  

Le consommateur ne paiera plus pour un fournisseur particulier, mais pour le contenu qu'il voudra voir. Il bénéficiera également de services radicalement différents depuis son grand écran : le shopping, la surveillance et la domotique, par exemple.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Dr Coppiters est professeur de santé publique à l’Université libre de Bruxelles.

    Yves Coppieters au «Soir»: «On a les fondements d’une troisième vague»

  2. Francophone et francophile, Armin Laschet est ministre-président du Land voisin de la Wallonie, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

    En élisant Armin Laschet à la tête de la CDU, la droite allemande choisit la continuité

  3. Airbus (à l’avant-plan) et Boeing (à l’arrière), deux géants à la peine.

    Le Covid n’aura pas épargné la guerre Airbus-Boeing

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite