Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Edition numérique des abonnés

Il y a un an, le CEO fraîchement nommé de Sodexo BRS décidait de convertir la société au management participatif. Sa conviction : ceux qui font sont les plus à même de savoir ce qui doit être fait et comment le faire.

L’entreprise compte près de 300 salariés. Il y a donc bien un management, c’est obligatoire. Mais le mot d’ordre c’est l’autonomie. Chacun prend les décisions qu’il estime être nécessaires, soutenu en cas de difficulté par son supérieur.

S’appuyer sur les volontaires

La redéfinition des rôles ne s’est pas faite sans effort. Au contraire, chacun a dû y mettre du sien. “Il faut s’appuyer sur les volontaires. Ça suppose une adaptation de chacun, notamment des managers, et ensuite il y a un effet tâche d’huile qui se met en place dans l’entreprise”, reconnaît Jérôme Lemouchoux, le CEO de Sodexo BRS.

Le comité de direction reste maître de la vision et des objectifs à atteindre. Pour le reste, chacun a voix au chapitre. “Le but n’est pas d’arriver à l’unanimité, ce n’est pas possible, mais c’est que tout le monde accepte les décisions et puisse vivre avec”, précise le CEO. Chaque décision opérationnelle ou organisationnelle fait ainsi l’objet de débats.

Parfois, les volontaires donnent simplement leur avis, lors du recrutement d’un nouveau collaborateur par exemple, mais parfois ils sont eux-mêmes à l’origine du changement. Hélène de Leuze, Customer Value Proposition Manager, a participé à l’un des workshops destinés à repenser la collaboration entre deux départements : “on définit ensemble ce qu’on estime être la meilleure manière de travailler ensemble, puis on fait un feedback au comité de direction, en disant comment, nous, on estime travailler de la manière la plus optimale possible. On leur dit voilà, à partir de demain, c’est comme ça qu’on travaillera.”

Teams on mission

Même approche bottom-up en cas de problème. Là, ce sont les TOM (Teams on mission) qui montent au créneau. Une trentaine a déjà vu le jour depuis l’adoption du management participatif chez Sodexo. "Un TOM c'est un ensemble de personnes qui vont répondre à un problème et qui vont, dans un premier temps, analyser la situation, ils vont tester différentes solutions et, lorsque ça répond à nos attentes, veiller à ce que ce soit étendu au niveau de l'ensemble de l'entreprise", explique Frank Van Isterdal, Process & Knowledge Manager.

Et apparemment, la formule fonctionne. Le CEO n’y renoncerait pour rien au monde : "si une personne se sent bien dans son travail, est capable de s'épanouir, naturellement elle va bien servir ses clients, elle va être innovante et donc les résultats de l'entreprise vont s’en ressentir.”

Sur le même sujet
Management
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’objectif à la Rue de la Loi, c’est d’ élargir les deux pistes cyclables qui voient passer chaque jour plus de mille vélos. Sans aucune incidence sur le trafic, assure la ville de Bruxelles.

    Rue de la Loi à Bruxelles: une bande de circulation supprimée pour élargir les pistes cyclables

  2. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  3. Eddy Merckx a accompagné le Roi Philippe mercredi. @News

La chronique
  • La chronique Carta Academica: les enjeux de l’ajustement carbone aux frontières de l’UE

    Le 14 juillet dernier, la Commission européenne a communiqué sa proposition de paquet législatif « Fit for 55 », qui comprend treize projets de révision de directives et de nouvelles législations. Ce paquet législatif imposant vise à mettre en œuvre le projet de Green Deal européen, dont l’objectif est de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre en 2030 (par rapport à 1990), afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Le Green Deal prévoit non seulement de décarboner le secteur de l’énergie, mais aussi d’adopter des modes de production et de consommation durables. Le paquet « Fit for 55 » propose dans ce but d’élargir progressivement le champ d’application du marché carbone européen créé en 2005 et qui ne couvre actuellement que moins de la moitié des émissions de CO2 de l’Union européenne.

    Parmi ce paquet législatif, la Commission européenne envisage la mise en œuvre progressive...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite