Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Il y a un an, le CEO fraîchement nommé de Sodexo BRS décidait de convertir la société au management participatif. Sa conviction : ceux qui font sont les plus à même de savoir ce qui doit être fait et comment le faire.

L’entreprise compte près de 300 salariés. Il y a donc bien un management, c’est obligatoire. Mais le mot d’ordre c’est l’autonomie. Chacun prend les décisions qu’il estime être nécessaires, soutenu en cas de difficulté par son supérieur.

S’appuyer sur les volontaires

La redéfinition des rôles ne s’est pas faite sans effort. Au contraire, chacun a dû y mettre du sien. “Il faut s’appuyer sur les volontaires. Ça suppose une adaptation de chacun, notamment des managers, et ensuite il y a un effet tâche d’huile qui se met en place dans l’entreprise”, reconnaît Jérôme Lemouchoux, le CEO de Sodexo BRS.

Le comité de direction reste maître de la vision et des objectifs à atteindre. Pour le reste, chacun a voix au chapitre. “Le but n’est pas d’arriver à l’unanimité, ce n’est pas possible, mais c’est que tout le monde accepte les décisions et puisse vivre avec”, précise le CEO. Chaque décision opérationnelle ou organisationnelle fait ainsi l’objet de débats.

Parfois, les volontaires donnent simplement leur avis, lors du recrutement d’un nouveau collaborateur par exemple, mais parfois ils sont eux-mêmes à l’origine du changement. Hélène de Leuze, Customer Value Proposition Manager, a participé à l’un des workshops destinés à repenser la collaboration entre deux départements : “on définit ensemble ce qu’on estime être la meilleure manière de travailler ensemble, puis on fait un feedback au comité de direction, en disant comment, nous, on estime travailler de la manière la plus optimale possible. On leur dit voilà, à partir de demain, c’est comme ça qu’on travaillera.”

Teams on mission

Même approche bottom-up en cas de problème. Là, ce sont les TOM (Teams on mission) qui montent au créneau. Une trentaine a déjà vu le jour depuis l’adoption du management participatif chez Sodexo. "Un TOM c'est un ensemble de personnes qui vont répondre à un problème et qui vont, dans un premier temps, analyser la situation, ils vont tester différentes solutions et, lorsque ça répond à nos attentes, veiller à ce que ce soit étendu au niveau de l'ensemble de l'entreprise", explique Frank Van Isterdal, Process & Knowledge Manager.

Et apparemment, la formule fonctionne. Le CEO n’y renoncerait pour rien au monde : "si une personne se sent bien dans son travail, est capable de s'épanouir, naturellement elle va bien servir ses clients, elle va être innovante et donc les résultats de l'entreprise vont s’en ressentir.”

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10892087-031.JPG

    Je confine, tu confines, moi non plus

  2. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 89»: la taupe

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En l’espace de 24 heures, deux personnes nous ont sorti la même phrase : « Tu ne vas quand même pas t’enterrer comme une taupe ? » L’une des deux poussant légèrement plus loin : « Tu sais, ma tante vit comme une taupe dans son terrier et elle a attrapé le covid via le courrier et les pubs dans sa boîte aux lettres. »

    D’abord, on ne dit pas terrier, mais taupinière. Ensuite, qu’on leur a répondu, bien sûr que si, je vais m’enterrer, et bien profond avec ça. Je vais creuser mes 20 mètres de galerie en une journée – c’est ma moyenne – à la verticale, loin de tout, loin de la surface, avec mes mains en corne en forme de petites pelles et mes douze doigts griffus.

    Je n’y verrai sans doute pas grand-chose, mais j’aiguiserai mon ouïe avec mes oreilles sans pavillon, pour bien entendre quand on annoncera que tout va bien, que l’air est pur et qu’on...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite