Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Il y a un an, le CEO fraîchement nommé de Sodexo BRS décidait de convertir la société au management participatif. Sa conviction : ceux qui font sont les plus à même de savoir ce qui doit être fait et comment le faire.

L’entreprise compte près de 300 salariés. Il y a donc bien un management, c’est obligatoire. Mais le mot d’ordre c’est l’autonomie. Chacun prend les décisions qu’il estime être nécessaires, soutenu en cas de difficulté par son supérieur.

S’appuyer sur les volontaires

La redéfinition des rôles ne s’est pas faite sans effort. Au contraire, chacun a dû y mettre du sien. “Il faut s’appuyer sur les volontaires. Ça suppose une adaptation de chacun, notamment des managers, et ensuite il y a un effet tâche d’huile qui se met en place dans l’entreprise”, reconnaît Jérôme Lemouchoux, le CEO de Sodexo BRS.

Le comité de direction reste maître de la vision et des objectifs à atteindre. Pour le reste, chacun a voix au chapitre. “Le but n’est pas d’arriver à l’unanimité, ce n’est pas possible, mais c’est que tout le monde accepte les décisions et puisse vivre avec”, précise le CEO. Chaque décision opérationnelle ou organisationnelle fait ainsi l’objet de débats.

Parfois, les volontaires donnent simplement leur avis, lors du recrutement d’un nouveau collaborateur par exemple, mais parfois ils sont eux-mêmes à l’origine du changement. Hélène de Leuze, Customer Value Proposition Manager, a participé à l’un des workshops destinés à repenser la collaboration entre deux départements : “on définit ensemble ce qu’on estime être la meilleure manière de travailler ensemble, puis on fait un feedback au comité de direction, en disant comment, nous, on estime travailler de la manière la plus optimale possible. On leur dit voilà, à partir de demain, c’est comme ça qu’on travaillera.”

Teams on mission

Même approche bottom-up en cas de problème. Là, ce sont les TOM (Teams on mission) qui montent au créneau. Une trentaine a déjà vu le jour depuis l’adoption du management participatif chez Sodexo. "Un TOM c'est un ensemble de personnes qui vont répondre à un problème et qui vont, dans un premier temps, analyser la situation, ils vont tester différentes solutions et, lorsque ça répond à nos attentes, veiller à ce que ce soit étendu au niveau de l'ensemble de l'entreprise", explique Frank Van Isterdal, Process & Knowledge Manager.

Et apparemment, la formule fonctionne. Le CEO n’y renoncerait pour rien au monde : "si une personne se sent bien dans son travail, est capable de s'épanouir, naturellement elle va bien servir ses clients, elle va être innovante et donc les résultats de l'entreprise vont s’en ressentir.”

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Vladimir Poutine avant la finale de la Coupe du monde de football, le 15 juillet 2018 à Moscou: une apothéose pour le chef du Kremlin, à l’issue d’un tournoi rondement mené.

    Euro 2020: le football, «soft power» de Poutine pour redorer l’image de la Russie

  2. Johnny Hallyday à Bercy en 2003.

    Johnny Hallyday, les secrets de fabrication d’une sacrée carrière posthume

  3. Jaco Van Dormael, dans son jardin ucclois. Trente ans ont passé, depuis «Toto le héros».

    Les Racines élémentaires de Jaco Van Dormael: «En Allemagne, j’étais der Franzose. En Belgique, je suis devenu le boche»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: au moment où un tribunal nord-américain rend justice à George Floyd, en Belgique…

    Aux États-Unis, on semble vouloir faire la lumière sur les affaires de violences policières, particulièrement si elles entraînent la mort d’une personne. En Belgique, il n’est pas sûr que ce soit le cas. En tout cas, à Gand, le 16 mars dernier, on a bel et bien mis le couvercle sur une affaire qui aurait dû connaître un procès public.

    L’histoire, telle qu’elle est racontée ci-dessous est sans doute incomplète, peut-être bien biaisée, mais c’est celle qui ressort d’une décision de justice. Elle se passe à Roeselaere, en mai 2018. Monsieur Bangoura, d’origine guinéenne, se fait condamner à être expulsé de chez lui. Il ne s’est pas défendu au procès à ce propos. Le jour dit, un huissier chargé de l’expulsion, escorté de deux policiers, se présente au logis. Ils trouvent porte de bois et finissent par forcer l’entrée. Un chien hurle, menaçant, l’homme est allongé sur un divan. Moïse Lamine Bangoura crie,...

    Lire la suite

  • De la fragilité de l’ordre du monde

    J’étais dans la voiture, à Bruxelles. Je reçois un coup de fil du Président qui me dit : “Tu es prêt à entendre quelque chose d’énorme ? Je crois qu’on doit se retirer de l’Otan ce matin.” Le coup de fil s’est coupé inopinément et cela m’a donné quelques minutes pour réfléchir. J’ai tenté sans succès de joindre le général Mattis – le secrétaire d’Etat US à la Défense – et sur le moment, j’ai pensé que peut-être il avait déserté, que c’était trop pour lui. »

    Ce moment inouï...

    Lire la suite