Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Management participatif : dans les coulisses de Sodexo

Il y a un an, le CEO fraîchement nommé de Sodexo BRS décidait de convertir la société au management participatif. Sa conviction : ceux qui font sont les plus à même de savoir ce qui doit être fait et comment le faire.

L’entreprise compte près de 300 salariés. Il y a donc bien un management, c’est obligatoire. Mais le mot d’ordre c’est l’autonomie. Chacun prend les décisions qu’il estime être nécessaires, soutenu en cas de difficulté par son supérieur.

S’appuyer sur les volontaires

La redéfinition des rôles ne s’est pas faite sans effort. Au contraire, chacun a dû y mettre du sien. “Il faut s’appuyer sur les volontaires. Ça suppose une adaptation de chacun, notamment des managers, et ensuite il y a un effet tâche d’huile qui se met en place dans l’entreprise”, reconnaît Jérôme Lemouchoux, le CEO de Sodexo BRS.

Le comité de direction reste maître de la vision et des objectifs à atteindre. Pour le reste, chacun a voix au chapitre. “Le but n’est pas d’arriver à l’unanimité, ce n’est pas possible, mais c’est que tout le monde accepte les décisions et puisse vivre avec”, précise le CEO. Chaque décision opérationnelle ou organisationnelle fait ainsi l’objet de débats.

Parfois, les volontaires donnent simplement leur avis, lors du recrutement d’un nouveau collaborateur par exemple, mais parfois ils sont eux-mêmes à l’origine du changement. Hélène de Leuze, Customer Value Proposition Manager, a participé à l’un des workshops destinés à repenser la collaboration entre deux départements : “on définit ensemble ce qu’on estime être la meilleure manière de travailler ensemble, puis on fait un feedback au comité de direction, en disant comment, nous, on estime travailler de la manière la plus optimale possible. On leur dit voilà, à partir de demain, c’est comme ça qu’on travaillera.”

Teams on mission

Même approche bottom-up en cas de problème. Là, ce sont les TOM (Teams on mission) qui montent au créneau. Une trentaine a déjà vu le jour depuis l’adoption du management participatif chez Sodexo. "Un TOM c'est un ensemble de personnes qui vont répondre à un problème et qui vont, dans un premier temps, analyser la situation, ils vont tester différentes solutions et, lorsque ça répond à nos attentes, veiller à ce que ce soit étendu au niveau de l'ensemble de l'entreprise", explique Frank Van Isterdal, Process & Knowledge Manager.

Et apparemment, la formule fonctionne. Le CEO n’y renoncerait pour rien au monde : "si une personne se sent bien dans son travail, est capable de s'épanouir, naturellement elle va bien servir ses clients, elle va être innovante et donc les résultats de l'entreprise vont s’en ressentir.”

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10913768-019

    Nicolas Sarkozy, le crépuscule d’un fauve

  2. MANIFSFLEURS

    La jeunesse birmane ose affronter la vieille garde autoritaire en Birmanie

  3. h_56676115

    Coronavirus: il est difficile de comparer les vaccins

La chronique
  • Edouard Balladur, la Boverie et les vieux: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Edouard Balladur

    L’ancien Premier ministre français est fidèle à son image : il aura passé sa vie au second plan, derrière Pompidou puis derrière Chirac. Cette semaine, c’est encore Nicolas Sarkozy qui lui a fait de l’ombre dans les médias. Son acquittement pour des bidouillages financiers dans les années nonante est passé au second plan par rapport à la condamnation de l’ancien président. A 92 ans, on ne changera plus « Ballamou ».

    Quentin Dujardin

    Le musicien qui avait défié l’autorité en se produisant dans une église quasiment vide ne comparaîtra pas devant un tribunal et on est bien content pour lui. La justice...

    Lire la suite

  • La dictature du chiffre. Et de l’opinion…

    Les autorités de ce pays auraient-elles décidé de nous faire mourir en bonne santé ? On en viendrait à le croire à entendre de plus en plus de chercheurs en sciences humaines qui ne se privent d’affirmer que les effets secondaires toxiques des mesures prescrites pour enrayer la pandémie sont en train de prendre le pas sur leurs vertus prophylactiques : en termes de précarité et de santé mentale par exemple, singulièrement chez les jeunes.

    Fondamentalement, ils reprochent aux politiques d’...

    Lire la suite