« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

Nathalie Aldhaleff, la question est simple. Une structure horizontale HR est-elle plus efficace qu’une verticale ? Et est-elle plus adaptée à la génération Y ?

C’est une question plutôt compliquée. Pour moi, une entreprise se doit d’offrir les deux et de pouvoir évoluer. La mobilité doit pouvoir être horizontale comme verticale. Chaque employé a ses envies, que ce soit d’expertise dans un domaine ou de gestion d’équipe. Une société ne peut pas offrir l’une ou l’autre, car elle aura du mal à garder ses jeunes éléments, qui s’ennuient très vite et qui ont une perception à court terme de leur travail. C’est la différence entre ma génération et les Millennials.

Pourquoi leur perception du temps est-elle différente ?

C’est l’accélération de notre époque. Smartphone, Google, tout arrive dans la seconde, la culture de l’immédiateté. Le sentiment de frustration n’existe plus, on n’a plus la patience d’attendre. Dans notre domaine d’activités, il y a 10 ans, on pouvait garder les jeunes éléments 4 à 5 ans. Aujourd’hui, si on les tient 2 ou 3 ans, c’est déjà bien. La jeune génération est plus libre et n’hésitera pas à quitter son job pour partir en voyage, reprendre des études ou faire carrière autre part.

C’est plus compliqué en tant qu’employeur ?

C’est un gros challenge. C’est aussi lié au fait qu’il y a plus de pression qu’il y a dix ans, on attend beaucoup plus et beaucoup plus rapidement de tout le monde. Il y a un besoin de soupape de sécurité et un besoin de liberté.

Une structure horizontale offre-t-elle donc plus de liberté pour la jeune génération ?

Si une entreprise peut proposer les deux structures, c’est idéal. Je ne veux plus être spécialiste marketing, mais je veux évoluer dans un autre département, une structure horizontale pourra le permettre. Je veux être leader et gérer une équipe, la structure verticale le pourra également. Ce qu’il faut aussi, c’est créer un parcours de carrière. Les employés savent alors de quelle manière ils pourront évoluer dans la société, que ce soit de manière verticale et horizontale.

D’un autre côté, la structure verticale, ce n’est pas la culture des niveaux de management ?

Avec des N+1, +2 et +3 avant d’arriver au CEO ? On aura toujours besoin d’un capitaine, de quelqu’un qui donne la direction. Les jeunes aiment avoir un leader, si pas un mentor, pour apprendre, se développer et même sortir de sa zone de confort. Ce qui joue énormément dans une société, plus que la structure en elle-même, c’est que le management se doit d’être participatif, de haut en bas et de bas en haut. De la participation, de la communication et de la mobilité, voilà ce qui est le plus important dans une entreprise.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La prudence est de mise dans les avions, comme ailleurs.

    Irresponsable pour les Belges de partir en vacances? Non !

  2. «
C’est avant tout l’histoire d’une passion
», insiste Raymond Leroy, au milieu de ses vignes.

    Les vins belges: une bulle pas près d’exploser

  3. PHOTONEWS_10823807-020

    Faut-il juger les terroristes aux Assises?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 26: la deuche

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    On a retrouvé une vieille, vieille amie. Elle avait passé l’hiver au chaud et en mars, alors qu’elle commençait à sentir les frémissements du beau temps, on avait été obligée de lui dire que non, on ne pourrait pas se voir pendant un moment. Qu’on ne pouvait plus sortir sans raison désormais, qu’il allait falloir être courageuse, et patiente surtout. Qu’on se retrouverait un jour et qu’alors, ce serait formidable. Elle verrait.

    On a rechargé nos batteries pendant trois mois toutes les deux, chacune de son côté. Dans ce monde tout rétréci où tout s’est soudain fait à pied et à vélo, on essayait de ne pas trop penser à elle. On n’a pas été la voir au début. Parce que ça faisait un peu mal au cœur. Une amie comme ça, on n’en trouve pas à tous les coins de...

    Lire la suite

  • Non, il n’y a pas de plan «retour», et c’est un scandale

    C’est comme si le gouvernement découvrait le 6 juillet que les vacances commencent le premier », nous déclare Philippe Devos, le chef urgentiste du CHC Liège. C’est très dur, mais ce qui est affligeant, et en fait extrêmement triste, c’est que c’est la réalité.

    Il y a deux semaines, après le dernier Conseil national de sécurité (CNS), nous avions interrogé : « Mais qui va veiller sur nous cet été ? » Notre impression était que les gouvernements et le GEES nous disaient...

    Lire la suite