« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

Nathalie Aldhaleff, la question est simple. Une structure horizontale HR est-elle plus efficace qu’une verticale ? Et est-elle plus adaptée à la génération Y ?

C’est une question plutôt compliquée. Pour moi, une entreprise se doit d’offrir les deux et de pouvoir évoluer. La mobilité doit pouvoir être horizontale comme verticale. Chaque employé a ses envies, que ce soit d’expertise dans un domaine ou de gestion d’équipe. Une société ne peut pas offrir l’une ou l’autre, car elle aura du mal à garder ses jeunes éléments, qui s’ennuient très vite et qui ont une perception à court terme de leur travail. C’est la différence entre ma génération et les Millennials.

Pourquoi leur perception du temps est-elle différente ?

C’est l’accélération de notre époque. Smartphone, Google, tout arrive dans la seconde, la culture de l’immédiateté. Le sentiment de frustration n’existe plus, on n’a plus la patience d’attendre. Dans notre domaine d’activités, il y a 10 ans, on pouvait garder les jeunes éléments 4 à 5 ans. Aujourd’hui, si on les tient 2 ou 3 ans, c’est déjà bien. La jeune génération est plus libre et n’hésitera pas à quitter son job pour partir en voyage, reprendre des études ou faire carrière autre part.

C’est plus compliqué en tant qu’employeur ?

C’est un gros challenge. C’est aussi lié au fait qu’il y a plus de pression qu’il y a dix ans, on attend beaucoup plus et beaucoup plus rapidement de tout le monde. Il y a un besoin de soupape de sécurité et un besoin de liberté.

Une structure horizontale offre-t-elle donc plus de liberté pour la jeune génération ?

Si une entreprise peut proposer les deux structures, c’est idéal. Je ne veux plus être spécialiste marketing, mais je veux évoluer dans un autre département, une structure horizontale pourra le permettre. Je veux être leader et gérer une équipe, la structure verticale le pourra également. Ce qu’il faut aussi, c’est créer un parcours de carrière. Les employés savent alors de quelle manière ils pourront évoluer dans la société, que ce soit de manière verticale et horizontale.

D’un autre côté, la structure verticale, ce n’est pas la culture des niveaux de management ?

Avec des N+1, +2 et +3 avant d’arriver au CEO ? On aura toujours besoin d’un capitaine, de quelqu’un qui donne la direction. Les jeunes aiment avoir un leader, si pas un mentor, pour apprendre, se développer et même sortir de sa zone de confort. Ce qui joue énormément dans une société, plus que la structure en elle-même, c’est que le management se doit d’être participatif, de haut en bas et de bas en haut. De la participation, de la communication et de la mobilité, voilà ce qui est le plus important dans une entreprise.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. vaccination-au-travail

    Coronavirus: un outil pour permettre aux entreprises de connaître leur taux de vaccination

  2. «Les citoyens reprennent confiance, ils recommencent à consommer, il faut stimuler cette reprise ».

    «Il faut réaliser un effort budgétaire de trois milliards»: l’appel d’Eva De Bleeker, secrétaire d’Etat au Budget

  3. Ruth Evenepoel et Jan Van Holsbeke, à la tête de Bio Planet, misent sur un assortiment complet comme alternative aux supermarchés conventionnels, sans prétendre les remplacer.

    Bio Planet, 20 ans à faire pousser une offre durable crédible

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: l’Afghanistan, le cimetière de l’information

    En 2002, l’Afghanistan était 104e au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. En 2021, il avait dégringolé à la 122e place. Et pourtant, au cours de ces vingt années de présence militaire internationale, le secteur des médias était, avec la scolarisation des filles, l’un des rares succès dont pouvaient se targuer ceux qui ambitionnaient de créer une société plus moderne et plus libre.

    Le paradoxe n’est qu’apparent. La chute au palmarès de RSF s’explique non seulement par la montée en puissance des Talibans au fil de leur longue marche vers Kaboul, émaillée de violences, mais aussi par le cynisme de gouvernements « démocratiques » afghans peu empressés d’assurer la protection de journalistes qui enquêtaient sur leur arbitraire et leur corruption. La liberté de la presse a été le « canari dans la mine », annonçant le coup de grisou.

    Depuis la Blitzkrieg victorieuse des Talibans, des cohortes de journalistes ont quitté l’Afghanistan, de nombreux médias ont fermé, l’immense majorité des femmes...

    Lire la suite

  • L’aide à tous les sinistrés est l’honneur de la Wallonie

    La question peut légitimement être posée : la Wallonie doit-elle vraiment dénouer aussi largement les cordons déjà très sollicités de sa bourse pour indemniser tous les sinistrés des inondations de juillet ? En d’autres termes : ne faudrait-il pas faire la part des choses entre les ménages bien assurés et ceux qui ne le sont pas ? Entre les riches et les pauvres ? Les Liégeois très impactés et les autres ? Et pourquoi pas les citoyens et les entreprises, les jeunes et les vieux, les start-up prometteuses et...

    Lire la suite