« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

Nathalie Aldhaleff, la question est simple. Une structure horizontale HR est-elle plus efficace qu’une verticale ? Et est-elle plus adaptée à la génération Y ?

C’est une question plutôt compliquée. Pour moi, une entreprise se doit d’offrir les deux et de pouvoir évoluer. La mobilité doit pouvoir être horizontale comme verticale. Chaque employé a ses envies, que ce soit d’expertise dans un domaine ou de gestion d’équipe. Une société ne peut pas offrir l’une ou l’autre, car elle aura du mal à garder ses jeunes éléments, qui s’ennuient très vite et qui ont une perception à court terme de leur travail. C’est la différence entre ma génération et les Millennials.

Pourquoi leur perception du temps est-elle différente ?

C’est l’accélération de notre époque. Smartphone, Google, tout arrive dans la seconde, la culture de l’immédiateté. Le sentiment de frustration n’existe plus, on n’a plus la patience d’attendre. Dans notre domaine d’activités, il y a 10 ans, on pouvait garder les jeunes éléments 4 à 5 ans. Aujourd’hui, si on les tient 2 ou 3 ans, c’est déjà bien. La jeune génération est plus libre et n’hésitera pas à quitter son job pour partir en voyage, reprendre des études ou faire carrière autre part.

C’est plus compliqué en tant qu’employeur ?

C’est un gros challenge. C’est aussi lié au fait qu’il y a plus de pression qu’il y a dix ans, on attend beaucoup plus et beaucoup plus rapidement de tout le monde. Il y a un besoin de soupape de sécurité et un besoin de liberté.

Une structure horizontale offre-t-elle donc plus de liberté pour la jeune génération ?

Si une entreprise peut proposer les deux structures, c’est idéal. Je ne veux plus être spécialiste marketing, mais je veux évoluer dans un autre département, une structure horizontale pourra le permettre. Je veux être leader et gérer une équipe, la structure verticale le pourra également. Ce qu’il faut aussi, c’est créer un parcours de carrière. Les employés savent alors de quelle manière ils pourront évoluer dans la société, que ce soit de manière verticale et horizontale.

D’un autre côté, la structure verticale, ce n’est pas la culture des niveaux de management ?

Avec des N+1, +2 et +3 avant d’arriver au CEO ? On aura toujours besoin d’un capitaine, de quelqu’un qui donne la direction. Les jeunes aiment avoir un leader, si pas un mentor, pour apprendre, se développer et même sortir de sa zone de confort. Ce qui joue énormément dans une société, plus que la structure en elle-même, c’est que le management se doit d’être participatif, de haut en bas et de bas en haut. De la participation, de la communication et de la mobilité, voilà ce qui est le plus important dans une entreprise.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Se séparer, c’est s’appauvrir. Et il arrive que des parents se battent pour s’appauvrir le moins possible...

    Un calculateur unique pour les contributions alimentaires

  2. Le président des Etats-Unis Joe Biden (ici avec Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan) a salué «un jour incroyablement productif».

    Sommet de l’Otan: Joe Biden rallie les Alliés contre l’expansion de la Chine et les attaques de la Russie

  3. belgaimage-34786284-full

    Coronavirus: le scénario d’une vaccination en pharmacie crispe médecins et infirmiers

La chronique
  • Chronique Brux-ils Brux-elles: le piétonnier toujours plus piéton

    C’est encore un petit bout de piétonnier grappillé sur la circulation, cette fois, des bus, (presque) totalement bannis. Moyennant une redéfinition de l’itinéraire des 33 (les citybus électriques reliant le haut et le bas de la cité) et 48, ainsi qu’une inversion de sens unique rue du Midi. Ici, c’est un chantier de réfection de voirie, dont les déviations ont prouvé toute leur efficacité et gagné leur pérennité. Le collège de la Ville vient d’acter la modification, qui libère le tronçon compris entre la rue des Teinturiers et la place Fontainas des véhicules stibiens – seuls les 95 continueront à emprunter le boulevard Anspach, sur quelques mètres, pour les besoins d’un demi-tour – après l’avoir débarrassé des voitures, au début de la législature. Un choix évident, plaide l’échevin (Groen) de la Mobilité, au nom de la convivialité (une zone piétonne sans moteur, c’est mieux), de la sécurité (manœuvrer un bus au milieu de chalands flânant et d’enfants jouant n’est pas de tout repos) et… de la solidité (le trafic a eu raison du revêtement neuf)....

    Lire la suite

  • Une dette commune, cadeau ou fardeau à la «prochaine génération»

    Le moment est assez historique, même s’il ne réunira probablement pas le monde en terrasse comme une victoire des Diables. L’UE va contracter une première partie de sa dette commune de 807 milliards d’euros. Cette espèce de très large crédit à la consommation pour financer la relance liera les Européens pour trente ans. Et dire qu’il y a un an encore, peu de personnes y croyaient.

    Evidemment, cette avancée tient surtout au fait que les économies du bloc sont si entremêlées que ne pas soutenir les...

    Lire la suite