« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

« Horizontal ou vertical, le management doit être participatif »

Nathalie Aldhaleff, la question est simple. Une structure horizontale HR est-elle plus efficace qu’une verticale ? Et est-elle plus adaptée à la génération Y ?

C’est une question plutôt compliquée. Pour moi, une entreprise se doit d’offrir les deux et de pouvoir évoluer. La mobilité doit pouvoir être horizontale comme verticale. Chaque employé a ses envies, que ce soit d’expertise dans un domaine ou de gestion d’équipe. Une société ne peut pas offrir l’une ou l’autre, car elle aura du mal à garder ses jeunes éléments, qui s’ennuient très vite et qui ont une perception à court terme de leur travail. C’est la différence entre ma génération et les Millennials.

Pourquoi leur perception du temps est-elle différente ?

C’est l’accélération de notre époque. Smartphone, Google, tout arrive dans la seconde, la culture de l’immédiateté. Le sentiment de frustration n’existe plus, on n’a plus la patience d’attendre. Dans notre domaine d’activités, il y a 10 ans, on pouvait garder les jeunes éléments 4 à 5 ans. Aujourd’hui, si on les tient 2 ou 3 ans, c’est déjà bien. La jeune génération est plus libre et n’hésitera pas à quitter son job pour partir en voyage, reprendre des études ou faire carrière autre part.

C’est plus compliqué en tant qu’employeur ?

C’est un gros challenge. C’est aussi lié au fait qu’il y a plus de pression qu’il y a dix ans, on attend beaucoup plus et beaucoup plus rapidement de tout le monde. Il y a un besoin de soupape de sécurité et un besoin de liberté.

Une structure horizontale offre-t-elle donc plus de liberté pour la jeune génération ?

Si une entreprise peut proposer les deux structures, c’est idéal. Je ne veux plus être spécialiste marketing, mais je veux évoluer dans un autre département, une structure horizontale pourra le permettre. Je veux être leader et gérer une équipe, la structure verticale le pourra également. Ce qu’il faut aussi, c’est créer un parcours de carrière. Les employés savent alors de quelle manière ils pourront évoluer dans la société, que ce soit de manière verticale et horizontale.

D’un autre côté, la structure verticale, ce n’est pas la culture des niveaux de management ?

Avec des N+1, +2 et +3 avant d’arriver au CEO ? On aura toujours besoin d’un capitaine, de quelqu’un qui donne la direction. Les jeunes aiment avoir un leader, si pas un mentor, pour apprendre, se développer et même sortir de sa zone de confort. Ce qui joue énormément dans une société, plus que la structure en elle-même, c’est que le management se doit d’être participatif, de haut en bas et de bas en haut. De la participation, de la communication et de la mobilité, voilà ce qui est le plus important dans une entreprise.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • Détours wallons: «Par ici, la monnaie régionale?»

    Et si la Wallonie se dotait d’une monnaie régionale pour soutenir la relance économique ? L’affaire est loin d’être pliée, mais la réflexion est entamée en ces temps où toutes les idées sont les bienvenues pour aider les entreprises et créer de l’emploi, même les plus étonnantes.

    Des députés wallons ont été chargés de plancher sur la question, à l’initiative du socialiste Maxime Hardy. Leur rapport est attendu pour le début de 2021. A l’exception du PTB, tous les groupes politiques sont représentés dans le groupe de travail, majorité comme opposition, droite comme gauche (1).

    Commençons par dire ce que ne serait pas cette monnaie régionale, son côté pile. Battre monnaie n’est pas de compétence régionale, il ne manquerait plus que cela. Il ne s’agit donc pas de supplanter l’euro, de s’y substituer, ni de revenir à on ne sait quel ancien franc belgo-wallon : la monnaie en projet ne pourrait être que complémentaire, confinée à des échanges précisément définis et forcément limités, à la marge donc.

    ...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite