Crowdfunding belge (II) : qui fait quoi ?

Crowdfunding belge (II) : qui fait quoi ?

Look&Fin
https://www.lookandfin.com/fr/
C'est la plateforme n°1 en termes de fonds levés : 15 millions en 2017. Elle fait du crowdlending : elle structure des prêts pour des PME déjà établies. Ceux-ci vont de 100.000 euros à 5 millions.

Spreds
https://www.spreds.com/fr
Elle est une des pionnières et s'appelait avant MyMicroInvest. Elle organise des financements en action (à partir de 150.000 euros) ou en prêt (à partir de 100.000 euros). Cibles : start-up et PME.



Lita.co
https://fr.lita.co
Autrefois 1001PACT, cette plateforme d'origine française structure surtout des investissements en capital (de 40.000 à 1,5 million euros) pour des entreprises sociales et environnementales.

Ecco Nova
https://www.ecconova.com
Né en 2016 et basé à Liège, ce site propose des prêts uniquement pour des projets en matière d'énergies renouvelables : parcs éoliens, centrales photovoltaïques ou encore cogénérations.

Raizers
https://www.raizers.com/index.php
Cette plateforme parisienne est active en France, Suisse et Belgique. Les investissements sont en actions ou en prêts (jusqu'à 2,5 millions d'euros). Cible : les PME en amorçage ou en croissance.

Bolero
https://bolero-crowdfunding.be/fr
Il s'agit du site de crowdfunding de la KBC. Il propose des investissements en actions ou en obligations. Les bénéficiaires sont des entreprises plutôt jeunes pouvant lever jusqu'à 300.000 euros.

Hello Crowd!
https://crowd.hellobank.be/fr
Ce site dépend de Hello Bank, la banque digitale de BNP Paribas Fortis. Géré en partenariat avec le français Ulule, il fonctionne sur le principe du don avec récompense. Vaut pour de petits projets.



Crowd'in
https://www.crowdin.be
Cette plateforme liégeoise structure des dons, ainsi que des prêts (de 25.000 à 3000.000 euros). Ses cibles sont des TPE et des PME du non-marchand, du culturel ou du commerce de proximité.

Angel.me
https://www.angel.me
Soutenue par Electrabel ou Securex, cette plateforme aide les entrepreneurs et les projets innovants. Pour cela, elle structure des dons avec contrepartie et des investissements en capital.

Mozzeno
https://www.mozzeno.com/fr/
Cette plateforme propose d'accorder des crédits à des particuliers pour organiser leur mariage, acheter une voiture d'occasion, financer des études... Les montants varient de 1.250 à 30.000 euros.

Ekifin
https://www.ekifin.be
Basé à Braine-le-Comte, ce site propose des dons (purs ou avec contrepartie) et des investissements en capital. Les moyens sont destinés aux indépendants, PME et coopératives.

Growfunding
https://www.growfunding.be/fr/bxl
Lancée après son homologue flamande Socrowd, cette plateforme fait du civic crowfunding. Des citoyens peuvent supporter de petits projets urbains à Bruxelles via des dons avec récompenses.

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MANIFSFLEURS

    La jeunesse birmane ose affronter la vieille garde autoritaire en Birmanie

  2. d-20210228-GLH90L 2021-02-28 15_08_22

    Le passé délinquant de l’agresseur du photographe à Reims

  3. 10913768-019

    Nicolas Sarkozy, le crépuscule d’un fauve

La chronique
  • Edouard Balladur, la Boverie et les vieux: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Edouard Balladur

    L’ancien Premier ministre français est fidèle à son image : il aura passé sa vie au second plan, derrière Pompidou puis derrière Chirac. Cette semaine, c’est encore Nicolas Sarkozy qui lui a fait de l’ombre dans les médias. Son acquittement pour des bidouillages financiers dans les années nonante est passé au second plan par rapport à la condamnation de l’ancien président. A 92 ans, on ne changera plus « Ballamou ».

    Quentin Dujardin

    Le musicien qui avait défié l’autorité en se produisant dans une église quasiment vide ne comparaîtra pas devant un tribunal et on est bien content pour lui. La justice...

    Lire la suite

  • La dictature du chiffre. Et de l’opinion…

    Les autorités de ce pays auraient-elles décidé de nous faire mourir en bonne santé ? On en viendrait à le croire à entendre de plus en plus de chercheurs en sciences humaines qui ne se privent d’affirmer que les effets secondaires toxiques des mesures prescrites pour enrayer la pandémie sont en train de prendre le pas sur leurs vertus prophylactiques : en termes de précarité et de santé mentale par exemple, singulièrement chez les jeunes.

    Fondamentalement, ils reprochent aux politiques d’...

    Lire la suite