Le vélo cargo fait son trou dans la mobilité alternative

Le vélo cargo fait son trou dans la mobilité alternative

Alors que les fameuses trottinettes électriques n’en finissent plus de faire la une de l’actualité, un autre mode de déplacement alternatif trouve peu à peu sa place auprès d’une certaine catégorie de consommateurs : le vélo cargo. « Le marché est vraiment en train de se développer en Belgique francophone, se réjouit Stéphane Pêtre, le fondateur de Velobac. Entre 2017 et 2018, je dirais que nous avons vendu 40% de vélos cargos en plus. Ça suit la même progression que le vélo électrique. » Cette progression est tellement importante que la part de la Belgique dans le chiffre d’affaires de Velobac est passée de 5 à plus de 80% en 8 ans.

A vélo avec ses enfants

Caroline et Cédric Legrand ont franchi le pas il y a 3 ans. Depuis, chaque matin, la routine est la même, chacun enfourche son vélo. Lui, son vélo de course, direction la Gare Centrale, et elle, son vélo cargo, direction l’école de leurs deux filles, puis son lieu de travail. « Les enfants adorent, même si c’est évidemment plus facile et agréable quand le temps s’y prête », reconnaît Caroline.

Le vélo cargo reste néanmoins un secteur de niche. Pour l’instant en tout cas, espère le créateur de la marque wallonne : « la clientèle, ce sont surtout des trentenaires avec enfants qui avaient l’habitude de se rendre au travail à vélo et qui voient là un moyen de continuer à le faire avec leurs enfants. »

Une alternative à la voiture

Le vélo cargo permet de faire rimer trajets familiaux et vision écolo. C’est un plus évidemment pour Caroline et Cédric mais, dans leur cas, c’est un autre argument qui a fait pencher la balance : les embouteillages ! « Avec le vélo cargo, je n’ai jamais de surprise, je sais que si nous partons à 8 heures, nous serons à l’école à 8h20 au plus tard, explique la trentenaire. Il n’y a pas de stress et les filles peuvent dormir une demi-heure de plus. »

Et d’après Stéphane Pêtre, le couple n’est pas le seul à penser de cette façon : « quand on a démarré le business, les premiers clients étaient surtout des ruraux, qui n’avaient plus accès aux transports en commun. Mais depuis, évidemment, avec la congestion dans les villes, les citadins s’y intéressent de plus en plus. L’écologie, oui, mais c’est surtout un ras-le-bol par rapport à la voiture qui joue. Le vélo, c’est pratique. »


Comment choisir votre vélo cargo - Réseau Cyclable

Des pours et des contres

Quelques conditions quand même pour profiter au mieux de ce côté pratique : premièrement, disposer d’un bel espace de stationnement, dans l’idéal couvert, et vivre dans une zone où il est facile de circuler en toute sécurité en deux-roues. « Hors de question de slalomer entre les voitures avec le nez des enfants au niveau des pots d’échappement », insiste Caroline.

Autre impératif : bien connaître ses besoins pour évaluer au mieux le budget nécessaire. 1.000 à 2.000 euros peuvent suffire pour un vélo cargo neuf, mais vous ne pourrez alors compter que sur vos jambes pour avancer. Si vous souhaitez une assistance électrique, la note montera à environ 4.000 euros. A chacun donc de mesurer son rapport coût-avantage !

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @News

    L’athlétisme belge revient de l’Euro en bombant le torse

  2. «King Kong Théorie» déjoue les statistiques: mise en scène par Julie Nayer, cette adaptation du texte de Virginie Despentes est interprétée magistralement par Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre et Delphine Ysaye.

    Scènes: les femmes encore et toujours reléguées au second plan

  3. Depuis mercredi 3 mars, le Sénégal est en proie à des heurts violents. Le gouvernement interdit désormais toute manifestation.

    L’arrestation d’un opposant politique enflamme le Sénégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 359: le tattoo»

    Aujourd’hui, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est l’anniversaire de Jean-Mich’. Joyeux annif, Jean-Mich’ ! Jean-Mich’, 53 ans, est heureux parce qu’il y a une semaine, un peu en avance, il a reçu le plus beau des cadeaux : du boulot.

    Des mois qu’il en rêvait. C’était sur sa liste à Saint Nicolas, sur sa liste au Père Noël. Des clous, oui ! « Tu attendras, comme tout le monde », les vieux barbus ont répondu. Et là, alléluia, c’est reparti comme en 40. Enfin, comme en 19.

    Jean-Mich’ est tatoueur. En mars 2020, tout le monde avait oublié les tatoueurs. Personne n’avait songé à leur dire qu’ils faisaient bien partie des secteurs éligibles aux fonds d’aides régionales, celui des « services personnels ». Code Nace 96092 à introduire pour la demande d’indemnisation. Ouf.

    Quand Jean-Mich’ l’a découvert, il a vite fait suivre aux copains et copines mais c’...

    Lire la suite

  • Réforme de l’Etat: simplifier le modèle n’est pas un exercice vain

    Tout a commencé avec la répartition des fonds européens du Plan pour la reprise et la résilience. 395 petits millions pour Bruxelles. Les échos, persistants, de la négociation : la Flandre (Jan Jambon, N-VA) et la Wallonie (Elio Di Rupo, PS) se sont entendues (sucrées) sur le dos de Bruxelles. Un signe de plus de la dérive des continents wallons et bruxellois, que le pont de la Fédération ne peut éviter ? Une preuve supplémentaire que, dans le fédéralisme belge, le chacun pour soi l’a emporté sur l’esprit de coopération ?...

    Lire la suite