De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

Bowling, paintball, escape games... les options ne manquent pas quand on parle de team building. Et la liste est loin d'être exhaustive. L'impro par exemple, l'expression théâtrale qui, comme son nom l'indique, consiste à improviser pour se donner la réplique, gagne aussi en popularité.  

« L'impro a le vent en poupe parce que le monde est de plus en plus changeant. Les entreprises doivent pouvoir s'adapter. Or, c'est le propre de l'improvisation de s'adapter », explique Amaël Verbeure, le président d’Improvise. 

Travailler sur les soft skills 

L'ASBL s'apprête même à lancer une offre spéciale "team building” : « les chiffres montrent que 80 % du bonheur en entreprise dépend de la relation avec les collègues, l'environnement, etc. L'improvisation permet de développer l’écoute, la responsabilité et la collaboration. C’est du concret, ce sont des jeux donc, une fois apprises, ces soft skills vont rester.  Je suis persuadé que le marché est énorme. »  

En Amérique du Nord, l’impro appliquée (applied improv) a acquis ses lettres de noblesse il y a plusieurs années déjà. En Belgique, c’est balbutiant, même si Improvise n’est pas la première à vouloir se lancer sur ce marché. Depuis plusieurs années, Talkin’ to me ? organise des spectacles, formations et autres ateliers dans les entreprises.  « Avec le développement de notions comme le leadership, l'agilité et la collaboration, l'impro prend tout son sens, insiste Martin Ophoven, l’un des fondateurs. Mais ça demande un engagement. Pour l’instant, seule une minorité des entreprises a conscience qu’une seule séance ne suffit pas. » 

Humanisons l'entreprise par le théâtre improvisé - Improcarré TEDxEMLYON

Désamorcer les conflits 

Sur le plan pratique, pas de règles. Dans l’entreprise ou à l’extérieur, c’est à chaque société de définir ses propres objectifs. Quoi qu'il en soit, tout le monde aurait à y gagner, salariés comme managers. « Si le manager est présent, au début, ça peut être plus difficile de se lâcher, reconnaît Amaël Verbeure. Mais dès que le manager se lance, à l’inverse, ça facilite parce que tout le monde se retrouve au même niveau. »  

C’est d’ailleurs ça l’idée : faciliter les relations et la communication entre les membres d’une même équipe... et éventuellement résoudre un conflit. En montant sur la scène ou en restant simple spectateur. Talkin’ to me ? propose ainsi des spectacles improvisés à partir de suggestions formulées par le public. « On vérifie qu'on peut parler de tout. C'est très en phase avec la hiérarchie beaucoup plus flat des sociétés. Le but premier c'est de relativiser ce dont on ne parle pas dans l'entreprise. Ca brise la glace », conclut Martin Ophoven. L’effet cathartique bien connu du théâtre évidemment... 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Vladimir Poutine avant la finale de la Coupe du monde de football, le 15 juillet 2018 à Moscou: une apothéose pour le chef du Kremlin, à l’issue d’un tournoi rondement mené.

    Euro 2020: le football, «soft power» de Poutine pour redorer l’image de la Russie

  2. Johnny Hallyday à Bercy en 2003.

    Johnny Hallyday, les secrets de fabrication d’une sacrée carrière posthume

  3. Jaco Van Dormael, dans son jardin ucclois. Trente ans ont passé, depuis «Toto le héros».

    Les Racines élémentaires de Jaco Van Dormael: «En Allemagne, j’étais der Franzose. En Belgique, je suis devenu le boche»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: au moment où un tribunal nord-américain rend justice à George Floyd, en Belgique…

    Aux États-Unis, on semble vouloir faire la lumière sur les affaires de violences policières, particulièrement si elles entraînent la mort d’une personne. En Belgique, il n’est pas sûr que ce soit le cas. En tout cas, à Gand, le 16 mars dernier, on a bel et bien mis le couvercle sur une affaire qui aurait dû connaître un procès public.

    L’histoire, telle qu’elle est racontée ci-dessous est sans doute incomplète, peut-être bien biaisée, mais c’est celle qui ressort d’une décision de justice. Elle se passe à Roeselaere, en mai 2018. Monsieur Bangoura, d’origine guinéenne, se fait condamner à être expulsé de chez lui. Il ne s’est pas défendu au procès à ce propos. Le jour dit, un huissier chargé de l’expulsion, escorté de deux policiers, se présente au logis. Ils trouvent porte de bois et finissent par forcer l’entrée. Un chien hurle, menaçant, l’homme est allongé sur un divan. Moïse Lamine Bangoura crie,...

    Lire la suite

  • De la fragilité de l’ordre du monde

    J’étais dans la voiture, à Bruxelles. Je reçois un coup de fil du Président qui me dit : “Tu es prêt à entendre quelque chose d’énorme ? Je crois qu’on doit se retirer de l’Otan ce matin.” Le coup de fil s’est coupé inopinément et cela m’a donné quelques minutes pour réfléchir. J’ai tenté sans succès de joindre le général Mattis – le secrétaire d’Etat US à la Défense – et sur le moment, j’ai pensé que peut-être il avait déserté, que c’était trop pour lui. »

    Ce moment inouï...

    Lire la suite