De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

Bowling, paintball, escape games... les options ne manquent pas quand on parle de team building. Et la liste est loin d'être exhaustive. L'impro par exemple, l'expression théâtrale qui, comme son nom l'indique, consiste à improviser pour se donner la réplique, gagne aussi en popularité.  

« L'impro a le vent en poupe parce que le monde est de plus en plus changeant. Les entreprises doivent pouvoir s'adapter. Or, c'est le propre de l'improvisation de s'adapter », explique Amaël Verbeure, le président d’Improvise. 

Travailler sur les soft skills 

L'ASBL s'apprête même à lancer une offre spéciale "team building” : « les chiffres montrent que 80 % du bonheur en entreprise dépend de la relation avec les collègues, l'environnement, etc. L'improvisation permet de développer l’écoute, la responsabilité et la collaboration. C’est du concret, ce sont des jeux donc, une fois apprises, ces soft skills vont rester.  Je suis persuadé que le marché est énorme. »  

En Amérique du Nord, l’impro appliquée (applied improv) a acquis ses lettres de noblesse il y a plusieurs années déjà. En Belgique, c’est balbutiant, même si Improvise n’est pas la première à vouloir se lancer sur ce marché. Depuis plusieurs années, Talkin’ to me ? organise des spectacles, formations et autres ateliers dans les entreprises.  « Avec le développement de notions comme le leadership, l'agilité et la collaboration, l'impro prend tout son sens, insiste Martin Ophoven, l’un des fondateurs. Mais ça demande un engagement. Pour l’instant, seule une minorité des entreprises a conscience qu’une seule séance ne suffit pas. » 

Humanisons l'entreprise par le théâtre improvisé - Improcarré TEDxEMLYON

Désamorcer les conflits 

Sur le plan pratique, pas de règles. Dans l’entreprise ou à l’extérieur, c’est à chaque société de définir ses propres objectifs. Quoi qu'il en soit, tout le monde aurait à y gagner, salariés comme managers. « Si le manager est présent, au début, ça peut être plus difficile de se lâcher, reconnaît Amaël Verbeure. Mais dès que le manager se lance, à l’inverse, ça facilite parce que tout le monde se retrouve au même niveau. »  

C’est d’ailleurs ça l’idée : faciliter les relations et la communication entre les membres d’une même équipe... et éventuellement résoudre un conflit. En montant sur la scène ou en restant simple spectateur. Talkin’ to me ? propose ainsi des spectacles improvisés à partir de suggestions formulées par le public. « On vérifie qu'on peut parler de tout. C'est très en phase avec la hiérarchie beaucoup plus flat des sociétés. Le but premier c'est de relativiser ce dont on ne parle pas dans l'entreprise. Ca brise la glace », conclut Martin Ophoven. L’effet cathartique bien connu du théâtre évidemment... 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une centaine de chauffeurs Uber ont manifesté ce lundi devant le cabinet du ministre-président bruxellois.

    Uber: Bruxelles durcit le ton, à défaut de livrer une stratégie claire

  2. d-20210105-GKN65C 2021-01-05 16_36_57

    Vrai ou faux: le nombre de suicides est-il en hausse depuis le début de la crise covid?

  3. FRANCE-TRIAL-CORRUPTION-SARKOZY

    D’autres affaires attendent encore Nicolas Sarkozy

La chronique
  • Chronique «Détours wallons»: leçons d’histoire économique

    En ces temps de simili-confinement, peut-on se permettre de suggérer un peu de saine lecture aux responsables wallons qui planchent ces semaines-ci sur l’avenir de leur Région ? Ils et elles ont du pain sur la planche, c’est vrai, entre l’aboutissement espéré du plan de relance financé par l’Europe, la transition climatique et le dispositif « maison » baptisé « Get up Wallonia ! » qui finira bien par sortir des limbes, le printemps aidant.

    Rien que pour ce dernier défi, ministres, députés, experts et membres de cabinets doivent déjà digérer un bon millier de pages entre l’analyse de la situation et l’étude comparative d’autres territoires européens menées par le consultant, les résultats de la consultation citoyenne ou encore les différents rapports des groupes de travail. On frôle l’indigestion.

    Mais sur la pile de documents en équilibre instable sur un coin de votre bureau, prenez, messieurs dames, la peine d’ajouter ceci : le fascicule 75 ans d’histoire économique de la Wallonie que publie ce jour même...

    Lire la suite

  • Sarkozy: la quête de la vérité et le principe d’égalité

    On connaît la phrase de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » C’est le vieux soupçon et cela demeure une réalité dans nombre de pays où la justice protège les puissants et les riches, où une justice « complice » n’exerce plus son rôle de contre-pouvoir indépendant, rouage essentiel en démocratie.

    Ce lundi, une présidente de tribunal a fait mentir cet adage avec une force de frappe spectaculaire au...

    Lire la suite