De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

De l’impro pour développer l'esprit d'équipe

Bowling, paintball, escape games... les options ne manquent pas quand on parle de team building. Et la liste est loin d'être exhaustive. L'impro par exemple, l'expression théâtrale qui, comme son nom l'indique, consiste à improviser pour se donner la réplique, gagne aussi en popularité.  

« L'impro a le vent en poupe parce que le monde est de plus en plus changeant. Les entreprises doivent pouvoir s'adapter. Or, c'est le propre de l'improvisation de s'adapter », explique Amaël Verbeure, le président d’Improvise. 

Travailler sur les soft skills 

L'ASBL s'apprête même à lancer une offre spéciale "team building” : « les chiffres montrent que 80 % du bonheur en entreprise dépend de la relation avec les collègues, l'environnement, etc. L'improvisation permet de développer l’écoute, la responsabilité et la collaboration. C’est du concret, ce sont des jeux donc, une fois apprises, ces soft skills vont rester.  Je suis persuadé que le marché est énorme. »  

En Amérique du Nord, l’impro appliquée (applied improv) a acquis ses lettres de noblesse il y a plusieurs années déjà. En Belgique, c’est balbutiant, même si Improvise n’est pas la première à vouloir se lancer sur ce marché. Depuis plusieurs années, Talkin’ to me ? organise des spectacles, formations et autres ateliers dans les entreprises.  « Avec le développement de notions comme le leadership, l'agilité et la collaboration, l'impro prend tout son sens, insiste Martin Ophoven, l’un des fondateurs. Mais ça demande un engagement. Pour l’instant, seule une minorité des entreprises a conscience qu’une seule séance ne suffit pas. » 

Humanisons l'entreprise par le théâtre improvisé - Improcarré TEDxEMLYON

Désamorcer les conflits 

Sur le plan pratique, pas de règles. Dans l’entreprise ou à l’extérieur, c’est à chaque société de définir ses propres objectifs. Quoi qu'il en soit, tout le monde aurait à y gagner, salariés comme managers. « Si le manager est présent, au début, ça peut être plus difficile de se lâcher, reconnaît Amaël Verbeure. Mais dès que le manager se lance, à l’inverse, ça facilite parce que tout le monde se retrouve au même niveau. »  

C’est d’ailleurs ça l’idée : faciliter les relations et la communication entre les membres d’une même équipe... et éventuellement résoudre un conflit. En montant sur la scène ou en restant simple spectateur. Talkin’ to me ? propose ainsi des spectacles improvisés à partir de suggestions formulées par le public. « On vérifie qu'on peut parler de tout. C'est très en phase avec la hiérarchie beaucoup plus flat des sociétés. Le but premier c'est de relativiser ce dont on ne parle pas dans l'entreprise. Ca brise la glace », conclut Martin Ophoven. L’effet cathartique bien connu du théâtre évidemment... 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite