Le dessin, vecteur de communication

Le dessin, vecteur de communication

Des croquis et des mots-clés, tous reliés au sein d’une structure bien définie... le visual thinking se fait peu à peu sa place au sein des entreprises. L’idée : les grands discours sont difficiles à comprendre et suscitent souvent peu l’intérêt de l’auditoire. Résultat, ils laissent malheureusement peu de traces.

Un dessin, lui, a le mérite d’attirer l’attention. “ On a de plus en plus d’informations et de moins en moins de temps pour la digérer, donc le fait de prémâcher l’information en la rendant visuelle, ça permet d’en absorber davantage, souligne Paule André, fondatrice d’Innerfrog.

Une meilleure compréhension

Autre avantage : la facilitation graphique rend le discours plus digeste et permet à ceux moins à l’aise à l’oral de se faire entendre au sein d’un groupe de travail. “ La plupart des gens ont l’impression de ne pas être écoutés, et le fait de capturer immédiatement ce qu’ils disent, de le mettre sur le papier, change la donne “, d’après Paule André.

Le propos est alors validé avec les collègues, qui ressortent de la réunion les idées au clair. “ Quand on ajoute des dessins, les gens sont plus actifs et s’approprient plus facilement le contenu. Ils vont plus souvent intervenir et donner leur avis ”, précise Christine Englebert, facilitatrice et formatrice à l’ICHEC.

La plupart des personnes amenées à travailler en équipe ou à présenter leurs travaux peuvent théoriquement y trouver leur compte selon elle. Même s’il faut être prêt à s’essayer à de nouvelles pratiques. “Pour celui qui reçoit le visual thinking, ça convient à beaucoup de monde parce qu’on est très visuel. Mais pour celui qui le pratique, c’est un peu différent parce qu’il faut se réapproprier ce langage visuel et certaines personnes s’y retrouvent un peu moins “.

Pas besoin d’être artiste

Aucune inquiétude en tout cas, la facilitation graphique ne nécessite en rien d’être expert en dessin. Ce qui compte surtout, insiste Paule André, c’est le sens : “ le dessin ne doit pas être compliqué, il doit être là pour supporter le message. C’est le fait de faire un dessin qu’on reconnaît très vite qui est important.

Depuis quelques années, des formations existent en Belgique pour apprendre, aux chefs d’équipes par exemple, à maîtriser la technique. Malgré tout, si le besoin s’en fait sentir, la tâche peut être déléguée à des professionnels. Les visual shakers, comme on les appelle, assistent à vos réunions, ateliers et conférences pour en retranscrire visuellement le contenu.

Un outil peu utilisé

Repopularisé par David Sibbet aux Etats-Unis, le visual thinking reste encore relativement peu courant en Belgique, si ce n’est sous forme de mind maps, l’une des techniques utilisées en facilitation visuelle. Ce n’est cependant pas la seule, les sketchnotes par exemple en sont une autre.

Sans surprise, d’après Christine Englebert, ce sont surtout des start-up, revendiquant un modèle proche de l’entreprise libérée, qui y ont recours : “ ça fonctionne mieux dans les entreprises libérées, avec une vision collaborative, parce qu’on s’y sent plus autorisé à être créatif. Dans une entreprise très hiérarchique à l’ancienne, on ne voit pas toujours ça d’un bon œil. Ça ne veut pas dire que ça ne marche pas, c’est juste une question de regard.

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Se séparer, c’est s’appauvrir. Et il arrive que des parents se battent pour s’appauvrir le moins possible...

    Un calculateur unique pour les contributions alimentaires

  2. Le président des Etats-Unis Joe Biden (ici avec Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan) a salué «un jour incroyablement productif».

    Sommet de l’Otan: Joe Biden rallie les Alliés contre l’expansion de la Chine et les attaques de la Russie

  3. belgaimage-34786284-full

    Coronavirus: le scénario d’une vaccination en pharmacie crispe médecins et infirmiers

La chronique
  • Chronique Brux-ils Brux-elles: le piétonnier toujours plus piéton

    C’est encore un petit bout de piétonnier grappillé sur la circulation, cette fois, des bus, (presque) totalement bannis. Moyennant une redéfinition de l’itinéraire des 33 (les citybus électriques reliant le haut et le bas de la cité) et 48, ainsi qu’une inversion de sens unique rue du Midi. Ici, c’est un chantier de réfection de voirie, dont les déviations ont prouvé toute leur efficacité et gagné leur pérennité. Le collège de la Ville vient d’acter la modification, qui libère le tronçon compris entre la rue des Teinturiers et la place Fontainas des véhicules stibiens – seuls les 95 continueront à emprunter le boulevard Anspach, sur quelques mètres, pour les besoins d’un demi-tour – après l’avoir débarrassé des voitures, au début de la législature. Un choix évident, plaide l’échevin (Groen) de la Mobilité, au nom de la convivialité (une zone piétonne sans moteur, c’est mieux), de la sécurité (manœuvrer un bus au milieu de chalands flânant et d’enfants jouant n’est pas de tout repos) et… de la solidité (le trafic a eu raison du revêtement neuf)....

    Lire la suite

  • Une dette commune, cadeau ou fardeau à la «prochaine génération»

    Le moment est assez historique, même s’il ne réunira probablement pas le monde en terrasse comme une victoire des Diables. L’UE va contracter une première partie de sa dette commune de 807 milliards d’euros. Cette espèce de très large crédit à la consommation pour financer la relance liera les Européens pour trente ans. Et dire qu’il y a un an encore, peu de personnes y croyaient.

    Evidemment, cette avancée tient surtout au fait que les économies du bloc sont si entremêlées que ne pas soutenir les...

    Lire la suite