Travail nomade : 10 choses à savoir avant de se lancer

Travail nomade : 10 choses à savoir avant de se lancer

Qui n’a pas un ami qu’on voit chaque jour sur Instagram, un laptop sur les genoux devant des paysages sublimes ? Ou une ancienne collègue qui a tout plaqué et semble passer son temps sur des plages paradisiaques ? Derrière ces récits souvent enjolivés, tout n’est pas toujours rose pour les travailleurs voyageurs. Petit tour d’horizon des principaux inconvénients par celles et ceux qui vivent cette aventure… ou qui en sont revenus. 

#1 Solitude 

Voyager tout le temps, c’est rencontrer des centaines de personnes, partout dans le monde mais ne jamais nouer des liens d’amitiés profonds. Les proches et la famille manquent beaucoup aux nomades, comme Mark Manson (expertvagabond.com) : « la dernière fois que j’ai vu mon meilleur ami, c’était en décembre au Guatemala. »  

#2 Fatigue 

Eh oui, le burn-out existe aussi chez les travailleurs nomades. Changer de lieu toutes les trois semaines, ne pas savoir où on va dormir le lendemain, faire des trajets chaotiques en bus : la vie du nomade peut être épuisante.  

#3 Faible productivité 

Les déplacements permanents font perdre beaucoup de temps et rendent le travailleur moins productif, sans parler de la quête quotidienne d’une connexion internet dans les pays moins équipés ou des contraintes liées au décalage horaire. 

#4 Besoin d’un chez soi 

Beaucoup finissent par ressentir ce manque terrible : avoir un chez soi. Des petites choses de la vie quotidienne, des routines, du matériel de base : « Je voudrais revoir ma salle de gym, ma cuisine, mes restaurants préférés : en fait, j’ai simplement la nostalgie d’habiter quelque part. » (NomadicMatt.com) 

#5 Image de soi 

Ne croyez jamais qu’être digital nomad est mieux que d’aller travailler au bureau tous les jours. Un comportement arrogant, en particulier sur les réseaux sociaux, peut avoir des effets néfastes sur l’image que l’on a de vous. Evitez aussi de dénigrer votre pays d’origine, il pourrait vous manquer tôt ou tard. 

#6 Défi pour les couples 

Il est souvent difficile de conserver une relation à longue distance. Et pour ceux qui partent en couple, le défi est de passer 24h sur 24 ensemble et de devenir de facto « collègues ». Cela dit, on estime qu’environ 3/4 des nomades partent célibataires. 

#7 Manque de routine 

Ce que vous aurez fui est peut-être ce qui vous manquera le plus : la routine. La sensation de liberté est grisante mais l’être humain a aussi besoin de repères, de petites habitudes qui rassurent : « parfois, je rêve de pouvoir laisser ma brosse à dents tous les jours au même endroit sur l’évier » (Sherry Ott, Ottsworld.com) 

#8 Trop d’écran 

La plupart des nomades travaillent dans l’informatique ou la communication, des métiers qu’on peut exercer à distance. Sans réunion, sans pause-café, on est vite surexposé aux écrans et passer la majeure partie de son temps devant un ordinateur. 

#9 Instabilité financière 

Un nomade est d’abord un travailleur indépendant. Avec des budgets imprévisibles, des clients qui tardent à payer, des revenus très variables, le tout dans un contexte où les imprévus sont nombreux et où le coût de la vie peut changer d’un pays à l’autre. 

#10 Pas de vacances  

Le digital nomad a beau poster des paysages somptueux sur Instagram, il passe le plus clair de son temps… dans un café ou un espace de coworking. Voyager et travailler, c’est accepter de se retrouver à faire des réunions sur Skype à cent kilomètres d’un temple qu’on ne visitera jamais. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite