Travail nomade : 10 choses à savoir avant de se lancer

Travail nomade : 10 choses à savoir avant de se lancer

Qui n’a pas un ami qu’on voit chaque jour sur Instagram, un laptop sur les genoux devant des paysages sublimes ? Ou une ancienne collègue qui a tout plaqué et semble passer son temps sur des plages paradisiaques ? Derrière ces récits souvent enjolivés, tout n’est pas toujours rose pour les travailleurs voyageurs. Petit tour d’horizon des principaux inconvénients par celles et ceux qui vivent cette aventure… ou qui en sont revenus. 

#1 Solitude 

Voyager tout le temps, c’est rencontrer des centaines de personnes, partout dans le monde mais ne jamais nouer des liens d’amitiés profonds. Les proches et la famille manquent beaucoup aux nomades, comme Mark Manson (expertvagabond.com) : « la dernière fois que j’ai vu mon meilleur ami, c’était en décembre au Guatemala. »  

#2 Fatigue 

Eh oui, le burn-out existe aussi chez les travailleurs nomades. Changer de lieu toutes les trois semaines, ne pas savoir où on va dormir le lendemain, faire des trajets chaotiques en bus : la vie du nomade peut être épuisante.  

#3 Faible productivité 

Les déplacements permanents font perdre beaucoup de temps et rendent le travailleur moins productif, sans parler de la quête quotidienne d’une connexion internet dans les pays moins équipés ou des contraintes liées au décalage horaire. 

#4 Besoin d’un chez soi 

Beaucoup finissent par ressentir ce manque terrible : avoir un chez soi. Des petites choses de la vie quotidienne, des routines, du matériel de base : « Je voudrais revoir ma salle de gym, ma cuisine, mes restaurants préférés : en fait, j’ai simplement la nostalgie d’habiter quelque part. » (NomadicMatt.com) 

#5 Image de soi 

Ne croyez jamais qu’être digital nomad est mieux que d’aller travailler au bureau tous les jours. Un comportement arrogant, en particulier sur les réseaux sociaux, peut avoir des effets néfastes sur l’image que l’on a de vous. Evitez aussi de dénigrer votre pays d’origine, il pourrait vous manquer tôt ou tard. 

#6 Défi pour les couples 

Il est souvent difficile de conserver une relation à longue distance. Et pour ceux qui partent en couple, le défi est de passer 24h sur 24 ensemble et de devenir de facto « collègues ». Cela dit, on estime qu’environ 3/4 des nomades partent célibataires. 

#7 Manque de routine 

Ce que vous aurez fui est peut-être ce qui vous manquera le plus : la routine. La sensation de liberté est grisante mais l’être humain a aussi besoin de repères, de petites habitudes qui rassurent : « parfois, je rêve de pouvoir laisser ma brosse à dents tous les jours au même endroit sur l’évier » (Sherry Ott, Ottsworld.com) 

#8 Trop d’écran 

La plupart des nomades travaillent dans l’informatique ou la communication, des métiers qu’on peut exercer à distance. Sans réunion, sans pause-café, on est vite surexposé aux écrans et passer la majeure partie de son temps devant un ordinateur. 

#9 Instabilité financière 

Un nomade est d’abord un travailleur indépendant. Avec des budgets imprévisibles, des clients qui tardent à payer, des revenus très variables, le tout dans un contexte où les imprévus sont nombreux et où le coût de la vie peut changer d’un pays à l’autre. 

#10 Pas de vacances  

Le digital nomad a beau poster des paysages somptueux sur Instagram, il passe le plus clair de son temps… dans un café ou un espace de coworking. Voyager et travailler, c’est accepter de se retrouver à faire des réunions sur Skype à cent kilomètres d’un temple qu’on ne visitera jamais. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saturation menace. L’afflux de malades du covid inquiète le milieu hospitalier.

    Coronavirus: la semaine de tous les dangers pour les hôpitaux

  2. d-20200515-GG6Z2H 2020-10-22 20:20:54

    Pourquoi les cours se feront à distance dans les écoles secondaires

  3. Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.

    Quand le coronavirus montre le singulier visage du fédéralisme belge

La chronique
  • Chronique Détours wallons: «Une Wallonie sans fin»

    Bistrots et restos fermés, couvre-feu et peut-être nouveau confinement : pourquoi ne pas en profiter pour revoir Un jour sans fin, le film de Harold Ramis (1993) ? On y suit avec délectation les mésaventures d’un journaliste américain qui donne la météo sur une chaîne d’information. En déplacement sur le terrain, l’épatant Bill Murray revit sans cesse la même journée, à peine sorti de son lit. A devenir dingue.

    Cette impression d’une vie de journaliste qui repasse systématiquement les plats, c’est aussi la nôtre depuis quelques jours avec les nouvelles accusations qui visent la Wallonie, aujourd’hui comme hier et comme avant-hier, et qui en font l’éternel mauvais élève de la classe Belgique, le paria de la gestion publique et la championne de la désinvolture coupable. S’il fallait en faire un film, cela pourrait s’appeler Une Wallonie sans fin.

    Il est question cette fois de la crise sanitaire et des chiffres de l’épidémie de coronavirus qui sont occupés à exploser tous les plafonds au sud du pays. Un journal flamand...

    Lire la suite

  • C’est l’hôpital qu’il faut sauver

    « Je suis là pour soigner les gens et on le fera jusqu’à la dernière seringue, au dernier médecin, au dernier lit. » Le dernier lit ? On s’en approche. Le dernier médecin ? On risque d’y arriver tant les taux d’absentéisme sont élevés. Les chiffres sont affolants. Hôpitaux du groupe Jolimont : doublement du nombre de patients covid en une semaine. CHU de Liège : 47 patients admis pour la seule journée de samedi. Clinique Montlégia (Liège) : 70 % des 240 lits covid déjà occupés, un patient emmené à Furnes, à 200 km de chez lui, pour bénéficier de...

    Lire la suite