Digital nomad en Asie du Sud-Est, comme si vous y étiez

Digital nomad en Asie du Sud-Est, comme si vous y étiez

Louise et Gaëtan, 29 et 28 ans, sont tombés amoureux il y a un peu plus d’un an. Un coup de foudre qui les a rapidement mis sur la route du voyage, d’abord pour cinq mois en Asie, puis ailleurs dans le monde. Respectivement assistante éditoriale et entrepreneur touche-à-tout, ils emmènent chacun leur bureau au gré de leurs envies. Mais toujours avec l’envie de revenir un jour en Belgique pour y construire leur vie. Ils racontent.

 

« La principale difficulté : le wifi sera-t-il bon ? Au Vietnam, par exemple, il y a en a partout mais dès qu’on décide de passer trois jours sur l’eau à 45 minutes de la terre ferme, c’est moins évident. On a WhatsApp mais c’est tout. Au Laos, c’était encore moins facile. Dans certains pays, le mot de passe du wifi est affiché sur le mur de chaque café, de chaque hôtel. Mais on ne sait jamais si ce sera le cas dans d’autres parties du monde. Il faut parfois du temps pour trouver le bon endroit pour dormir. Le critère du wifi est devenu primordial, ce qui peut limiter les choix de logement. 

Nous connaissons aussi un déphasage avec nos clients ou nos collègues à distance, on bosse parfois le dimanche, on envoie des e-mails à 3 heures du matin. Parfois, on doit gérer des appels téléphoniques depuis les Etats-Unis, c’est-à-dire avec un décalage horaire de 12 heures. 

En fait, on réalise vite qu’on n’est pas vraiment en voyage car il faut travailler. On ne peut pas tout visiter et c’est parfois frustrant de faire des choix. On croise parfois des gens qui ne voyagent que deux ou trois semaines et qui ont visité plus que nous. Mais ça permet aussi de mieux connaître la vie locale. 

L’autodiscipline est aussi importante. Pour nous, ça n’a pas été difficile car on aime travailler. Mais il a fallu trouver une routine « travail-visite », il faut un peu de temps. 

digital nomad Asie du Sud-Est

Le contact avec les autres n’est pas toujours simple car en fait, même si on travaille dans un café, on reste longtemps concentrés sur un écran et on n’a pas forcément d’interaction avec l’entourage. Cela fait un petit temps qu’on n’a plus croisé d’autres voyageurs avec qui socialiser, car nous sommes dans une semaine de travail intense où nous voulons avancer sur des projets avant d’aller au Cambodge, où nous souhaitons avoir un peu de temps libre pour découvrir le pays. 

La nourriture européenne nous manque beaucoup. On ne réalise pas assez la diversité gastronomique à laquelle on peut accéder en Belgique. On en a parfois « ras-la-nouille » ici à force de manger les mêmes plats locaux. Il y a un mal du pays qui peut se développer, le sentiment d’être loin, une envie de « dîner du dimanche en famille » ou d’apéros tapas-gin tonic entre amis.  

Cela dit, on ne regrette pas de vivre cette expérience, des mois à faire et défaire nos sacs, en transit, les habits à moitié dans le sac, à moitié dans l’armoire de la chambre d’hôtel, sans jamais être réellement chez soi.  Cela peut peser au bout d’un moment. On rêve parfois de télétransportation, le temps d’une soirée, pour prendre un bon bain, flâner dans un fauteuil, être dans la cuisine. Et le lendemain revenir ici, en Asie, comme une parenthèse, un retour au pays salvateur. La routine métro/boulot/dodo peut être rassurante par moments. 

A propos de métro, le facteur « trajet » entre les destinations prend pas mal de temps, souvent un jour ou deux quand on bouge d’endroit. On a parfois l’impression de ruiner un peu ces « temps libres », qui sont souvent des heures perdues dans des bus bondés. Cela dit, la vue est toujours magnifique et tous ces aspects moins « glamour » de notre projet de voyager en travaillant sont vite estompés par une certitude : c’est une aventure unique que nous ne regretterons jamais. » 

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10892087-031.JPG

    Je confine, tu confines, moi non plus

  2. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite