Un droit à la déconnexion ou presque

Un droit à la déconnexion ou presque

Avec près de 30.000 burn-out l’an dernier, la Belgique devait réagir. Fin mars, un premier pas a été fait. Le fédéral a légiféré. Les employeurs sont invités à organiser la concertation au sein de leur société au sujet du droit à la déconnexion. D’après Laurent Taskin, professeur à la Louvain School of Management, “on se rend bien compte qu’une partie des épuisements professionnels, des maladies de longue durée, peuvent être liées au fait que, à certains moments, le travailleur se sente pourchasser en permanence, poursuivi par son travail, et que lui-même fait en sorte d’être toujours connecté. Parce que c’est ça : la connexion permanente fait qu’on guette et que dès qu’on reçoit, on se contraint à répondre parce qu’on pense que c’est attendu ”.

Une obligation de... discuter

Il en va dès lors de l’intérêt des travailleurs, mais aussi des entreprises de veiller à ce que la vie professionnelle n’envahisse pas la sphère privée. C’est bien connu, un travailleur heureux est un travailleur plus productif et moins absent. Chez Solvay par exemple, une charte a été mise en place. Elle liste les bons usages à respecter notamment en matière d’utilisation des e-mails. “ Tout n’est pas appliqué à la lettre mais c’est un document de référence. Le fait que la charte soit rendue publique en fait un référentiel que l’employé peut opposer à son manager “, insiste Patrick Marichal, DRH du groupe pour le Benelux. Aucune sanction prévue en revanche en cas de non-respect des consignes, ni dans la charte de Solvay, ni dans la loi de relance économique votée en mars dernier. Contrairement à ce qui se fait en France, cette loi n’oblige pas les employeurs en Belgique à respecter un droit à la déconnexion en dehors des heures de travail. Elle ne fait que les contraindre à discuter d’un tel droit avec les syndicats.


Conférence TED de Jason Fried

Serveurs coupés

Il n’empêche, des entreprises ont déjà décidé de prendre le taureau par les cornes. Ainsi, chez Lidl, sauf exception, plus aucun e-mail n’arrive dans les boîtes professionnelles entre 18 heures et 7 heures du matin. Une méthode indispensable pour certains avocats et psychologues du travail, mais regrettable pour Laurent Taskin : “ c’est, selon moi, passer à côté d’une vraie opportunité de discuter de ces usages. Premièrement, de se rendre compte de la diversité des usages qu’il y a dans une organisation, et deuxièmement, de responsabiliser chacun et chacune en construisant des règles de bon usage collectivement ”.

Un avis partagé par le DRH de Solvay, opposé à toute forme de contrainte dans la mise en place d’un droit à la déconnexion, que celle-ci vienne de la direction ou du gouvernement. “ Je ne crois pas aux mesures coercitives, c’est très simpliste “, explique-t-il. “ Déjà, on travaille au niveau international donc avec les décalages horaires, c’est compliqué. Mais en plus, c’est très paternaliste. Vous n’êtes pas capables de vous gérer vous-mêmes donc on va le faire à votre place. Et troisièmement, pour beaucoup de gens, notamment dans la jeune génération, ce n’est pas forcément ce qu’ils veulent. Ils veulent une répartition équilibrée entre travail et vie privée mais pas forcément la même pour tous. “

Va-t-on dès lors vers un modèle certes équilibré mais à la carte ? Une chose est sûre : une telle flexibilité ne devra pas interférer avec la vie des autres membres du groupe.

 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite