La facilitation, la médiation des temps modernes

La facilitation, la médiation des temps modernes

Le monde de l’entreprise est en pleine mutation, cette mutation faisant émerger tout un tas de nouvelles pratiques, et donc de nouvelles terminologies, comme le leadership, le management participatif, l’agilité, ou encore les soft skills. C’est cette transition que se proposent d’accompagner les facilitateurs. Un nouveau métier (et donc là encore une nouvelle terminologie) qu’exerce et enseigne Deniz Boga à Liège.  

Deniz, vous êtes facilitatrice. Qu’est-ce ça signifie ? 

Le rôle du facilitateur est de faire en sorte qu'une équipe rentre dans l'intelligence collective. Concrètement, ça veut dire que les membres de cette équipe se comprennent, qu’ils aient le même langage. Et pour ça, il va y avoir des techniques, qui vont permettre de construire ce langage commun et d’élaborer des représentations collectives. Ça peut être via du design thinking, des groupes de travail stratégiques, des groupes qui vont faire de la gestion de conflit ou une séance d'idéation, etc. 

Des techniques vont aussi permettre de créer une mémoire collective, c'est-à-dire de s’assurer que tout le monde retienne la même chose d'une réunion par exemple. C'est aussi créer des supports, des visuels - il y a d'ailleurs des facilitateurs visuels -, ou encore faire apparaître une cohésion dans l'équipe, ou générer des conflits positifs pour faire en sorte que chacun puisse exprimer son opinion et que cette opinion soit reçue comme elle est. 

C’est vraiment nouveau ?  

Il y a toujours eu des techniques de facilitation bien sûr mais les configurations de travail sont de plus en plus atypiques. Elles sortent des schémas hiérarchiques pour une certaine transversalité. Du coup, cette posture un peu neutre de facilitateur, qui n'est ni le directeur ni le leader de la réunion, émerge de plus en plus. 

Et puis, on parle de plus en plus d'intelligence collective. On sait maintenant que ce n'est pas la somme des individualités qui va faire en sorte qu'une équipe de travail va exceller, mais que c'est quelque chose en plus. La facilitation vise à faire ressortir ce quelque chose en plus.  

Dans quels cas la facilitation peut-elle aider ? 

Ça peut être en cas de problèmes, mais aussi de révisions stratégiques. Ça peut aussi être des facilitations en créativité donc ce ne sont pas forcément des problèmes à résoudre. Les organisations ont parfois besoin d'une posture de neutralité avec des techniques qui lui sont propres.  

Un directeur par exemple qui veut co-construire la stratégie avec ses équipes va de toute façon rester directeur. C'est donc très difficile pour lui d'avoir une posture de neutralité. Il ne peut pas être le garant des processus, il reste le garant des résultats. Amener une personne extérieure va lui permettre de continuer à prendre des décisions. Le facilitateur est une sorte de médiateur. 

Donc le facilitateur est forcément quelqu’un d’extérieur à l’entreprise ? 

Non. Il y a des facilitateurs professionnels, qui vont être appelés au sein d'une organisation pour créer des dispositifs pour résoudre des problématiques particulières. Mais il peut aussi y avoir des facilitateurs en interne. Il y en a chez Décathlon par exemple. Ceux-ci peuvent être appelés pour construire une réunion de travail ou autre. Mais ils ont plusieurs casquettes. 

Si la taille de l'organisation le permet, une personne peut faire de la facilitation à temps plein. Mais c'est rare. Les personnes que nous formons, ce sont des gestionnaires de projet, des managers, qui sont responsables de cellules d'innovation, et qui vont devoir prendre des rôles de facilitation. Mais ce ne sera pas leur 40 heures semaine. 

Quel est le profil d’un bon facilitateur ? 

Tout le monde ne naît pas facilitateur, il y a des profils qui sont plus enclins à prendre un rôle de facilitation. C'est une personne qui connaît les phénomènes groupaux, qui sait que quand on est plusieurs dans une pièce, il ne se passe pas les mêmes choses que quand on est seul. C’est quelqu’un qui est conscient qu'il y a des éléments qui facilitent et d’autres qui freinent, et qui sait les prendre en compte. Mais ça s'apprend, ce sont des techniques.  

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite