Le jobbing, pour arrondir ses fins de mois et rendre service

Le jobbing, pour arrondir ses fins de mois et rendre service

Mettre en relation des particuliers pour des services et des jobs à domicile, c’est la promesse donnée par de nombreuses plateformes de jobbing comme ListMinut, Youpijob ou Joobeez. Venu des Etats-Unis comme de nombreuses pratiques, le jobbing permet à monsieur et madame tout-le-monde de proposer ses services de jardinage, de déménagement, d’aide à domicile, de repassage, de babysitting…  

Jusqu’à 500 euros par mois, totalement défiscalisés 

Faire et demander des petits boulots à des particuliers pour une petite somme, c’est un gain de temps pour ceux qui ne savent pas ou n’ont pas envie de le faire et un petit revenu en plus pour les autres. Même s’il y a aussi des professionnels sur ces plateformes. « Chez nous, on compte 15% de professionnels et 85% de particuliers », précise Jonathan Schokaert, CEO de ListMinut qui compte 11.000 prestataires. « Cela dépend évidemment des catégories mais quand un professionnel fait un service, il sort du système de l’économie collaborative. Il paie des impôts et des cotisations sociales comme les pros ». Les particuliers peuvent eux gagner jusqu’à 500 euros par mois grâce au jobbing, sans payer de précompte ni de cotisations sociales. Des chômeurs aux retraités en passant par les étudiants et ceux qui ont déjà un emploi, tout le monde peut être jobbeur.  

Faire des rencontres d’abord… 

Ces particuliers, que recherchent-ils ? L’argent n’est pas forcément la première motivation. « Même si travailler comme jobbeur est indispensable pour finir le mois, c’est d’abord la rencontre avec des personnes sympathiques », explique Christine, une retraitée de 74 ans. « Je propose principalement du repassage. Je me suis occupé d’enfants mais j’ai arrêté… Ils sont trop fatigants, je n’ai plus la patience », plaisante-t-elle. Le jobbing lui prend-il beaucoup de temps ? « C’est variable. Là je n’ai rien depuis deux semaines mais j’ai parfois une tâche par jour. J’ai aussi mes propres clients en dehors de ListMinut ».  

Pouvoir fixer son prix aussi 

Du côté de Guillaume, étudiant à l’UCL, c’est la fixation de son prix qui l’a intéressé. « Les autres jobs étudiants ‘classiques’, on gagne 8 à 9 euros de l’heure. Ici, je peux fixer le mien à 15 euros », explique le jeune homme de 21 ans qui en profite pour mettre du beurre dans les épinards. « Je fais ça pour gagner un peu d’argent mais c’est surtout chouette, on se rend utile. Je fais du jardinage, j’évacue des encombrants. Je rends service aux gens ». Ce qui lui plait aussi, c’est la flexibilité. « En ce moment, j’ai un autre job étudiant et je mets le jobbing en suspens. Mais j’y reviens quand je veux. A la fin de mes études dans un an, si je pars à l’étranger et que je reviens, je peux refaire du jobbing. Même si je ne le fais pas pendant longtemps, je peux le refaire à n’importe quel moment. C’est pratique ».  

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le précompte immobilier est régionalisé, le revenu cadastral sur lequel il repose reste fédéral. Prochaine réforme en vue?

    La Wallonie maître du précompte immobilier

  2. Le ministre de la Justice Van Quickenborne devra revoir sa copie.

    Coronavirus: le Conseil d’Etat recale la justice par visioconférence

  3. Pour Pierre-Yves Jeholet, « il est l’heure d’une véritable collaboration, pas d’un affrontement institutionnel. L’efficacité du modèle doit primer sur tout le reste.»

    Pierre-Yves Jeholet: «Faire de la formation en alternance un parcours d’excellence»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 26»: la normalité

    L’autre nuit, il s’est passé un truc incroyable.

    Laura a fait un drôle de rêve. Elle s’en souvient toujours avec précision le matin suivant, des histoires de dingues, avec mille détails dont elle s’empresse d’aller trouver la signification sur le web, avant de tout retranscrire dans un petit carnet.

    Là, elle raconte qu’elle est à la gare (nouveau départ, changement de vie), elle part à la mer parce qu’il paraît qu’il va faire 46 degrés. Elle est avec des amis – qu’elle ne connaît pas en vrai (souvent l’ami c’est toi : si tu ne le connais pas, tu ne te connais pas) – et tout le monde porte son masque. Sauf elle. Typiquement le cauchemar de « J’arrive tout nu à l’école » ou « au bureau sans mon pantalon de pyjama » (mise en danger ou expression de soi, authenticité).

    Grosse angoisse. Elle remonte son pull sur le nez : où trouver un p… de masque ? Allez savoir pourquoi, un ami lui demande alors d’aller acheter du lait (oui, du...

    Lire la suite

  • 11 millions de Belges c’est bien, 13 ministres unis c’est mieux

    Pas un mois, pas une semaine : on n’aura même pas tenu trois jours ! Vendredi soir, les différents partis membres du Comité de concertation, francophones et flamands, Open VLD, CD&V, PS, MR, Ecolo, SP.A, Groen, N-VA affichaient, comme un seul « homme » leur solidarité, leur sens des responsabilités. Tous derrière le Premier ministre Alexander De Croo, et aussi, oui, tous aussi derrière le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. Ils avaient pris des décisions très dures, au terme de discussions très constructives...

    Lire la suite