Le jobbing, pour arrondir ses fins de mois et rendre service

Le jobbing, pour arrondir ses fins de mois et rendre service

Mettre en relation des particuliers pour des services et des jobs à domicile, c’est la promesse donnée par de nombreuses plateformes de jobbing comme ListMinut, Youpijob ou Joobeez. Venu des Etats-Unis comme de nombreuses pratiques, le jobbing permet à monsieur et madame tout-le-monde de proposer ses services de jardinage, de déménagement, d’aide à domicile, de repassage, de babysitting…  

Jusqu’à 500 euros par mois, totalement défiscalisés 

Faire et demander des petits boulots à des particuliers pour une petite somme, c’est un gain de temps pour ceux qui ne savent pas ou n’ont pas envie de le faire et un petit revenu en plus pour les autres. Même s’il y a aussi des professionnels sur ces plateformes. « Chez nous, on compte 15% de professionnels et 85% de particuliers », précise Jonathan Schokaert, CEO de ListMinut qui compte 11.000 prestataires. « Cela dépend évidemment des catégories mais quand un professionnel fait un service, il sort du système de l’économie collaborative. Il paie des impôts et des cotisations sociales comme les pros ». Les particuliers peuvent eux gagner jusqu’à 500 euros par mois grâce au jobbing, sans payer de précompte ni de cotisations sociales. Des chômeurs aux retraités en passant par les étudiants et ceux qui ont déjà un emploi, tout le monde peut être jobbeur.  

Faire des rencontres d’abord… 

Ces particuliers, que recherchent-ils ? L’argent n’est pas forcément la première motivation. « Même si travailler comme jobbeur est indispensable pour finir le mois, c’est d’abord la rencontre avec des personnes sympathiques », explique Christine, une retraitée de 74 ans. « Je propose principalement du repassage. Je me suis occupé d’enfants mais j’ai arrêté… Ils sont trop fatigants, je n’ai plus la patience », plaisante-t-elle. Le jobbing lui prend-il beaucoup de temps ? « C’est variable. Là je n’ai rien depuis deux semaines mais j’ai parfois une tâche par jour. J’ai aussi mes propres clients en dehors de ListMinut ».  

Pouvoir fixer son prix aussi 

Du côté de Guillaume, étudiant à l’UCL, c’est la fixation de son prix qui l’a intéressé. « Les autres jobs étudiants ‘classiques’, on gagne 8 à 9 euros de l’heure. Ici, je peux fixer le mien à 15 euros », explique le jeune homme de 21 ans qui en profite pour mettre du beurre dans les épinards. « Je fais ça pour gagner un peu d’argent mais c’est surtout chouette, on se rend utile. Je fais du jardinage, j’évacue des encombrants. Je rends service aux gens ». Ce qui lui plait aussi, c’est la flexibilité. « En ce moment, j’ai un autre job étudiant et je mets le jobbing en suspens. Mais j’y reviens quand je veux. A la fin de mes études dans un an, si je pars à l’étranger et que je reviens, je peux refaire du jobbing. Même si je ne le fais pas pendant longtemps, je peux le refaire à n’importe quel moment. C’est pratique ».  

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 2020-09-21

    La Vivaldi sous pression: cette crise politique est insupportable

  2. On s’attendait à des négociations au finish dimanche. On a eu droit à un énorme clash entre présidents de partis, qui pointent Georges-Louis Bouchez du doigt.

    La Vivaldi tourne à la cacophonie, haro sur le soliste Bouchez

  3. C’est la Banque nationale de Belgique (BNB), en tant que superviseur du secteur qui évalue, avec l’aide de 11 fonctionnaires spécialisés, l’efficacité des procédés anti-blanchiment des 231 banques sous sa responsabilité.

    FinCEN Files: comment la Belgique lutte contre le blanchiment d'argent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 59»: le bébé

    Dans une dizaine de jours, il va se passer un truc incroyable.

    Une petite fille va arriver. Parachutée comme Diana Prince (aka Wonder Woman) dans un monde un rien chaotique. Mais sans lasso magique, sans bracelets à l’épreuve des balles ni entraînement d’amazone. Juste comme ça, comme un bébé. Comme la première goutte de pluie sur une piscine tranquille, fraîche et dodue, avec les ondes circulaires et tous les remous autour.

    Autour, c’est Adia et Nicolas, et deux autres petites filles, Nina, bientôt 11 ans, et Marguerite, six ans. C’est chaud, d’être enceinte en temps de Covid, même si, explique Adia, « ce n’est pas un bébé corona, il a été conçu avant. Début janvier, après les fêtes, et ce n’était pas du tout prévu. C’était une surprise et une grande interrogation, parce que je ne suis plus une gamine, je vais avoir 42 ans. On n’est des parents jeunes ni l’un, ni l’autre et c’est vraiment la force de la vie qui nous a poussés à accepter. Impossible d’envisager une interruption de grossesse. »...

    Lire la suite

  • Les Leaks, pas une mode mais le devoir du quatrième pouvoir

    Le retour des Leaks. Depuis 2013, ces enquêtes basées sur des fuites de documents vers la presse se sont succédé : Luxleaks, Offshore Leaks, Panama Papers etc., soit des enquêtes spectaculaires assorties de révélations publiées dans un grand nombre de pays simultanément. Cette fois avec les « FinCEN Files », ce sont les grandes banques internationales – mais aussi quelques belges – qui sont au centre des nouveaux mécanismes auscultés et mis à nu. Le monde du crime organisé, du blanchiment d’argent et de la fraude fiscale...

    Lire la suite