Vos clients veulent un bon réseau wifi : comment faire ?

Vos clients veulent un bon réseau wifi : comment faire ?

Proposer un hotspot fiable, de bonne portée et sécurisé n'est pas a priori à la portée du premier commerçant ou patron de TPE qui passe. Pourtant, il est possible de créer aisément les conditions pour que la connexion internet des visiteurs soit stable et optimale. C’est même devenu un argument de rétention du client. SiteMinder a dressé la liste des petites contrariétés qui agacent le plus les clients d'un établissement : un wifi instable (40%) arrive en tête de liste. 

Les contraintes du wifi expliquées (simplement) 

Avant tout, une petite étude sommaire des lieux s'impose. Cette phase permet de mieux cadrer les besoins. Faites appel à un professionnel (ou à votre intelligence) pour réaliser cet audit: superficie, besoins en puissance, nombre de clients, zones où le wifi ne passe pas. « Ces mesures constituent ce qu’on appelle un audit passif », précise Adrien Gaillard (NetXP). Vous pourrez ensuite définir si vous avez besoin d'un ou plusieurs répéteurs, en fonction des obstacles. 

Il ajoute : « les contraintes sont extrêmement nombreuses quand on déploie du wifi ». Elles peuvent être physiques : « par exemple, si les bornes doivent être cachées dans le faux-plafond, certains matériaux sont plus résistants aux ondes que d'autres. » Solution : placer dans un endroit dégagé et à ciel ouvert. Autre point important à respecter durant le placement d'un routeur : « toujours installer horizontalement. La propagation radio se fait sous la forme d’un donut : si la borne est installée verticalement, vous visez alors majoritairement le sol et le plafond », qui ne sont pas vos clients. 

Un wifi pour les clients (et un autre pour vous)  

La plupart des modems belges proposent un réseau « guest », où les invités n'ont généralement pas accès à des appareils comme l'imprimante ou vos disques durs. Il en va de même pour les routeurs professionnels. Le modem est capable de créer un réseau privé pour vous et un autre (beaucoup plus restreint, mais puissant) pour les clients. 

Gerrit Brugman (AVM Benelux, constructeur des Fritz!Box) nous confirme : « le réseau invité est parfaitement adapté à un commerce. Vous pouvez facilement décider s'il faut un mot de passe ou pas. Vous pouvez aussi personnaliser la page d'accueil que verront tous les visiteurs qui se connectent à votre réseau, avec votre logo et un message de bienvenue. Nous proposons d'imprimer un QR code qui rend tout cela super simple. » Le client n'a pas accès aux terminaux de paiement et autres appareils sensibles. Il profite d'internet (c'est d'ailleurs tout ce qu'il demande). 

 Mesh, un wifi stable dans tous les rayons 

 Netgear, DLink, Linksys, Fritz!box et beaucoup d’autres optent désormais pour une technologie baptisée « Mesh », qui assure un partage transparent de la connexion internet entre le routeur et les éventuels répéteurs dont vous pourriez avoir besoin pour une grande surface (ou plusieurs étages). Cela fonctionne un peu comme appel téléphonique, qui se poursuit quand un smartphone passe d’une antenne GSM à une autre.  

Pour Gerrit Brugman, tout cela est devenu pratiquement invisible. « Chez nous, on met à jour son modem, on connecte un répéteur et il se fond dans le réseau Mesh. Le nom de votre réseau reste le même et il n'y a pas d'interruption pour un client qui passe d'un endroit à l'autre. » 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite