Les voyages d’affaires sont-ils devenus une perte de temps ?

Les voyages d’affaires sont-ils devenus une perte de temps ?

C’est un poncif mais c’est un fait : le développement des technologies de la communication réduit les distances. Les réunions virtuelles ne sont désormais plus des exceptions, loin de là. Au point que, pour certaines professions, travailler du bout du monde est presque devenu un jeu d’enfants. D’après les chiffres cependant, le voyage d’affaires a toujours bel et bien la cote.  

Une tendance à la hausse 

La crise de 2008 avait sans conteste mis un coup de frein aux dépenses des entreprises en la matière. D’après la GBTA (Global Business Travel Association), celles-ci avaient en effet diminué de 8% sur un an. Mais très vite, la tendance était repartie à la hausse. En 2017, elles ont atteint 1.330 milliards de dollars. Et les perspectives sont plutôt réjouissantes pour le secteur du transport, puisqu’elles devraient encore augmenter, certes plus lentement, mais tout de même jusqu’à 1.700 milliards de dollars d’ici 2022. 

La Belgique, pays d’exportations par excellence, ne fait pas exception. « Nous sommes en train d’essayer de compiler des chiffres parce qu’ils n’existent pas pour le moment. Mais rien qu’à Brussels Airport, on sait que 40% des voyages sont des voyages d’affaires. Et c’est en hausse », nous dit-on chez FCm Travel Solutions Belgium. Destinations européennes favorites par voie aérienne : Vienne, Madrid et Milan, Londres étant passé de la première à la cinquième place l’an dernier.  

De multiples raisons d’être 

Aucun doute, voyager prend plus de temps et coûte plus cher que de recourir à la vidéo conférence. Mais dans certains cas, ce n’est pas une option d’après Andrew Pearson, ingénieur sénior dans un grand groupe : « c’est très difficile de remplacer une visite d’usine par un conference call. Quand il y a un problème de production, nous avons besoin de nous rendre sur place pour trouver une solution. » 

Et même s’il ne s’agit que d’assister à des réunions, là aussi, l’option du voyage d’affaires est souvent privilégiée. « Nous faisons beaucoup de vidéo conférences mais il faut par exemple rencontrer régulièrement les fournisseurs, poursuit-il. La communication est toujours plus facile en personne. » Un avis partagé par de nombreux hommes et femmes d’affaires, surtout chez les Millennials, si l’on en croit une étude menée par CWT. Plus de 6 personnes interrogées sur 10 s’estiment plus productives en travaillant en face-à-face qu’à distance ou même seul.   

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite