Les voyages d’affaires sont-ils devenus une perte de temps ?

Les voyages d’affaires sont-ils devenus une perte de temps ?

C’est un poncif mais c’est un fait : le développement des technologies de la communication réduit les distances. Les réunions virtuelles ne sont désormais plus des exceptions, loin de là. Au point que, pour certaines professions, travailler du bout du monde est presque devenu un jeu d’enfants. D’après les chiffres cependant, le voyage d’affaires a toujours bel et bien la cote.  

Une tendance à la hausse 

La crise de 2008 avait sans conteste mis un coup de frein aux dépenses des entreprises en la matière. D’après la GBTA (Global Business Travel Association), celles-ci avaient en effet diminué de 8% sur un an. Mais très vite, la tendance était repartie à la hausse. En 2017, elles ont atteint 1.330 milliards de dollars. Et les perspectives sont plutôt réjouissantes pour le secteur du transport, puisqu’elles devraient encore augmenter, certes plus lentement, mais tout de même jusqu’à 1.700 milliards de dollars d’ici 2022. 

La Belgique, pays d’exportations par excellence, ne fait pas exception. « Nous sommes en train d’essayer de compiler des chiffres parce qu’ils n’existent pas pour le moment. Mais rien qu’à Brussels Airport, on sait que 40% des voyages sont des voyages d’affaires. Et c’est en hausse », nous dit-on chez FCm Travel Solutions Belgium. Destinations européennes favorites par voie aérienne : Vienne, Madrid et Milan, Londres étant passé de la première à la cinquième place l’an dernier.  

De multiples raisons d’être 

Aucun doute, voyager prend plus de temps et coûte plus cher que de recourir à la vidéo conférence. Mais dans certains cas, ce n’est pas une option d’après Andrew Pearson, ingénieur sénior dans un grand groupe : « c’est très difficile de remplacer une visite d’usine par un conference call. Quand il y a un problème de production, nous avons besoin de nous rendre sur place pour trouver une solution. » 

Et même s’il ne s’agit que d’assister à des réunions, là aussi, l’option du voyage d’affaires est souvent privilégiée. « Nous faisons beaucoup de vidéo conférences mais il faut par exemple rencontrer régulièrement les fournisseurs, poursuit-il. La communication est toujours plus facile en personne. » Un avis partagé par de nombreux hommes et femmes d’affaires, surtout chez les Millennials, si l’on en croit une étude menée par CWT. Plus de 6 personnes interrogées sur 10 s’estiment plus productives en travaillant en face-à-face qu’à distance ou même seul.   

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une scène du film «
Le prénom
». Non, Adolf, c’est fini. La mode est passée.

    Comment le coronavirus influence le choix d'un prénom

  2. Parmi les nombreuses personnalités décorées par la reine, le comédien Benedict Cumberbatch.

    La référence à l’Empire sur les médailles britanniques fait controverse

  3. Paul Magnette.

    Négociations fédérales: la Vivaldi advient, bonjour les querelles

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 64: la procédure

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    Une copine nous a envoyé ce strip, une petite blague en une case où la maîtresse répond à un gamin super pressé qui lève le doigt pour aller faire pipi : « Attends une minute, voyons voir (elle feuillette une à une les pages d’un gros classeur pendant que le petit s’agite sur sa chaise)… Quelle est la procédure ? »

    La procédure. C’était un mot qu’on n’employait jamais, il appartenait au vocabulaire de la justice, de l’armée, de l’administration. Hypersexy. Sur les 270.000 que compte le français, disons qu’il se plaçait, par ordre de préférence, sous la barre des 250.000, entre glaire, rance et capillotracté (1).

    Aujourd’hui, il ne se passe pas une semaine, pas un jour, pas une heure presque sans qu’on reçoive un mail sur la procédure à adopter en cas de ceci ou de cela.

    De l’école : « Les élèves quittant l’...

    Lire la suite

  • Formation fédérale: des co-formateurs, enfin !

    Enfin ! Un an, trois mois et vingt-huit jours après les élections, une étape décisive en vue de la formation d’un gouvernement fédéral est franchie. Ce mot « formateur », qu’on aurait voulu écrire à maintes reprises, n’est désormais plus une vague perspective, il est incarné par Paul Magnette et Alexander De Croo.

    Enfin ! Ce mercredi, on a moins entendu parler de personnes que l’on ne supporterait plus...

    Lire la suite