Comment partir en vacances sans stress ?

Comment partir en vacances sans stress ?

Les vacances approchent à grands pas. Et avec elles, souvent, leur lot de stress. Soit parce que, partir, c'est accepter de laisser son travail derrière soi. Soit parce qu'au contraire, c'est choisir de l'emmener. Avec l’Internet disponible (presque) partout désormais, et notre vie condensée dans notre smartphone, la frontière entre vie professionnelle et vie privée s'efface un peu plus chaque jour. Voici donc quelques conseils pour vous assurer de pouvoir vraiment recharger vos batteries pendant vos vacances. 

Organiser son départ 

Pour quiconque gère une équipe ou a des responsabilités, quitter le travail pour une ou deux semaines ne s’improvise pas. Tout d’abord parce que la période n’est pas toujours idéale. Un projet en cours, une deadline à respecter, un nouvelle recrue à accueillir... les raisons ne manquent pas pour vous empêcher de prendre le large l’esprit tranquille. Première priorité donc : bien choisir le moment de vos congés. 

Autre impératif : prévoir l’intérim. « Prenez du temps pour préparer votre to-do list et commencez par les choses les plus importantes. Laissez les questions moins urgentes de côté ou placez-les au bas de la liste », insiste-t-on chez Robert Walters. De nombreuses apps peuvent d’ailleurs vous aider à vous organiser en prévision du grand départ. 

Transmettre les dossiers en cours 

Certains dossiers en cours cependant devront être transmis à un ou plusieurs de vos collègues. Soyez le plus clair possible et assurez-vous que chacun ait bien compris son rôle et vos attentes. « N’hésitez pas à préciser des petits créneaux où l’on pourrait vous joindre pour les urgences, quelles personnes contacter si besoin, conseille-t-on chez Orchestra Planisware. De nombreux petits points qui pourront éviter des dérangements en plein milieu d’un bain dans une eau turquoise ! » 

Enfin, faites le ménage sur votre bureau. Cela vous assurera un retour plus en douceur, sachant que vous passerez, de toute façon, votre première journée de boulot à trier les dizaines (centaines ?) d’e-mails reçus pendant vos vacances. N’oubliez pas d’ailleurs de programmer votre message d’absence dans votre boîte e-mail avec, là aussi, une personne de contact en cas de besoin. La vie continue, même sans vous ! 

Pendant vos vacances 

Une seule règle : dé-con-nec-tez-vous ! Avoir votre smartphone avec vous ne signifie pas que vous deviez consulter vos e-mails toutes les demi-heures. Surtout si votre départ a été bien préparé. Et si vous avez quand même pris un peu de travail avec vous, ne le laissez pas vous envahir. Prévoyez par exemple un créneau spécifique pour passer vos appels ou répondre à vos e-mails urgents. Quitte à vous installer dans un espace de coworking.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette et Alexander De Croo

    La Vivaldi a un accord de gouvernement et un Premier ministre

  2. ARGENTINA HEALTH PANDEMIC CORONAVIRUS

    Coronavirus: la Belgique franchit le seuil de 10.000 décès

  3. USA PRESIDENTIAL DEBATE

    Etats-Unis: une foire d’empoigne entre Trump et Biden en guise de premier débat

La chronique
  • La Lettre d’Ivan De Vadder: Le ton de l’opposition

    Faire de l’opposition au parlement n’est pas toujours affaire d’enfant de chœur. Dans les années 80, en tant que chef de l’opposition, le socialiste Louis Tobback compara le Premier ministre Wilfried Martens à l’empereur romain Caligula (qui avait nommé son cheval consul), et qualifia le CVP, le parti de Martens, de « méduse ». C’est Wilfried Martens lui-même qui y revint dans ses mémoires : « Rarement l’affrontement entre majorité et opposition n’a été aussi prononcé que pendant mon cinquième règne ». Puis d’ajouter : « Tobback en particulier s’est contenté d’une rhétorique d’opposition dure comme de l’acier, qui m’a souvent écorné. Les nombreuses “appellations affectueuses” avec lesquelles il a dépeint ma personne, ont fait rire tout le monde. » Martens lui-même ne mentionne pas les « appellations affectueuses » dans son texte, mais, heureusement pour les historiens, les inclut dans les notes : « Les appellations affectueuses que Louis Tobback m’a léguées, incluaient “mouche à merde”, “charlatan”, “Caligula”, et “...

    Lire la suite

  • Covid au travail: un flou très embarrassant

    Face à une crise dont on ne répétera jamais assez le caractère exceptionnel, voire imprévisible, il reste de bon ton de faire preuve de retenue dès lors qu’on est amené à jauger la qualité de la réponse qui y fut apportée. D’autant que, même s’il doit lui aussi pleurer de nombreux décès, notre pays n’a globalement pas trop à rougir de la manière dont cette pandémie fut gérée : nos soins de santé ont tenu le coup, nos enfants ont repris le chemin de l’école, notre économie, rapidement et massivement subsidiée, commence à redémarrer....

    Lire la suite