3 choses à savoir avant de tout quitter pour une néobanque

3 choses à savoir avant de tout quitter pour une néobanque

Nous vous en avons déjà parlé sous l'angle business : N26, Revolut, Monese, Bunq et Holvi sont quelques exemples de néobanques européennes accessibles aux Belges. Leurs atouts ? L'innovation et des applications mobiles hyper sophistiquées. Et si le diable se cachait dans les détails ? Non, la néobanque n'est pas forcément gratuite (même si vous avez lu “Bunq, bank of the Free”) : voici ce qu’il faut savoir avant de faire le grand switch.

Votre compte n’est pas forcément belge

Voilà ! Vous venez de souscrire à N26 et tentez d'ajouter votre nouvelle carte Mastercard à votre compte Spotify. Problème : le compte IBAN lié à votre carte est un compte allemand et Spotify vous met en garde : “cette carte n’est pas valable dans votre pays”.

Disposer d’un compte dans un autre pays de l’UE, c’est légal et ce n'est pas un problème en soi, mais cela pose un petit tracas administratif. Aux yeux de Spotify, vous êtes un résident allemand. Pour y remédier, vous devrez insister (un peu ou beaucoup) et envoyer un justificatif de résidence belge à l'entreprise.

Les services ne sont pas forcément gratuits

Si les néobanques ne disposent pas d'une structure d'agences, elles n'hésitent pas à facturer leurs services. En Belgique, nous sommes plutôt bien logés : les retraits sont gratuits depuis longtemps, tout comme l'envoi de virements ou l'utilisation de la carte de débit. Ce n’est pas le cas partout en Europe. Chez Bunq, par exemple, la version gratuite ne comprend pas de... carte de banque.

Le pack le moins cher est à 7,99€ par mois. Chez N26, le compte gratuit permet 5 retraits par mois, mais pas question de faire appel au service client et pas d’assurance non plus. À titre de comparaison, un compte Hello bank! ou Keytradebank (deux banques belges digitales) restera entièrement gratuit, voire rémunérateur. Chez Keytradebank, pour chaque opération bancaire, vous recevez 5 cents.

Au revoir Bancontact…. et l’appli Payconiq

Chez N26, Revolut ou Monese, la carte de débit qui vous est envoyée est une carte Visa ou Mastercard. C’est très courant, mais pas en Belgique, où la carte de débit est souvent une carte Bancontact et où Visa et Mastercard sont plutôt des cartes de… crédit. Problème : les Mastercard et Visa ne sont pas toujours acceptées chez tous les commerçants (surtout les petits).

Bunq est la seule néobanque, à notre connaissance, qui vous permet de choisir entre une carte Maestro (compatible Bancontact) et une Mastercard. Autre désavantage ? Si vous utilisez l'application Bancontact/Payconiq, il ne vous sera pas possible d'ajouter votre carte bancaire. Mais vous pourrez, selon les cas, utiliser Google Pay ou Apple Pay.

Un conseil : conservez (au moins) un compte belge

Avant de switcher dans la précipitation et vous retrouver avec une centaine euros de frais bancaires par an sans avoir rien vu venir, si vous testiez la néobanque ? Bunq propose par exemple 30 jours gratuits pour essayer. En attendant, conservez un compte gratuit ou à bas coût dans une banque belge. Vous pourrez, après quelque temps, vous décider en toute connaissance de cause.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite