Holvi : cette néobanque veut convaincre les entrepreneurs belges

Holvi : cette néobanque veut convaincre les entrepreneurs belges

Fondée en 2011 et rachetée par le groupe BBVA en 2016, Holvi (littéralement "voûte" en finois) est le pionnier européen des services néobancaires dédiés aux freelances et aux petites entreprises. Régulée par la Financial Supervisory Authority finlandaise et désormais présente dans 3 villes (Helsinki, Berlin et Madrid), la banque dispose d'une licence qui lui permet d'opérer comme institution bancaire à part entière dans 30 pays, dont la Belgique.

Elina Räsänen, Holvi, c’est un hub ou c’est une banque ?

Quelle question ! Une véritable banque avec une approche exclusivement professionnelle. Holvi a été fondée par des entrepreneurs (tout comme bon nombre de nos collaborateurs d’ailleurs). Nous avons voulu dès le départ régler les problèmes concrets de la gestion financière d'une petite structure, ce qu'on appelle les "Makers & Doers", en écoutant nos clients et leurs besoins. Notre offre est simple et modulaire : un compte courant, une carte de débit et des outils en ligne (facturation, comptabilité). Et pour y accéder, un site et une app. Une application complète : on peut même y rédiger une facture.


Elina Räsänen, VP Marketing & Communications chez Holvi

Les banques traditionnelles ont perdu la main ?

En tout cas, elles répondent assez mal aux besoins des 60 à 90 millions de micro-entrepreneurs européens. Nous savons que ce marché va croître de manière exponentielle dans les années à venir.

Mais vous n'offrez pas de carte de crédit, pas de prêts, pas de compte d'épargne... et tout est en anglais...

C'est vrai, mais nous sommes un service bancaire moderne. Tout est conçu en interne. Cela nous donne une flexibilité maximale pour intégrer des fonctions que nous jugeons utiles pour nos clients (ou qu’ils nous réclament). Par exemple, dans certains pays, nous fournissons une solution d'encaissement avec SumUp ou une boutique en ligne. En Allemagne, nous sommes intégrés au logiciel LexOffice. En Belgique, nous menons des enquêtes de marché actuellement et l'offre va évoluer : nous avons par exemple adapté nos outils à la fiscalité belge et réfléchissons à une solution d'épargne ou de compte séparé, par exemple pour la TVA. Le service est accessible en anglais, mais pas encore en français ou en néerlandais, mais rien n'est exclu. Tout est sur la table, tout le temps.

Encore faut-il faire le grand saut ! On quitte sa banque pour Holvi ou vous êtes un 2e couteau ?

Holvi permet de remplacer entièrement une banque traditionnelle et un logiciel de comptabilité. Moi, j’en suis convaincue. Je dirais : testez et décidez-vous. L'offre de base est gratuite de toute façon. L'offre complète revient à 9 euros en Belgique.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite