Holvi : cette néobanque veut convaincre les entrepreneurs belges

Holvi : cette néobanque veut convaincre les entrepreneurs belges

Fondée en 2011 et rachetée par le groupe BBVA en 2016, Holvi (littéralement "voûte" en finois) est le pionnier européen des services néobancaires dédiés aux freelances et aux petites entreprises. Régulée par la Financial Supervisory Authority finlandaise et désormais présente dans 3 villes (Helsinki, Berlin et Madrid), la banque dispose d'une licence qui lui permet d'opérer comme institution bancaire à part entière dans 30 pays, dont la Belgique.

Elina Räsänen, Holvi, c’est un hub ou c’est une banque ?

Quelle question ! Une véritable banque avec une approche exclusivement professionnelle. Holvi a été fondée par des entrepreneurs (tout comme bon nombre de nos collaborateurs d’ailleurs). Nous avons voulu dès le départ régler les problèmes concrets de la gestion financière d'une petite structure, ce qu'on appelle les "Makers & Doers", en écoutant nos clients et leurs besoins. Notre offre est simple et modulaire : un compte courant, une carte de débit et des outils en ligne (facturation, comptabilité). Et pour y accéder, un site et une app. Une application complète : on peut même y rédiger une facture.


Elina Räsänen, VP Marketing & Communications chez Holvi

Les banques traditionnelles ont perdu la main ?

En tout cas, elles répondent assez mal aux besoins des 60 à 90 millions de micro-entrepreneurs européens. Nous savons que ce marché va croître de manière exponentielle dans les années à venir.

Mais vous n'offrez pas de carte de crédit, pas de prêts, pas de compte d'épargne... et tout est en anglais...

C'est vrai, mais nous sommes un service bancaire moderne. Tout est conçu en interne. Cela nous donne une flexibilité maximale pour intégrer des fonctions que nous jugeons utiles pour nos clients (ou qu’ils nous réclament). Par exemple, dans certains pays, nous fournissons une solution d'encaissement avec SumUp ou une boutique en ligne. En Allemagne, nous sommes intégrés au logiciel LexOffice. En Belgique, nous menons des enquêtes de marché actuellement et l'offre va évoluer : nous avons par exemple adapté nos outils à la fiscalité belge et réfléchissons à une solution d'épargne ou de compte séparé, par exemple pour la TVA. Le service est accessible en anglais, mais pas encore en français ou en néerlandais, mais rien n'est exclu. Tout est sur la table, tout le temps.

Encore faut-il faire le grand saut ! On quitte sa banque pour Holvi ou vous êtes un 2e couteau ?

Holvi permet de remplacer entièrement une banque traditionnelle et un logiciel de comptabilité. Moi, j’en suis convaincue. Je dirais : testez et décidez-vous. L'offre de base est gratuite de toute façon. L'offre complète revient à 9 euros en Belgique.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite