Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Simple, Moven, Serve, Marcus, Finn : voilà des marques dont le nom vous est probablement inconnu. Et pourtant, ces offres bancaires mobiles sont à l’origine de la croissance des néobanques aux États-Unis, un phénomène désormais en pleine ascension en Europe.

Qu’est-ce qu’une néobanque ?

Une néobanque se caractérise par une offre bancaire sans agence, essentiellement tournée vers une gestion mobile des finances personnelles et articulée autour de trois piliers : un compte à vue (avec ou sans épargne), une carte de débit et des applications hyper sophistiquées.

Des acteurs inconnus il y a cinq ans à peine s’imposent désormais comme une alternative au circuit bancaire traditionnel : N26, Monese, Bunq, Revolut, ou encore Holvi. Une tendance libérée par la possibilité offerte aux résidents européens d'ouvrir un compte dans le pays de leur choix. D’ailleurs, aucune des 4 banques cités ne dispose d’un siège en Belgique, contrairement à Hello bank! (BNP Paribas Fortis) et KeytradeBank (Arkeia Crédit Mutuel).


Une néobanque pour voyager ?

Classe éco, classe affaires

Contrairement aux apparence, une néobanque n'est pas une affaire de Millennials connectés à la recherche de l'offre la moins chère. Les différents acteurs du secteur ont rapidement développé (avec succès) des offres payantes à valeur ajoutée (cashback, assurances, avantages) à destination des particuliers et ils font désormais les yeux doux au business.

Cible visée principalement ? Le freelance connecté, dont les besoins bancaires se résument à des opérations courantes (paiements, encaissements, dépenses), c’est-à-dire une proportion grandissante des métiers de services.

5 offres business disponibles en Belgique

Ces 4 banques disposent d’une offre à destination des particuliers (gratuite ou premium) et ont développé des offres spécifiques pour les entrepreneurs et/ou les entreprises.

N26 Business

N26 Business est destiné aux auto-entrepreneurs, avec un argument de poids : sauf complications, l'ouverture se fait en 8 minutes. Il n'y a pas de frais d'ouverture de compte en ligne ou de tenue de compte. Autre atout : un cashback de 0,1% sur tous vos achats, avec votre carte de banque, directement prélevés sur votre compte (IBAN allemand).

Revolut Business

Pour 6,99£ par mois, vous obtenez un compte courant Revolut Business multi-devises et une carte de débit pour une petite structure (indépendant, profession libérale, petite société). Revolut permet d'envoyer de l'argent en temps réel à 20.000 entreprises partout dans le monde. Les virements internationaux sont gratuits.

Monese Business

Spécialisée dans l'ouverture de compte instantanée sur mobile, Monese est une néobanque britannique. Pour des frais fixes de 9,95£, vous bénéficiez d'un compte professionnel avec un compte courant. L'inscription se fait exclusivement en ligne et prend quelques minutes.

Bunq Business

Cette néobanque néerlandaise prétend pouvoir ouvrir un compte professionnel en 5 minutes en ligne. L'offre professionnelle coûte 9,95€ par mois. Là encore, la relation bancaire est réduite à l'essentiel : une carte (au choix, Maestro ou Mastercard), un compte (IBAN néerlandais) et une application. Bunq entend faire gagner du temps. Exemple : la possibilité de scanner une facture pour la payer immédiatement. L’entreprise s’inspire de la Silicon Valley dans sa communication, notamment par le biais de “keynotes” réguliers où le CEO de bunq dévoile ses "updates", comme s’il s’agissait de l’évolution d’un système d’exploitation.

Holvi

Vos finances personnelles n'intéressent pas Holvi. Cette néobanque finlandaise se concentre sur la clientèle professionnelle.  Céée en 2011, elle a été rachetée il y a 3 ans par le groupe espagnol BVBA. Son ambition : remplacer entièrement votre compte courant business et votre logiciel de comptabilité. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite