Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Simple, Moven, Serve, Marcus, Finn : voilà des marques dont le nom vous est probablement inconnu. Et pourtant, ces offres bancaires mobiles sont à l’origine de la croissance des néobanques aux États-Unis, un phénomène désormais en pleine ascension en Europe.

Qu’est-ce qu’une néobanque ?

Une néobanque se caractérise par une offre bancaire sans agence, essentiellement tournée vers une gestion mobile des finances personnelles et articulée autour de trois piliers : un compte à vue (avec ou sans épargne), une carte de débit et des applications hyper sophistiquées.

Des acteurs inconnus il y a cinq ans à peine s’imposent désormais comme une alternative au circuit bancaire traditionnel : N26, Monese, Bunq, Revolut, ou encore Holvi. Une tendance libérée par la possibilité offerte aux résidents européens d'ouvrir un compte dans le pays de leur choix. D’ailleurs, aucune des 4 banques cités ne dispose d’un siège en Belgique, contrairement à Hello bank! (BNP Paribas Fortis) et KeytradeBank (Arkeia Crédit Mutuel).


Une néobanque pour voyager ?

Classe éco, classe affaires

Contrairement aux apparence, une néobanque n'est pas une affaire de Millennials connectés à la recherche de l'offre la moins chère. Les différents acteurs du secteur ont rapidement développé (avec succès) des offres payantes à valeur ajoutée (cashback, assurances, avantages) à destination des particuliers et ils font désormais les yeux doux au business.

Cible visée principalement ? Le freelance connecté, dont les besoins bancaires se résument à des opérations courantes (paiements, encaissements, dépenses), c’est-à-dire une proportion grandissante des métiers de services.

5 offres business disponibles en Belgique

Ces 4 banques disposent d’une offre à destination des particuliers (gratuite ou premium) et ont développé des offres spécifiques pour les entrepreneurs et/ou les entreprises.

N26 Business

N26 Business est destiné aux auto-entrepreneurs, avec un argument de poids : sauf complications, l'ouverture se fait en 8 minutes. Il n'y a pas de frais d'ouverture de compte en ligne ou de tenue de compte. Autre atout : un cashback de 0,1% sur tous vos achats, avec votre carte de banque, directement prélevés sur votre compte (IBAN allemand).

Revolut Business

Pour 6,99£ par mois, vous obtenez un compte courant Revolut Business multi-devises et une carte de débit pour une petite structure (indépendant, profession libérale, petite société). Revolut permet d'envoyer de l'argent en temps réel à 20.000 entreprises partout dans le monde. Les virements internationaux sont gratuits.

Monese Business

Spécialisée dans l'ouverture de compte instantanée sur mobile, Monese est une néobanque britannique. Pour des frais fixes de 9,95£, vous bénéficiez d'un compte professionnel avec un compte courant. L'inscription se fait exclusivement en ligne et prend quelques minutes.

Bunq Business

Cette néobanque néerlandaise prétend pouvoir ouvrir un compte professionnel en 5 minutes en ligne. L'offre professionnelle coûte 9,95€ par mois. Là encore, la relation bancaire est réduite à l'essentiel : une carte (au choix, Maestro ou Mastercard), un compte (IBAN néerlandais) et une application. Bunq entend faire gagner du temps. Exemple : la possibilité de scanner une facture pour la payer immédiatement. L’entreprise s’inspire de la Silicon Valley dans sa communication, notamment par le biais de “keynotes” réguliers où le CEO de bunq dévoile ses "updates", comme s’il s’agissait de l’évolution d’un système d’exploitation.

Holvi

Vos finances personnelles n'intéressent pas Holvi. Cette néobanque finlandaise se concentre sur la clientèle professionnelle.  Céée en 2011, elle a été rachetée il y a 3 ans par le groupe espagnol BVBA. Son ambition : remplacer entièrement votre compte courant business et votre logiciel de comptabilité. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite