Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Simple, Moven, Serve, Marcus, Finn : voilà des marques dont le nom vous est probablement inconnu. Et pourtant, ces offres bancaires mobiles sont à l’origine de la croissance des néobanques aux États-Unis, un phénomène désormais en pleine ascension en Europe.

Qu’est-ce qu’une néobanque ?

Une néobanque se caractérise par une offre bancaire sans agence, essentiellement tournée vers une gestion mobile des finances personnelles et articulée autour de trois piliers : un compte à vue (avec ou sans épargne), une carte de débit et des applications hyper sophistiquées.

Des acteurs inconnus il y a cinq ans à peine s’imposent désormais comme une alternative au circuit bancaire traditionnel : N26, Monese, Bunq, Revolut, ou encore Holvi. Une tendance libérée par la possibilité offerte aux résidents européens d'ouvrir un compte dans le pays de leur choix. D’ailleurs, aucune des 4 banques cités ne dispose d’un siège en Belgique, contrairement à Hello bank! (BNP Paribas Fortis) et KeytradeBank (Arkeia Crédit Mutuel).


Une néobanque pour voyager ?

Classe éco, classe affaires

Contrairement aux apparence, une néobanque n'est pas une affaire de Millennials connectés à la recherche de l'offre la moins chère. Les différents acteurs du secteur ont rapidement développé (avec succès) des offres payantes à valeur ajoutée (cashback, assurances, avantages) à destination des particuliers et ils font désormais les yeux doux au business.

Cible visée principalement ? Le freelance connecté, dont les besoins bancaires se résument à des opérations courantes (paiements, encaissements, dépenses), c’est-à-dire une proportion grandissante des métiers de services.

5 offres business disponibles en Belgique

Ces 4 banques disposent d’une offre à destination des particuliers (gratuite ou premium) et ont développé des offres spécifiques pour les entrepreneurs et/ou les entreprises.

N26 Business

N26 Business est destiné aux auto-entrepreneurs, avec un argument de poids : sauf complications, l'ouverture se fait en 8 minutes. Il n'y a pas de frais d'ouverture de compte en ligne ou de tenue de compte. Autre atout : un cashback de 0,1% sur tous vos achats, avec votre carte de banque, directement prélevés sur votre compte (IBAN allemand).

Revolut Business

Pour 6,99£ par mois, vous obtenez un compte courant Revolut Business multi-devises et une carte de débit pour une petite structure (indépendant, profession libérale, petite société). Revolut permet d'envoyer de l'argent en temps réel à 20.000 entreprises partout dans le monde. Les virements internationaux sont gratuits.

Monese Business

Spécialisée dans l'ouverture de compte instantanée sur mobile, Monese est une néobanque britannique. Pour des frais fixes de 9,95£, vous bénéficiez d'un compte professionnel avec un compte courant. L'inscription se fait exclusivement en ligne et prend quelques minutes.

Bunq Business

Cette néobanque néerlandaise prétend pouvoir ouvrir un compte professionnel en 5 minutes en ligne. L'offre professionnelle coûte 9,95€ par mois. Là encore, la relation bancaire est réduite à l'essentiel : une carte (au choix, Maestro ou Mastercard), un compte (IBAN néerlandais) et une application. Bunq entend faire gagner du temps. Exemple : la possibilité de scanner une facture pour la payer immédiatement. L’entreprise s’inspire de la Silicon Valley dans sa communication, notamment par le biais de “keynotes” réguliers où le CEO de bunq dévoile ses "updates", comme s’il s’agissait de l’évolution d’un système d’exploitation.

Holvi

Vos finances personnelles n'intéressent pas Holvi. Cette néobanque finlandaise se concentre sur la clientèle professionnelle.  Céée en 2011, elle a été rachetée il y a 3 ans par le groupe espagnol BVBA. Son ambition : remplacer entièrement votre compte courant business et votre logiciel de comptabilité. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite