Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Ces néobanques qui séduisent les entrepreneurs nomades

Simple, Moven, Serve, Marcus, Finn : voilà des marques dont le nom vous est probablement inconnu. Et pourtant, ces offres bancaires mobiles sont à l’origine de la croissance des néobanques aux États-Unis, un phénomène désormais en pleine ascension en Europe.

Qu’est-ce qu’une néobanque ?

Une néobanque se caractérise par une offre bancaire sans agence, essentiellement tournée vers une gestion mobile des finances personnelles et articulée autour de trois piliers : un compte à vue (avec ou sans épargne), une carte de débit et des applications hyper sophistiquées.

Des acteurs inconnus il y a cinq ans à peine s’imposent désormais comme une alternative au circuit bancaire traditionnel : N26, Monese, Bunq, Revolut, ou encore Holvi. Une tendance libérée par la possibilité offerte aux résidents européens d'ouvrir un compte dans le pays de leur choix. D’ailleurs, aucune des 4 banques cités ne dispose d’un siège en Belgique, contrairement à Hello bank! (BNP Paribas Fortis) et KeytradeBank (Arkeia Crédit Mutuel).


Une néobanque pour voyager ?

Classe éco, classe affaires

Contrairement aux apparence, une néobanque n'est pas une affaire de Millennials connectés à la recherche de l'offre la moins chère. Les différents acteurs du secteur ont rapidement développé (avec succès) des offres payantes à valeur ajoutée (cashback, assurances, avantages) à destination des particuliers et ils font désormais les yeux doux au business.

Cible visée principalement ? Le freelance connecté, dont les besoins bancaires se résument à des opérations courantes (paiements, encaissements, dépenses), c’est-à-dire une proportion grandissante des métiers de services.

5 offres business disponibles en Belgique

Ces 4 banques disposent d’une offre à destination des particuliers (gratuite ou premium) et ont développé des offres spécifiques pour les entrepreneurs et/ou les entreprises.

N26 Business

N26 Business est destiné aux auto-entrepreneurs, avec un argument de poids : sauf complications, l'ouverture se fait en 8 minutes. Il n'y a pas de frais d'ouverture de compte en ligne ou de tenue de compte. Autre atout : un cashback de 0,1% sur tous vos achats, avec votre carte de banque, directement prélevés sur votre compte (IBAN allemand).

Revolut Business

Pour 6,99£ par mois, vous obtenez un compte courant Revolut Business multi-devises et une carte de débit pour une petite structure (indépendant, profession libérale, petite société). Revolut permet d'envoyer de l'argent en temps réel à 20.000 entreprises partout dans le monde. Les virements internationaux sont gratuits.

Monese Business

Spécialisée dans l'ouverture de compte instantanée sur mobile, Monese est une néobanque britannique. Pour des frais fixes de 9,95£, vous bénéficiez d'un compte professionnel avec un compte courant. L'inscription se fait exclusivement en ligne et prend quelques minutes.

Bunq Business

Cette néobanque néerlandaise prétend pouvoir ouvrir un compte professionnel en 5 minutes en ligne. L'offre professionnelle coûte 9,95€ par mois. Là encore, la relation bancaire est réduite à l'essentiel : une carte (au choix, Maestro ou Mastercard), un compte (IBAN néerlandais) et une application. Bunq entend faire gagner du temps. Exemple : la possibilité de scanner une facture pour la payer immédiatement. L’entreprise s’inspire de la Silicon Valley dans sa communication, notamment par le biais de “keynotes” réguliers où le CEO de bunq dévoile ses "updates", comme s’il s’agissait de l’évolution d’un système d’exploitation.

Holvi

Vos finances personnelles n'intéressent pas Holvi. Cette néobanque finlandaise se concentre sur la clientèle professionnelle.  Céée en 2011, elle a été rachetée il y a 3 ans par le groupe espagnol BVBA. Son ambition : remplacer entièrement votre compte courant business et votre logiciel de comptabilité. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A partir du lundi 25 janvier, les voyages dits « de loisirs » sont tout simplement interdits.

    Coronavirus: la promesse fragile d’un dernier (gros) effort contre de (minces) perspectives

  2. d-20210103-GKM6UF 2021-01-02 15_40_14

    Comité de concertation: nouveau tour de vis concernant les voyages, nouveau tour de vis policier?

  3. Ce sont surtout les «mesures supplémentaires» imposées par le Comité de concertation qui ont le don d’énerver la profession.

    Coiffeurs: une nouvelle tête le 13 février, au plus tôt

La chronique
  • Tableau Delvaux: «Case prison»

    C’était un soir, tard, à la rédaction du Soir. Une jeune journaliste en charge de la Wallonie vient de recevoir un coup de fil : « Moreau et Fornieri ont créé une société commune, Ardentia Tech. » Depuis des semaines, la rumeur court : Stéphane Moreau, l’administrateur de Nethys, ce holding à capitaux publics actionnaire de Voo, Elicio, L’Avenir et L’Intégrale, mis en cause pour sa gouvernance, est partant mais emmènerait avec lui certains actifs. On soupçonne aussi les dirigeants de Nethys d’avoir trouvé une voie parallèle pour toucher incognito la partie du salaire dont ils ont été privés suite à la décision de la Région wallonne de plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, y compris celles de Moreau & Co.

    Dans ce contexte, la création d’une société commune à Stéphane Moreau et François Fornieri, créateur de la société pharmaceutique Mithra et compagnon de route de Nethys dont il est administrateur et président du comité de rémunération, ne peut qu’intriguer. Interrogé ce soir-là, Stéphane Moreau minimise l’importance de cette...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    Mais c’est le principe qui insupporte, par sa portée symbolique. Le...

    Lire la suite