Growth hacking : quelques exemples emblématiques

Growth hacking : quelques exemples emblématiques

Vous vous souvenez, la méthodologie AAARRR ? Awareness, Acquisition, Activation, Rétention, Revenu, Recommandation. C’est à chacune de ces étapes que le talent du growth hacker opère. Sa mission : étudier les données pour faire décoller la croissance à moindre coût. Ses armes : son ingéniosité et sa créativité. Quelques exemples de techniques ayant déjà maintes fois fait leurs preuves.

La carte des influenceurs

Qui ne se rue pas sur Internet aujourd’hui pour consulter les avis sur tel ou tel produit ? Les plus grands, comme Amazon, l’ont bien compris et mettent un point d’honneur à favoriser un esprit de communauté sur leur site ou leurs réseaux sociaux. Un moyen facile de se faire recommander mais aussi de créer une relation de proximité et de confiance avec la clientèle, via une chatbox par exemple.

Mais aujourd’hui, il est possible d’aller bien plus loin en sollicitant l’avis des influenceurs. Suivis par des centaines de milliers, voire des millions d’Internautes, ces leaders d’opinion 4.0 sont devenus un canal de publicité de premier choix pour les marques. Et il n'est jamais trop tôt pour faire appel à eux. Une offre peut faire le buzz avant même d’être lancée. Mailbox en sait quelque chose avec sa vidéo publiée dans l’App Store.

Les OPN, Other People Networks

C'est l’une des techniques les plus utilisées, et les moins coûteuses pour acquérir des clients. Le principe est simple : comme son nom l’indique, vous vous faîtes connaître et vous grandissez grâce aux réseaux des autres. Première possibilité, grâce au réseau de vos premiers clients. C’est le bon vieux parrainage dont ont su profiter LinkedIn, Uber et Dropbox par exemple. En invitant des amis à rejoindre la plateforme, les utilisateurs de cette dernière obtenaient automatiquement de l’espace de stockage en plus. A la clé pour l’entreprise : un coût d’acquisition par client divisé par 10 et une audience multipliée par 40 en à peine 15 mois. Même logique en utilisant, comme Airbnb, le réseau d’une autre entreprise. A ses débuts, la société avait spammé les utilisateurs de Craigslist, les invitant à publier également sur Airbnb. Elle avait également trouvé le moyen pour que ses annonces apparaissent automatiquement sur ce site américain de vente de particulier à particulier, bénéficiant ainsi de sa large audience.

Des pubs bien ciblées

Utilisé surtout en politique, le micro-targeting est un outil devenu très populaire aussi en marketing. L’idée : cibler au mieux les consommateurs afin de maximiser l’efficacité lors d’une campagne publicitaire. En clair, ne viser que les profils les plus susceptibles d’être intéressés par un produit ou un service. Vu la quantité d’informations qu’ils permettent de récolter, les réseaux sociaux sont évidemment l’endroit idéal pour s’adonner cette pratique. Certains vont d'ailleurs très loin. Facebook par exemple joue les chasseurs de têtes pour les entreprises. Pour en profiter, rien de plus simple si vous disposez déjà d’une base de données de vos utilisateurs. Il vous suffit d'entrer les adresses emails de ceux ayant déjà commandé au moins une fois chez vous. Facebook se charge ensuite de vous trouver des profils similaires, donc susceptibles de se montrer intéressés par votre offre. Attention cependant, pas question d’utiliser la base de données d’une autre entreprise comme point de départ. Le réseau social ne l’autorise pas, le règlement RGPD encore moins.


Micode rencontre un growth hacker

Priorité au contenu

Cela n’aura échappé à personne, depuis plusieurs années, la traditionnelle pub vantant les mérites d’un produit est en recul. Aujourd’hui, ce qui a le vent en poupe, c’est le content marketing, devenu presque un passage obligé. Blog posts, webinar, TEDx, vidéos... l’important est de faire parler de soi via de la production de contenu. Objectifs : communiquer sur ses valeurs et ainsi construire une relation avec ses prospects.

Cette liste des techniques de growth hacking est loin d’être exhaustive. Du programme de fidélité au code promo, en passant par le concours, les moyens pour séduire les clients et les retenir à faible coût sont nombreux. The sky’s the limit !

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite