Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Aujourd’hui, la plupart des départements des ressources humaines ou des plateformes de recrutement en ligne comme LinkedIn ou Indeed font une analyse des profils et des CV des candidats en utilisant des mots-clefs. Cela permet aux recruteurs de trier les candidats de manière plus ou moins efficace.

Chez Google, le projet Chameleon est une plateforme alimentée par les managers. Pour en faire une réussite, la multinationale a demandé à tous les employés d’y inscrire leurs préférences en matière d’une part de besoins spécifiques dans les équipes et d’autre part du désir d’évolution dans la carrière. Ainsi la plateforme peut ensuite, grâce à un algorithme mettre en contact les employés les plus correspondants aux besoins des recruteurs et de part ce fait favoriser la mobilité interne. https://www.forbes.com/sites/pavelkrapivin/2018/10/01/how-google-is-using-ai-to-power-internal-talent-deployment/#22fed0a31662

Parfois la machine déraille et devient sexiste.

Inévitablement, les défauts de la technologie commencent à faire surface. En 2014, le géant Amazon a construit un programme permettant de faciliter le recrutement, ils notaient même les candidats avec 1 à 5 étoiles comme ils le font pour leurs produits mis en vente sur leur plateforme. Mais Reuters révèle aujourd’hui qu’en 2015, la firme de Jeff Bezos s’est aperçue que le système ne traitait pas les candidatures de manière très neutre. Les modèles avaient été programmés pour recruter sur base de CV reçus durant les dix dernières années, période où la prédominance masculine dans le monde de la tech était encore plus prononcée qu’aujourd’hui…
https://www.reuters.com/article/us-amazon-com-jobs-automation-insight/amazon-scraps-secret-ai-recruiting-tool-that-showed-bias-against-women-idUSKCN1MK08G

Mais est-ce que l’intelligence artificielle finira par exclure les humains du processus de recrutement ?

Probablement pas. En fait, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’intelligence artificielle pourrait justement rendre le processus de recrutement plus humain et plus juste en permettant à la personne qui vous recrute de mieux vous connaître et donc de pouvoir être plus certaine que le job qui vous sera offert correspondra au plus près à vos attentes et que vous pourrez vous y épanouir. Et puis, un job restera toujours un contrat entre deux personnes physiques. Un recruteur devra toujours vous vendre les avantages de la fonction et vous devrez toujours le convaincre que vous êtes le meilleur profil.
https://www.hrtechnologist.com/articles/recruitment-onboarding/can-artificial-intelligence-eliminate-bias-in-hiring/?utm_source=recent_posts

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite