Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Aujourd’hui, la plupart des départements des ressources humaines ou des plateformes de recrutement en ligne comme LinkedIn ou Indeed font une analyse des profils et des CV des candidats en utilisant des mots-clefs. Cela permet aux recruteurs de trier les candidats de manière plus ou moins efficace.

Chez Google, le projet Chameleon est une plateforme alimentée par les managers. Pour en faire une réussite, la multinationale a demandé à tous les employés d’y inscrire leurs préférences en matière d’une part de besoins spécifiques dans les équipes et d’autre part du désir d’évolution dans la carrière. Ainsi la plateforme peut ensuite, grâce à un algorithme mettre en contact les employés les plus correspondants aux besoins des recruteurs et de part ce fait favoriser la mobilité interne. https://www.forbes.com/sites/pavelkrapivin/2018/10/01/how-google-is-using-ai-to-power-internal-talent-deployment/#22fed0a31662

Parfois la machine déraille et devient sexiste.

Inévitablement, les défauts de la technologie commencent à faire surface. En 2014, le géant Amazon a construit un programme permettant de faciliter le recrutement, ils notaient même les candidats avec 1 à 5 étoiles comme ils le font pour leurs produits mis en vente sur leur plateforme. Mais Reuters révèle aujourd’hui qu’en 2015, la firme de Jeff Bezos s’est aperçue que le système ne traitait pas les candidatures de manière très neutre. Les modèles avaient été programmés pour recruter sur base de CV reçus durant les dix dernières années, période où la prédominance masculine dans le monde de la tech était encore plus prononcée qu’aujourd’hui…
https://www.reuters.com/article/us-amazon-com-jobs-automation-insight/amazon-scraps-secret-ai-recruiting-tool-that-showed-bias-against-women-idUSKCN1MK08G

Mais est-ce que l’intelligence artificielle finira par exclure les humains du processus de recrutement ?

Probablement pas. En fait, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’intelligence artificielle pourrait justement rendre le processus de recrutement plus humain et plus juste en permettant à la personne qui vous recrute de mieux vous connaître et donc de pouvoir être plus certaine que le job qui vous sera offert correspondra au plus près à vos attentes et que vous pourrez vous y épanouir. Et puis, un job restera toujours un contrat entre deux personnes physiques. Un recruteur devra toujours vous vendre les avantages de la fonction et vous devrez toujours le convaincre que vous êtes le meilleur profil.
https://www.hrtechnologist.com/articles/recruitment-onboarding/can-artificial-intelligence-eliminate-bias-in-hiring/?utm_source=recent_posts

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette.

    Négociations fédérales: la Vivaldi advient, bonjour les querelles

  2. B9722934715Z.1_20200315154627_000+GJ0FNRI3I.1-0

    CNS: baromètre et code couleur manquent toujours à l’appel

  3. Sophie Wilmès
: «
à chacun d’assumer ses responsabilités
».

    CNS: un assouplissement généralisé, noyé dans un flot de détails incomplets

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «Ouvre la bouche et avale»

    Les amis devront se mettre à genoux, ouvrir la bouche et avaler tout ce qu’il faudra. » Cette idée-là a servi de mantra au martyre infligé à Louvain par dix-huit jeunes membres du club « d’élite » Reuzegom à une recrue qui était censée, au terme de ces horreurs, être jugée digne du groupe. Cette idée-là a suscité l’horreur et le dégoût de la Flandre et ensuite de tout qui a eu connaissance de ces actes pervers, mus par un désir de domination malsaine et une humiliation mortifère. Cette idée-là, mise en actes, a conduit à la mort un jeune homme de 20 ans, à genoux au fond d’un trou, aspergé d’eau glacée, étouffé par de l’huile sale et des poissons rouges vivants, au terme de deux jours en enfer.

    Alors, cette phrase-là, ce lundi, dans la bouche d’un Bart De Wever, badin, face aux caméras de la Vier à Anvers était tout juste insupportable. Interrogé lundi sur la crise politique dans le cadre du Gert Late Night sur la Vier, un talk-show du méga « BV » Gert Verhulst, Bart De Wever déclarait en fait exactement : « Nous les briserons dans l’opposition...

    Lire la suite

  • Formation fédérale: des co-formateurs, enfin !

    Enfin ! Un an, trois mois et vingt-huit jours après les élections, une étape décisive en vue de la formation d’un gouvernement fédéral est franchie. Ce mot « formateur », qu’on aurait voulu écrire à maintes reprises, n’est désormais plus une vague perspective, il est incarné par Paul Magnette et Alexander De Croo.

    Enfin ! Ce mercredi, on a moins entendu parler de personnes que l’on ne supporterait plus...

    Lire la suite