Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Va-t-on se faire recruter par des robots ?

Aujourd’hui, la plupart des départements des ressources humaines ou des plateformes de recrutement en ligne comme LinkedIn ou Indeed font une analyse des profils et des CV des candidats en utilisant des mots-clefs. Cela permet aux recruteurs de trier les candidats de manière plus ou moins efficace.

Chez Google, le projet Chameleon est une plateforme alimentée par les managers. Pour en faire une réussite, la multinationale a demandé à tous les employés d’y inscrire leurs préférences en matière d’une part de besoins spécifiques dans les équipes et d’autre part du désir d’évolution dans la carrière. Ainsi la plateforme peut ensuite, grâce à un algorithme mettre en contact les employés les plus correspondants aux besoins des recruteurs et de part ce fait favoriser la mobilité interne. https://www.forbes.com/sites/pavelkrapivin/2018/10/01/how-google-is-using-ai-to-power-internal-talent-deployment/#22fed0a31662

Parfois la machine déraille et devient sexiste.

Inévitablement, les défauts de la technologie commencent à faire surface. En 2014, le géant Amazon a construit un programme permettant de faciliter le recrutement, ils notaient même les candidats avec 1 à 5 étoiles comme ils le font pour leurs produits mis en vente sur leur plateforme. Mais Reuters révèle aujourd’hui qu’en 2015, la firme de Jeff Bezos s’est aperçue que le système ne traitait pas les candidatures de manière très neutre. Les modèles avaient été programmés pour recruter sur base de CV reçus durant les dix dernières années, période où la prédominance masculine dans le monde de la tech était encore plus prononcée qu’aujourd’hui…
https://www.reuters.com/article/us-amazon-com-jobs-automation-insight/amazon-scraps-secret-ai-recruiting-tool-that-showed-bias-against-women-idUSKCN1MK08G

Mais est-ce que l’intelligence artificielle finira par exclure les humains du processus de recrutement ?

Probablement pas. En fait, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’intelligence artificielle pourrait justement rendre le processus de recrutement plus humain et plus juste en permettant à la personne qui vous recrute de mieux vous connaître et donc de pouvoir être plus certaine que le job qui vous sera offert correspondra au plus près à vos attentes et que vous pourrez vous y épanouir. Et puis, un job restera toujours un contrat entre deux personnes physiques. Un recruteur devra toujours vous vendre les avantages de la fonction et vous devrez toujours le convaincre que vous êtes le meilleur profil.
https://www.hrtechnologist.com/articles/recruitment-onboarding/can-artificial-intelligence-eliminate-bias-in-hiring/?utm_source=recent_posts

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite