Négociations fédérales: «Le CD&V n’est pas la serpillière de la rue de la Loi», s’insurge Koen Geens

Négociations fédérales: «Le CD&V n’est pas la serpillière de la rue de la Loi», s’insurge Koen Geens
Belga

Koen Geens (CD&V) a terminé sa mission royale vendredi et est parti au PS dimanche. « J’aurais aimé que Paul Magnette me réserve une sortie un peu plus élégante », a-t-il déclaré sur la radio néerlandophone Een.

Geens a rappelé qu’il avait eu des discussions de fond approfondies avec les différents partis et que celles-ci auraient pu donner des résultats selon lui. Selon Koen Geens, le véto posé par le PS à une coalition bourguignonne avec la N-VA n’a rien à voir avec le contenu proposé.

La figure de proue du CD&V a assuré que la raison pour laquelle Magnette a fait en sorte que Geens soit mis à la porte et que soit mission soit ainsi réduite à néant. Il soupçonne que cela a un rapport avec la réunion du PS qui se tiendra ce lundi. Geens regrette qu’une « occasion unique » ait été manquée de réunir avec le PS et la N-VA, les deux plus partis majoritaires de Wallonie et de Flandre.

Il est également devenu évident que Koen Geens veut combattre l’image selon laquelle le CD&V détient la clé de la coalition. « Nous ne sommes pas un passe-partout, nous ne sommes pas la serpillière de la rue de la Loi ».

Il a souligné à plusieurs reprises que l’ancien informateur Paul Magnette n’a contacté CD&V que le 5 décembre, plus de six mois après les élections du 26 mai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous