Kim Clijsters réaliste à Dubaï: «Je suis une compétitrice, mais ce sera très difficile de battre Muguruza»

Kim Clijsters réaliste à Dubaï: «Je suis une compétitrice, mais ce sera très difficile de battre Muguruza»
Photo News

Kim Clijsters a donné dimanche après-midi aux Emirats sa première conférence de presse à la veille de l’entame du chapitre 3 de sa carrière aux Dubai Duty Free Championships, le tournoi WTA Premier sur dur de Dubai, doté de 2.643.670 dollars. La Limbourgeoise, 36 ans, y défiera finalement l’Espagnole Garbine Muguruza (WTA 16), finaliste de l’Australian Open, et non la Néerlandaise Kiki Bertens (WTA 8), qui a renoncé après s’être qualifiée pour la finale à Saint-Pétersbourg.

« Cela aurait aussi été chouette de jouer contre Kiki », a-t-elle confié à la presse belge, « mais affronter Muguruza l’est également. À l’heure actuelle, cela dit, l’adversaire ne m’importe pas tant que ça. Je suis surtout focalisée sur les aspects que j’ai envie de bien exécuter sur le court, les choses auxquelles je dois réapprendre à m’adapter. J’ai ainsi constaté que je dois notamment retrouver le sens de l’anticipation et la lecture du jeu. C’était très difficile au début, mais j’ai le sentiment que cela va déjà beaucoup mieux. Et cela me réjouit. »

Il s’agira du tout premier duel entre Kim Clijsters et Garbine Muguruza. L’Espagnole n’était âgée que de 18 ans et encore inconnue du grand public lorsque la joueuse de Bree décida de mettre en terme à sa carrière à l’US Open 2012, mais elle a bien grandi depuis. Elle a ainsi remporté Roland-Garros en 2016 et Wimbledon en 2017, et aussi accédé à la place de N.1 mondiale. Bref, ce sera un beau défi.

« Je me suis bien entraînée cette semaine, avec plusieurs joueuses, dans le but d’imiter le plus possible les situations de match », a poursuivi Kim Clijsters. « Retrouver la vitesse de réaction, la lecture d’un service… Là, je viens de m’entraîner avec Halep et c’était très sympa. Maintenant, Muguruza, c’est un style différent. Je l’ai déjà vue jouer à plusieurs reprises et c’est quelqu’un qui aime rentrer dans le terrain et dicter les échanges. Il sera important que je puisse moi aussi parvenir à la mettre sous pression. Je suis compétitrice dans l’âme, je vais tout faire pour gagner, mais d’un autre côté, je suis réaliste et je sais que ce sera très difficile de battre une fille comme Muguruza. Mais je suis prête à relever ce défi. Et je crois aussi qu’affronter ce genre de joueuse est le meilleur moyen d’apprendre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous