Trottinettes : ça chauffe sur les routes californiennes

Trottinettes : ça chauffe sur les routes californiennes

Après Uber, c’est au tour des “electric scooters” de semer la polémique dans les métropoles de Californie. Adoptées par les jeunes actifs (et les touristes en quête d’aventures locales), elles sont désormais vivement critiquées par les riverains. Et pas uniquement parce qu’on observe une montée en flèche des visites aux urgences dans les hôpitaux américains.

Les autorités locales veulent mettre de l’ordre.

Dans la région de Fresno, le gouvernement municipal vient de sommer une de ces sociétés en vue, Bird (lancée à Santa Monica), de cesser ses activités, jusqu'à ce qu'une régulation locale puisse être mise en place et un accord trouvé avec les entreprises. https://www.fresnobee.com/news/local/article218024355.html

Des autorisations couplées à une limitation.

À Santa Monica, quartier chic de Los Angeles, des zones entières de la ville ont été interdites aux trottinettes électriques, faute d’autorisation de circulation sur la voirie. Sous la pression des utilisateurs, la ville a finalement accordé un permis d’exploitation à quatre sociétés, mais avec une limitation de 750 engins par acteur. Conséquence ? Les prix flambent. Dans les grandes villes comme Los Angeles, il faut compter environ 1 euro par prise de véhicule et une dizaine de centimes d’euros par minute d’utilisation. Trajets courts conseillés !
https://www.cnet.com/news/bird-jump-lime-and-lyft-scooters-get-santa-monica-approval/

Scoot et Skip : les nouveaux Uber ?

Après Fresno, c’est à San Francisco que la société Bird vient de vivre une nouvelle déconvenue de taille : après avoir déchaîné les passions et provoqué des manifestations, la présence des trottinettes électriques a poussé le City Council à organiser un appel d’offres pour l’installation de 625 trottinettes sous la houlette de la San Francisco Municipal Transportation Agency (SFMTA), qui vise 2.500 véhicules à terme. Bird, valorisée 2 milliards de dollars et déjà active dans la ville s’est vu souffler le marché par deux jeunes pousses, Scoot et Skip visiblement plus convaincantes. https://www.sfmta.com/blog/sfmta-offers-two-permits-one-year-powered-scooter-pilot

Les prochains acteurs du marché s’organisent.

Sous le soleil californien, la convoitise attire désormais des géants comme Uber et Lyft, bien décidés eux aussi à s’implanter sur ce nouveau marché aux valorisations insolentes. Avantage ? Une infrastructure technologique et des apps déjà largement utilisées par les locaux et les touristes. Ainsi qu’une réserve de cash toujours aussi importante. De là à penser que Scoot et Skip finiront avalées par Bird, Uber ou Lime…
https://money.cnn.com/2018/09/06/technology/lyft-scooters-denver-uber/index.html

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite