Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

On Off, l'app qui monte

C'est la licorne qui monte en France et dans le reste de l'Europe. Lancée par un ancien athlète, Taïg Khris, On/Off est une startup qui fournit un ou plusieurs numéros virtuels depuis une simple application mobile. Vous choisissez un numéro (belge, français, britannique), un forfait de minutes qui vous convient (à partir de 4,99€ par mois) et vous lancez l'appli. L'interface permet d'appeler, d'être appelé, d'envoyer des SMS et des MMS. Vous cessez votre activité ? Vous supprimez le numéro d'un geste et en créez un autre.

Plus besoin de 2e carte SIM et de forfait. Tout se passe via une app et personne ne connaît votre véritable numéro de téléphone. Les appels passent par la 4G ou le Wi-Fi. Autre avantage : puisque vous pouvez choisir parmi les numéros de 35 pays, votre business devient plus global et vos clients vous appellent au tarif local, partout. Bref, vous vous donnez une image locale ou internationale à moindre coût.

Skype Number, pour les nomades

Vous aviez rangé à jamais votre compte Skype, puisque tout votre entourage a adopté Whatsapp ? L'application peut encore vous rendre d'ingénieux services, notamment le service Skype Number. Le principe : vous achetez un numéro Skype dans l'un des 26 pays proposés. Pour l'instant, on ne peut pas encore acheter un numéro belge, mais un numéro français, américain ou suisse. Ce peut être un désavantage, mais aussi un bon point si vous voulez vous donner une image plus globale.

Pour un numéro virtuel, il faut compter environ 20 euros par trimestre. Dès que le numéro est attribué, les appels arrivent dans votre application Skype. Vous ne payez pas la réception des appels, mais devez acheter des crédits pour appeler : les appels illimités dans le monde coûtent 15,60€ par mois. De sérieuses économies, l'air de rien. Les SMS sont possibles et, bien entendu, les appels audio, vidéo et les messages instantanés restent entièrement gratuits. Après tout, c'est Skype et ses appels Wi-Fi... en business class.

Line2, si vous avez déjà la tête dans la Silicon Valley

Pour ceux qui veulent un véritable numéro de téléphone aux États-Unis (un 415 de San Francisco ou le fameux préfixe 212 de New-York), Line 2 propose une application mobile et un site web pratiques et conviviaux. Votre numéro de téléphone reste dans le cloud : vous y accédez via l'application mobile de la start-up, basée à San Francisco.

Le forfait de base est proposé à 8,30$ soit un peu moins de 8 euros par mois. Vous ne payez pas les communications et vous appelez en 4G ou en Wi-Fi. Les communications aux USA et au Canada sont gratuites et les tarifs vers le reste du monde sont bas (10 centimes environ). En plus des communications, il est possible d'envoyer des SMS et des images. Un widget peut être installé sur votre site web, qui permet aux clients de vous appeler directement.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le port du masque est obligatoire sur la digue à Ostende.

    À Ostende, les touristes luttent contre la chaleur sans oublier le Covid (photos)

  2. 10880871-089

    Formation fédérale: prolongés, les préformateurs Magnette (PS) et De Wever (N-VA) sont priés d’accélérer

  3. Le Mardasson, connu dans le monde entier.

    Les dessous du patrimoine: ces villes qui vivent au rythme des batailles

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite