Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

On Off, l'app qui monte

C'est la licorne qui monte en France et dans le reste de l'Europe. Lancée par un ancien athlète, Taïg Khris, On/Off est une startup qui fournit un ou plusieurs numéros virtuels depuis une simple application mobile. Vous choisissez un numéro (belge, français, britannique), un forfait de minutes qui vous convient (à partir de 4,99€ par mois) et vous lancez l'appli. L'interface permet d'appeler, d'être appelé, d'envoyer des SMS et des MMS. Vous cessez votre activité ? Vous supprimez le numéro d'un geste et en créez un autre.

Plus besoin de 2e carte SIM et de forfait. Tout se passe via une app et personne ne connaît votre véritable numéro de téléphone. Les appels passent par la 4G ou le Wi-Fi. Autre avantage : puisque vous pouvez choisir parmi les numéros de 35 pays, votre business devient plus global et vos clients vous appellent au tarif local, partout. Bref, vous vous donnez une image locale ou internationale à moindre coût.

Skype Number, pour les nomades

Vous aviez rangé à jamais votre compte Skype, puisque tout votre entourage a adopté Whatsapp ? L'application peut encore vous rendre d'ingénieux services, notamment le service Skype Number. Le principe : vous achetez un numéro Skype dans l'un des 26 pays proposés. Pour l'instant, on ne peut pas encore acheter un numéro belge, mais un numéro français, américain ou suisse. Ce peut être un désavantage, mais aussi un bon point si vous voulez vous donner une image plus globale.

Pour un numéro virtuel, il faut compter environ 20 euros par trimestre. Dès que le numéro est attribué, les appels arrivent dans votre application Skype. Vous ne payez pas la réception des appels, mais devez acheter des crédits pour appeler : les appels illimités dans le monde coûtent 15,60€ par mois. De sérieuses économies, l'air de rien. Les SMS sont possibles et, bien entendu, les appels audio, vidéo et les messages instantanés restent entièrement gratuits. Après tout, c'est Skype et ses appels Wi-Fi... en business class.

Line2, si vous avez déjà la tête dans la Silicon Valley

Pour ceux qui veulent un véritable numéro de téléphone aux États-Unis (un 415 de San Francisco ou le fameux préfixe 212 de New-York), Line 2 propose une application mobile et un site web pratiques et conviviaux. Votre numéro de téléphone reste dans le cloud : vous y accédez via l'application mobile de la start-up, basée à San Francisco.

Le forfait de base est proposé à 8,30$ soit un peu moins de 8 euros par mois. Vous ne payez pas les communications et vous appelez en 4G ou en Wi-Fi. Les communications aux USA et au Canada sont gratuites et les tarifs vers le reste du monde sont bas (10 centimes environ). En plus des communications, il est possible d'envoyer des SMS et des images. Un widget peut être installé sur votre site web, qui permet aux clients de vous appeler directement.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PETRA DE SUTTER

    Les Racines élémentaires de Petra De Sutter: «A l’adolescence, je me sentais coupable, mauvaise, différente, isolée, seule, pas comprise»

  2. Même en hiver, les paysages wallons sont fabuleux.

    2020, année faste pour l’association des Sentiers de grande randonnée

  3. Rudi Vervoort, un tantinet remonté, défend le compromis sur le plan de relance.

    Rudi Vervoort au «Soir»: «C’est couillon d’être loyal? Non!»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite