Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

Un numéro de téléphone virtuel, pour quoi faire ?

On Off, l'app qui monte

C'est la licorne qui monte en France et dans le reste de l'Europe. Lancée par un ancien athlète, Taïg Khris, On/Off est une startup qui fournit un ou plusieurs numéros virtuels depuis une simple application mobile. Vous choisissez un numéro (belge, français, britannique), un forfait de minutes qui vous convient (à partir de 4,99€ par mois) et vous lancez l'appli. L'interface permet d'appeler, d'être appelé, d'envoyer des SMS et des MMS. Vous cessez votre activité ? Vous supprimez le numéro d'un geste et en créez un autre.

Plus besoin de 2e carte SIM et de forfait. Tout se passe via une app et personne ne connaît votre véritable numéro de téléphone. Les appels passent par la 4G ou le Wi-Fi. Autre avantage : puisque vous pouvez choisir parmi les numéros de 35 pays, votre business devient plus global et vos clients vous appellent au tarif local, partout. Bref, vous vous donnez une image locale ou internationale à moindre coût.

Skype Number, pour les nomades

Vous aviez rangé à jamais votre compte Skype, puisque tout votre entourage a adopté Whatsapp ? L'application peut encore vous rendre d'ingénieux services, notamment le service Skype Number. Le principe : vous achetez un numéro Skype dans l'un des 26 pays proposés. Pour l'instant, on ne peut pas encore acheter un numéro belge, mais un numéro français, américain ou suisse. Ce peut être un désavantage, mais aussi un bon point si vous voulez vous donner une image plus globale.

Pour un numéro virtuel, il faut compter environ 20 euros par trimestre. Dès que le numéro est attribué, les appels arrivent dans votre application Skype. Vous ne payez pas la réception des appels, mais devez acheter des crédits pour appeler : les appels illimités dans le monde coûtent 15,60€ par mois. De sérieuses économies, l'air de rien. Les SMS sont possibles et, bien entendu, les appels audio, vidéo et les messages instantanés restent entièrement gratuits. Après tout, c'est Skype et ses appels Wi-Fi... en business class.

Line2, si vous avez déjà la tête dans la Silicon Valley

Pour ceux qui veulent un véritable numéro de téléphone aux États-Unis (un 415 de San Francisco ou le fameux préfixe 212 de New-York), Line 2 propose une application mobile et un site web pratiques et conviviaux. Votre numéro de téléphone reste dans le cloud : vous y accédez via l'application mobile de la start-up, basée à San Francisco.

Le forfait de base est proposé à 8,30$ soit un peu moins de 8 euros par mois. Vous ne payez pas les communications et vous appelez en 4G ou en Wi-Fi. Les communications aux USA et au Canada sont gratuites et les tarifs vers le reste du monde sont bas (10 centimes environ). En plus des communications, il est possible d'envoyer des SMS et des images. Un widget peut être installé sur votre site web, qui permet aux clients de vous appeler directement.

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • Détours wallons: «Par ici, la monnaie régionale?»

    Et si la Wallonie se dotait d’une monnaie régionale pour soutenir la relance économique ? L’affaire est loin d’être pliée, mais la réflexion est entamée en ces temps où toutes les idées sont les bienvenues pour aider les entreprises et créer de l’emploi, même les plus étonnantes.

    Des députés wallons ont été chargés de plancher sur la question, à l’initiative du socialiste Maxime Hardy. Leur rapport est attendu pour le début de 2021. A l’exception du PTB, tous les groupes politiques sont représentés dans le groupe de travail, majorité comme opposition, droite comme gauche (1).

    Commençons par dire ce que ne serait pas cette monnaie régionale, son côté pile. Battre monnaie n’est pas de compétence régionale, il ne manquerait plus que cela. Il ne s’agit donc pas de supplanter l’euro, de s’y substituer, ni de revenir à on ne sait quel ancien franc belgo-wallon : la monnaie en projet ne pourrait être que complémentaire, confinée à des échanges précisément définis et forcément limités, à la marge donc.

    ...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite