Louer plutôt qu'acheter, c'est moins cher et plus écolo !

Louer plutôt qu'acheter, c'est moins cher et plus écolo  !

Le terme « économie de la fonctionnalité » peut effrayer… Ce n’est pourtant pas un modèle abstrait ni une théorie pour initiés, mais une réponse aux défis environnementaux. Son principe ? Remplacer la propriété d’un bien par l’accès à son usage (ou fonction). En d’autres mots ? Le client — devenu utilisateur — n’achète pas l’objet, mais paie uniquement pour l’utiliser.  

Les bienfaits de la « non-possession » 

La barrière pour consommer « autrement » est souvent psychologique. « On vit le lâcher-prise de la propriété comme un renoncement ou un “moins-vivre” », explique Xavier Marichal, multi-entrepreneur « durable », expert de la fonctionnalité et cofondateur d’Usitoo, un catalogue en ligne d’objets.  

« Or, c’est une aberration de tout posséder individuellement. Outre le prix d’achat, cela représente des coûts “cachés” : stockage, entretien et s’en débarrasser. » Appareil à raclettes, outils de jardin, tente de camping, etc. Combien de biens encombrent nos armoires pour un usage limité ? La solution : détenir moins et payer une faible fraction du prix uniquement au moment où nous en avons besoin. 

Réseau Alliance – L'économie de la fonctionnalité et de la coopération

Des exemples bien concrets 

Villo, Cambio ou DriveNow sont autant d’options de mobilité proches de la fonctionnalité, en offrant l’accès à un usage, sans vendre le bien lui-même. Désormais, les exemples ne manquent plus : des fabricants d’imprimantes aux marques de pneus qui restent propriétaires de leurs produits, en passant l’alimentation avec des initiatives « zéro déchet » ou le textile avec la mise en location de vêtements.  

Véritable pilier de l’économie circulaire, la fonctionnalité séduit les entreprises, entre autres les grands acteurs, souvent en meilleure position pour « pivoter ». « Le challenge pour l’entreprise est financier, puisqu’il faut un certain volume d’utilisateurs pour être pérenne », souligne Xavier Marichal. Sans oublier que ce n’est pas « juste » du leasing : la démarche doit s’inscrire dans la transition vers une économie plus durable.  

Une parade à l’obsolescence 

« L’autre nœud réside dans la conception d’un business model de mise à disposition d’un service, capable de répondre aux besoins du client et durable ». En restant propriétaire des produits, le fabricant aura aussi tendance à augmenter la qualité de production.  

« Son intérêt est davantage aligné avec les défis du développement durable : améliorer l’efficacité, maximiser la durée de vie, investir dans la maintenance et la réparation, trouver des filières de recyclage, etc. Cela modifie également la façon d’envisager la relation avec ses usagers-clients… devenant plus proche d’un vrai dialogue. »  

  

Les mentalités changent progressivement, notamment au niveau des pouvoirs publics. « Ils ont compris que l’économie de la fonctionnalité permet de relocaliser des emplois », affirme Xavier Marichal. « C’est la combinaison de ces trois “mouvements” — société civile, entreprises et public — qui formera un écosystème plus durable », conclut-il. Le chemin de la fonctionnalité est encore long et bordé d’obstacles, mais Rome ne s’est pas faite en un jour… 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite