Faut-il passer par un incubateur de projets pour lancer sa start-up ?

Faut-il passer par un incubateur de projets pour lancer sa start-up ?

Centre d’affaires, incubateurs, accélérateurs… tous ont un objectif commun : offrir une structure et un accompagnement, à divers niveaux et à divers prix, aux entrepreneurs souhaitant lancer leur entreprise. En pratique, faut-il passer par l’un de ces services pour lancer sa start-up ? « Ce n’est pas forcément obligé », explique Jean-Marc Bryskere, directeur de GreenBizz, incubateur de projets à vocation éco durable. « Beaucoup de personnes lancent un projet sans passer par un incubateur. Mais c’est un lieu qui permet d’accéder à différents services, conseils et accompagnements ».

« On ne peut maîtriser tous les domaines »

Car un incubateur, ce n’est pas seulement un bureau à louer ou un espace de co-working, c’est un lieu qui offre beaucoup d’avantages. « C’est d’abord une structure d’hébergement de haute qualité, avec tout le matériel et les infrastructures disponibles. Les entrepreneurs font aussi partie d’un écosystème, font connaissance et du business avec les autres, ils partagent leur expérience. Enfin, c’est aussi un accès à des possibilités d’accompagnements. On peut les mettre plus facilement en relation avec des spécialistes, des investisseurs », ajoute encore Jean-Marc Bryskere.

Jean-Marc Bryskere


Car outre la stimulation et la création d’une communauté, c’est réellement l’accès à ces services qui peuvent faire la différence dans le succès d’une start-up. « Les gens sont parfois axés sur leur produit ou projet. Mais il faut un business plan, une approche marketing. On ne peut pas être bon partout », selon le directeur de GreenBizz.

Pas obligatoire, mais fortement conseillé

Passer par un incubateur n’est pas obligé, mais il est tout de même fortement conseillé comme l’explique Célestin de Wergifosse, jeune entrepreneur, étudiant en bio-ingénieur et cofondateur de Young Change Maker. « L’offre est tellement énorme en termes d’espaces de travail, d'incubateurs, d'accélérateurs, de coaching, etc. qu’il serait insensé de se priver de ce genre d’accompagnement. On ne passe pas du jour au lendemain de l’idée d’un projet à la capacité de louer ses propres bureaux dans un bâtiment ». Passer la porte d’un incubateur ou centre d’affaires fait la différence. « Chez Topos, cela a insufflé une réelle énergie et une vraie dynamique à notre projet ».

Célestin_de_Wergifosse


Reste à savoir choisir la bonne structure pour son projet: espace de travail, incubateur public ou privé avec investissement dans le projet ou non. « À condition de choisir la bonne structure au bon moment, je ne vois aucun inconvénient à rejoindre une structure », conclut le jeune entrepreneur de 22 ans.

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les panneaux d’information ont fleuri dans les 19 communes.

    Porter le masque à vélo? Quid des pique-niques? Guide pratique du port du masque obligatoire à Bruxelles

  2. Mêmes les terrasses de la Grand-Place sont boudées par les visiteurs.

    Horeca bruxellois: la catastrophe se poursuit

  3. PHOTONEWS_10867690-006

    Comment laver efficacement son masque en tissu?

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Une bagarre à la plage et c’est toute une société qui encaisse

    Une réunion en urgence de la commission Intérieur de la Chambre, une stigmatisation montante des touristes « frigo-box » et la rime trop facile entre Bruxelles et « bandes criminelles » : telle est l’étonnante résonance prise par la « bagarre générale » qui a opposé un groupe de jeunes à la police, samedi, sur la plage de Blankenberge.

    Les images relayées par les médias sociaux ont choqué. On y voit des adolescents échanger des coups avec des policiers, dans un...

    Lire la suite