Faut-il passer par un incubateur de projets pour lancer sa start-up ?

Faut-il passer par un incubateur de projets pour lancer sa start-up ?

Centre d’affaires, incubateurs, accélérateurs… tous ont un objectif commun : offrir une structure et un accompagnement, à divers niveaux et à divers prix, aux entrepreneurs souhaitant lancer leur entreprise. En pratique, faut-il passer par l’un de ces services pour lancer sa start-up ? « Ce n’est pas forcément obligé », explique Jean-Marc Bryskere, directeur de GreenBizz, incubateur de projets à vocation éco durable. « Beaucoup de personnes lancent un projet sans passer par un incubateur. Mais c’est un lieu qui permet d’accéder à différents services, conseils et accompagnements ».

« On ne peut maîtriser tous les domaines »

Car un incubateur, ce n’est pas seulement un bureau à louer ou un espace de co-working, c’est un lieu qui offre beaucoup d’avantages. « C’est d’abord une structure d’hébergement de haute qualité, avec tout le matériel et les infrastructures disponibles. Les entrepreneurs font aussi partie d’un écosystème, font connaissance et du business avec les autres, ils partagent leur expérience. Enfin, c’est aussi un accès à des possibilités d’accompagnements. On peut les mettre plus facilement en relation avec des spécialistes, des investisseurs », ajoute encore Jean-Marc Bryskere.

Jean-Marc Bryskere


Car outre la stimulation et la création d’une communauté, c’est réellement l’accès à ces services qui peuvent faire la différence dans le succès d’une start-up. « Les gens sont parfois axés sur leur produit ou projet. Mais il faut un business plan, une approche marketing. On ne peut pas être bon partout », selon le directeur de GreenBizz.

Pas obligatoire, mais fortement conseillé

Passer par un incubateur n’est pas obligé, mais il est tout de même fortement conseillé comme l’explique Célestin de Wergifosse, jeune entrepreneur, étudiant en bio-ingénieur et cofondateur de Young Change Maker. « L’offre est tellement énorme en termes d’espaces de travail, d'incubateurs, d'accélérateurs, de coaching, etc. qu’il serait insensé de se priver de ce genre d’accompagnement. On ne passe pas du jour au lendemain de l’idée d’un projet à la capacité de louer ses propres bureaux dans un bâtiment ». Passer la porte d’un incubateur ou centre d’affaires fait la différence. « Chez Topos, cela a insufflé une réelle énergie et une vraie dynamique à notre projet ».

Célestin_de_Wergifosse


Reste à savoir choisir la bonne structure pour son projet: espace de travail, incubateur public ou privé avec investissement dans le projet ou non. « À condition de choisir la bonne structure au bon moment, je ne vois aucun inconvénient à rejoindre une structure », conclut le jeune entrepreneur de 22 ans.

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite