Rage rooms : tout casser pour apaiser les tensions au travail ?

Rage rooms : tout casser pour apaiser les tensions au travail ?

Le concept des rage rooms consiste à détruire tout un tas de choses pour se défouler et laisser échapper sa colère. C’est un bon message ?  

Tout d’abord, il faut bien recadrer que la colère est une émotion. Et comme toute émotion, c’est sain. Se sentir en colère, ressentir la tristesse ou la peur, c’est pareil, c’est une bonne chose. Mais c’est la manière dont on va l’exprimer et la sortir qui sera problématique ou pas selon moi. Est-ce qu’elle est exprimée de façon adéquate ? L’émotion est saine mais la réaction peut être malsaine. Dans ce cas-ci, les rage rooms vont permettre d’évacuer l’agressivité liée à une accumulation de frustration. Comme la goutte d’eau qui fait déborder la vase. Cela peut donc aider à vider la coupe, que cette accumulation sorte de manière cadrée. Mais je ne suis pas totalement pour, cela révèle une dérive de la société.  

Pourquoi voyez-vous cela comme une dérive ?  

L’intérêt des rage rooms pour l’expérience, pour le one-shot, pour s’amuser avec une bande d’amis, évacuer l’agressivité, d’accord. Mais la dérive est présente car on arrive à une expression extrême de ses émotions. On attend d’arriver à un niveau de colère tel qu’on doit passer par le fait de tout casser pour se sentir mieux. Un psychologue dira qu’il n’y a rien de tel qu’une expression régulière de ses émotions. Cela doit être progressif, il ne faut pas attendre d’arriver à ce que cela soit tellement lourd qu’il faille tout péter dans une pièce.   

Les entreprises ont-elles intérêt à proposer une sortie dans une rage room ?  

Lors d’un teambuidling pour le fun, pour l’expérience, pourquoi pas. Mais cela n’aura pas d’effet thérapeutique, je n’irai pas jusque-là. Même si c’est un moyen d’exprimer les émotions et que cela peut éviter d’exploser dans d’autres situations. Mais cela aura un effet très temporaire. Si on fait un parallèle avec un conditionnement pavlovien, il ne faut pas que la personne prenne l’habitude d’utiliser ce concept pour vider sa colère. Ce ne serait pas un bon message envoyé par les entreprises à leurs collaborateurs. Je ne vois pas la plus-value, que ce soit du côté de la direction que des individus.  

Que conseillez-vous dans ce cas ? 

Je préférerais que les sociétés utilisent cet argent du team building pour le bien-être au travail. Pour apprendre à exprimer ses émotions, ce qu’on a le droit de faire et qui est sain. Apprendre que ce n’est pas parce qu’on les exprime qu’on est faible. Les entreprises ont tout intérêt à travailler sur le soutien social, les conditions de travail et l’intégration après un burn-out, qui sont les trois grands axes du bien-être au travail. Avec une sortie comme les rage rooms, on travaille plus sur les symptômes que sur les causes. Ce n’est pas l’idéal. 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ACHILLE FALISE (1)

    20 ans en 2020: a-t-on affaire à une future «génération sacrifiée»?

  2. Le marché matinal de Bruxelles limite la casse due à la fermeture des restos car les commerces de détails achètent davantage de marchandises.

    Coronavirus: c’est également la cata pour les fournisseurs de l’horeca

  3. d-20201014-GJEDJR 2020-10-15 08:07:06

    La fermeture de l’Horeca passe mal, les Régions grondent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 85»: la contamination

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Josette, au téléphone qui explique qu’elle est bien embêtée parce qu’elle a contaminé six personnes. « Houlà, tu as eu le coronavirus, Josette ? on lui demande. -Oui, Gérard et moi, on l’a eu. Lui, il a beaucoup toussé, moi surtout très fatiguée, mais c’est pas ça le plus grave. Tu te rends compte : ON A CONTAMINÉ SIX PERSONNES ! »

    Vous voulez le fil de l’histoire ? Mille fois mieux que l’appli Coronalert, la mémoire de Josette a tout tracké. Selon elle, ça a commencé au resto. A quatre, avec un couple de cousins qui repartaient chez eux, à Nashville (USA) quelques jours plus tard. « On a manqué de pot, elle explique. Parce qu’on est super prudents, on se lave les mains, Gérard ne sort jamais, il est bien dans son jardin, bien dans sa maison, et j’ai toujours mon gel sur moi. Mais je n’ai pas pensé à lui en faire prendre en sortant du restaurant. Il l’a attrapé le premier puis me l’a...

    Lire la suite

  • Vivre ou mourir? Le choix, c’est celui-là. Arrêtons de jouer

    Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. » En ces temps terribles, la phrase de Chevènement vaut pour les ministres au pouvoir et leurs présidents de parti. On n’a déjà pas tant de certitudes à faire passer aux citoyens et on n’a plus tant de citoyens prêts à les suivre : si on ajoute à ces deux énormes obstacles une dissension publique entre les hommes politiques aux commandes sur le bien-fondé des mesures, on ne va pas gagner la partie....

    Lire la suite