Rage rooms : tout casser pour apaiser les tensions au travail ?

Rage rooms : tout casser pour apaiser les tensions au travail ?

Le concept des rage rooms consiste à détruire tout un tas de choses pour se défouler et laisser échapper sa colère. C’est un bon message ?  

Tout d’abord, il faut bien recadrer que la colère est une émotion. Et comme toute émotion, c’est sain. Se sentir en colère, ressentir la tristesse ou la peur, c’est pareil, c’est une bonne chose. Mais c’est la manière dont on va l’exprimer et la sortir qui sera problématique ou pas selon moi. Est-ce qu’elle est exprimée de façon adéquate ? L’émotion est saine mais la réaction peut être malsaine. Dans ce cas-ci, les rage rooms vont permettre d’évacuer l’agressivité liée à une accumulation de frustration. Comme la goutte d’eau qui fait déborder la vase. Cela peut donc aider à vider la coupe, que cette accumulation sorte de manière cadrée. Mais je ne suis pas totalement pour, cela révèle une dérive de la société.  

Pourquoi voyez-vous cela comme une dérive ?  

L’intérêt des rage rooms pour l’expérience, pour le one-shot, pour s’amuser avec une bande d’amis, évacuer l’agressivité, d’accord. Mais la dérive est présente car on arrive à une expression extrême de ses émotions. On attend d’arriver à un niveau de colère tel qu’on doit passer par le fait de tout casser pour se sentir mieux. Un psychologue dira qu’il n’y a rien de tel qu’une expression régulière de ses émotions. Cela doit être progressif, il ne faut pas attendre d’arriver à ce que cela soit tellement lourd qu’il faille tout péter dans une pièce.   

Les entreprises ont-elles intérêt à proposer une sortie dans une rage room ?  

Lors d’un teambuidling pour le fun, pour l’expérience, pourquoi pas. Mais cela n’aura pas d’effet thérapeutique, je n’irai pas jusque-là. Même si c’est un moyen d’exprimer les émotions et que cela peut éviter d’exploser dans d’autres situations. Mais cela aura un effet très temporaire. Si on fait un parallèle avec un conditionnement pavlovien, il ne faut pas que la personne prenne l’habitude d’utiliser ce concept pour vider sa colère. Ce ne serait pas un bon message envoyé par les entreprises à leurs collaborateurs. Je ne vois pas la plus-value, que ce soit du côté de la direction que des individus.  

Que conseillez-vous dans ce cas ? 

Je préférerais que les sociétés utilisent cet argent du team building pour le bien-être au travail. Pour apprendre à exprimer ses émotions, ce qu’on a le droit de faire et qui est sain. Apprendre que ce n’est pas parce qu’on les exprime qu’on est faible. Les entreprises ont tout intérêt à travailler sur le soutien social, les conditions de travail et l’intégration après un burn-out, qui sont les trois grands axes du bien-être au travail. Avec une sortie comme les rage rooms, on travaille plus sur les symptômes que sur les causes. Ce n’est pas l’idéal. 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite