Et si on mangeait les emballages de nos aliments ?

Et si on mangeait les emballages de nos aliments ?

Manger des aliments avec leur emballage ? Ne confondez pas avec le dernier défi idiot des médias sociaux qui ont vu des prétendants aux Darwin Awards manger des fruits et légumes avec leur peau ou des aliments avec leur emballage en plastique et/ou en carton. Nous parlons ici d’emballage bio et comestible. Comme l’idée proposée par la start-up Scoby.  

L’emballage qui pousse en même temps 

L’idée derrière Scoby émane du travail de fin d’études d’une designer polonaise, Rosa Janusz. L’emballage est 100% biodégradable mais surtout, il pousse en même temps que les aliments et les protège. Ce packaging, une sorte de peau naturelle, est créé à partir de matières organiques suite à un processus de fermentation. Cette peau, comme celle des oignons, forme une barrière naturelle contre les pesticides mais aussi contre l’oxygène, qui accélère la décomposition des aliments. Reste au consommateur final à décider s’il mange l’emballage ou s’il le composte.   

Des emballages à base d’algues 

L’Indonésie est l’un des pays les plus touchés par la pollution de plastique. En plus d’être comestibles et nutritifs, les emballages à partir d’algues créés par Evoware sont aussi biodégradables et se dissolvent dans l’eau. Soutenue par le WWF, l’entreprise indonésienne développe des packagings pour les sauces de nouilles instantanées, du sucre, du café et même des hamburgers. En utilisant les algues, Evoware participe aussi à l’amélioration des conditions de vie des producteurs.  

L'exemple d'Evoware

Les verrines et la vaisselle qui se mangent 

Vous avez déjà participé à un cocktail ou un walking dinner chez un client ? Ce type d’événements génère souvent des déchets plastiques. Là où les alternatives précédentes proposaient de manger l’emballage, la start-up Do Eat, elle, offre de manger le contenant, à savoir des verrines. 100% comestibles et réalisées à partir d’une recette naturelle à base d’eau et de pommes de terre (oui c’est belge !). Le concept joue aussi sur le côté cool avec un tas de recettes et des verrines créatives. 

Et en pratique ?  
Dans de nombreux cas, les emballages comestibles sont encore à des stades expérimentaux et sont parfois loin de finir dans nos assiettes. De plus, un emballage comestible n’empêche pas forcément le suremballage. Le meilleur exemple étant les fameuses « boulettes d’eau » Ohoo ! Si la bouteille d’eau est remplacée par une bulle biodégradable et comestible créée à partir d’algues… comment sont-elles acheminées ? Dans tous les cas, c’est tout de même un pas important vers la réduction du plastique. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 57674577

    Après un quadrimestre d’isolement, les étudiants sont en perte de sens

  2. 10906338-040

    Livraison de vaccins contre le coronavirus: de bonnes et de mauvaises nouvelles

  3. PHOTONEWS_10906318-005.JPG

    Coronavirus: les 7 différences entre le confinement de 2020 et celui de 2021 (infographie)

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Des bienfaits macroéconomiques des politiques fiscales redistributives…»

    C’est peu dire que la crise sanitaire en cours a beaucoup contribué à une accentuation de la dualisation sociale. Pour s’en convaincre, on scrutera de près les rapports de l’OCDE (1). D’après cette source, les secteurs les plus affectés sont ceux qui emploient davantage de travailleurs précarisés et/ou peu qualifiés. Que l’on songe, par exemple, à l’Horeca.

    À l’opposé, comme n’a pas non plus manqué de le relever l’OCDE, les ménages qui disposaient déjà avant la pandémie d’un patrimoine financier conséquent ont continué à s’enrichir. À la base de cette divergence, on pointera les performances des marchés financiers portés à bout de bras par les banques centrales depuis le krach de la fin mars de l’année dernière.

    Confinement et bazooka monétaire

    Souvenons-nous. Alors que les mesures de...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    ...

    Lire la suite