Et si on mangeait les emballages de nos aliments ?

Edition numérique des abonnés

Manger des aliments avec leur emballage ? Ne confondez pas avec le dernier défi idiot des médias sociaux qui ont vu des prétendants aux Darwin Awards manger des fruits et légumes avec leur peau ou des aliments avec leur emballage en plastique et/ou en carton. Nous parlons ici d’emballage bio et comestible. Comme l’idée proposée par la start-up Scoby.  

L’emballage qui pousse en même temps 

L’idée derrière Scoby émane du travail de fin d’études d’une designer polonaise, Rosa Janusz. L’emballage est 100% biodégradable mais surtout, il pousse en même temps que les aliments et les protège. Ce packaging, une sorte de peau naturelle, est créé à partir de matières organiques suite à un processus de fermentation. Cette peau, comme celle des oignons, forme une barrière naturelle contre les pesticides mais aussi contre l’oxygène, qui accélère la décomposition des aliments. Reste au consommateur final à décider s’il mange l’emballage ou s’il le composte.   

Des emballages à base d’algues 

L’Indonésie est l’un des pays les plus touchés par la pollution de plastique. En plus d’être comestibles et nutritifs, les emballages à partir d’algues créés par Evoware sont aussi biodégradables et se dissolvent dans l’eau. Soutenue par le WWF, l’entreprise indonésienne développe des packagings pour les sauces de nouilles instantanées, du sucre, du café et même des hamburgers. En utilisant les algues, Evoware participe aussi à l’amélioration des conditions de vie des producteurs.  

L'exemple d'Evoware

Les verrines et la vaisselle qui se mangent 

Vous avez déjà participé à un cocktail ou un walking dinner chez un client ? Ce type d’événements génère souvent des déchets plastiques. Là où les alternatives précédentes proposaient de manger l’emballage, la start-up Do Eat, elle, offre de manger le contenant, à savoir des verrines. 100% comestibles et réalisées à partir d’une recette naturelle à base d’eau et de pommes de terre (oui c’est belge !). Le concept joue aussi sur le côté cool avec un tas de recettes et des verrines créatives. 

Et en pratique ?  
Dans de nombreux cas, les emballages comestibles sont encore à des stades expérimentaux et sont parfois loin de finir dans nos assiettes. De plus, un emballage comestible n’empêche pas forcément le suremballage. Le meilleur exemple étant les fameuses « boulettes d’eau » Ohoo ! Si la bouteille d’eau est remplacée par une bulle biodégradable et comestible créée à partir d’algues… comment sont-elles acheminées ? Dans tous les cas, c’est tout de même un pas important vers la réduction du plastique. 

Sur le même sujet
Starter
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le point médian n’est pas la panacée.

    Un décret pour écrire de façon inclusive sans être illisible

  2. Seuls 17,9% des étudiants ayant des fins de mois très difficiles bénéficient d’une aide sociale.

    Précarité: ces aides sociales qui échappent à de nombreux étudiants

  3. Trop tôt pour faire la fête? «Tout comme le Premier ministre et le ministre de la Santé , je vois que, depuis cinq semaines, la situation épidémiologique est stable.»

    Le commissaire corona: «Avec les boîtes de nuit, je veux une dynamique positive, pas un Etat intransigeant»

La chronique
  • Zemmour-Mélenchon: quand l’extrémisme devient la normalité

    Imaginez cela : en prélude aux élections législatives belges, une chaîne de télévision en Belgique organise deux heures et demie de débat entre un néo-bolchevique et un néofasciste, à l’exclusion de toutes les tendances plus modérées du spectre politique. Le scandale serait considérable et les protestations tonitruantes.

    Or nous venons, en France, de vivre un tel événement sans, qu’apparemment, cela ne choque qui que ce soit. Eric Zemmour y affrontait Jean-Luc Mélenchon. L’un qui est structurellement candidat à la présidence de la République, l’autre qui l’est potentiellement. L’un qui se réclame de Charles Maurras, l’autre de Léon Trotski. La modernité en marche. L’un, Mélenchon, qui s’insurge contre le système dont il est devenu un pilier, l’autre qui stigmatise une pensée unique dont il est en train de devenir l’un des omniprésents représentants.

    Car le cas Zemmour est proprement inouï : le polémiste est partout, sur toutes les radios, sur toutes les télévisions, dans tous les journaux, on ne voit, on n’entend que lui, on ne...

    Lire la suite

  • Aujourd’hui peut-être, ou alors demain…

    Procession d’Echternach ou chemin de croix ? La gestion de la pandémie aura en tout cas tout eu depuis le début, du parcours du combattant et d’une très longue épreuve de patience. La nouvelle est tombée ce lundi, mais on le pressentait déjà depuis quelques jours : il n’y aura pas de CST – Covid Safe Ticket – étendu dès ce premier octobre à Bruxelles. De quoi s’arracher les cheveux pour des théâtres et salles de spectacle qui avaient déjà prévenu leurs spectateurs par mail de l’application de nouvelles réglementations...

    Lire la suite