Comment changer la direction sans déstabiliser les employés ?

Comment changer la direction sans déstabiliser les employés ?

Vous êtes employé dans une grande société ou vous avez rejoint une start-up ? Vous serez tôt ou tard confronté à des changements d’équipes. Et quand cela touche le management, cela a inévitablement un impact sur vous. 

Pourquoi ? Parce que le rôle d’une équipe dirigeante est de donner le cap, une vision, et d’assurer la stabilité globale de l’entreprise. Elle doit aussi rendre des comptes et être à l’écoute de son conseil d’administration ou de ses investisseurs. Et surtout, elle est en première ligne pour donner de la confiance et insuffler de la motivation aux équipes opérationnelles.  

Un successeur au plus vite  

Parfois, pour des raisons liées aux résultats ou au style de management, cette équipe dirigeante est amenée à évoluer. Aux Etats-Unis, remplacer un CEO prend en moyenne 75 jours. Installer un processus de remplacement rapide est primordial. Par exemple, en ayant déjà des noms de personnes pré-approuvées par le conseil d’administration ou les investisseurs. Généralement, c’est le CFO (directeur financier) qui adopte le rôle de CEO ad interim mais le choix peut aussi se tourner vers une personne externe, habituée à remplir ce rôle délicat.  

Dans tous les cas, un impératif : rester le plus transparent possible durant la période de transition. C’est le seul moyen de maintenir la confiance à tous les niveaux de l’organisation. Surtout au moment le plus critique, lors de l’activation de la communication interne et externe. Une communication qui revêt parfois un caractère de crise. Expliquer le contexte et rassurer est crucial pour éviter tout mouvement de panique.  

Dans cet exercice périlleux, s’entourer d’experts en « change management » est un investissement souhaitable. Ces professionnels établissent un cadre clair et des étapes à suivre. Grâce à leur expérience, ils conseillent l’équipe dirigeante sur les options qui s’offrent à elle. 

Le cas Walmart 

La société Walmart, entreprise transnationale active dans la grande distribution et premier employeur privé des Etats-Unis avec plus de 1,2 millions de salariés, est actuellement en réorganisation. La décision a été prise d’intégrer les magasins et la distribution digitale sous le même leadership.  

Dans un memo adressé à tous les employés, l’employeur explique ses choix en mettant en avant l’expérience client, qui doit être plus fluide, et précise le rôle de chaque personne-clé dans la nouvelle organisation. Il n’oublie pas de remercier les équipes en place pour le travail accompli au cours des dernières années. 

La parole aux employés 

Le processus peut prendre des mois, pendant lesquels il ne faut pas oublier de donner la parole aux employés. Pour qu’ils puissent exprimer leurs désirs, leurs attentes et leurs craintes. Des start-up se sont d'ailleurs développées sur ce créneau. Elles aident les ressources humaines et le management à évaluer de manière continue la satisfaction des membres d’une équipe. C’est moins formel et moins officiel que les évaluations périodiques.  

Butterfly.ai par exemple, basée à New York et en Belgique, a lancé un outil d’évaluation alimenté par les remarques des travailleurs. L’objectif pour les équipes dirigeantes :  bénéficier d’un feedback quasi continu et le répercuter, grâce à une bonne dose d’intelligence artificielle, aux managers. Un outil utile pour maintenir ou rétablir la confiance et la cohésion en période de transition. Sachant que la clé du succès, tant du côté du management que des équipes opérationnelles, reste bien sûr d’être ouvert au changement.  

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite